Search
mardi 11 décembre 2018
  • :
  • :

Bilan du président IBK: le satisfecit de la sous section RPM Kati 1

La sous-section du Rassemblement pour le Mali (RPM) de Kati 1 a organisé, le dimanche dernier, à la Maison des jeunes de Kati, une conférence d’information sur le bilan du Président Ibrahim Boubacar KEITA.

La rencontre a permis de partager avec les cadres et militants du RPM ainsi que les populations de Kati les réussites, les réalisations du régime, malgré la crise sécuritaire dans le nord du pays.
La rencontre était animée par l’honorable Moussa DIARRA qui a avait à ses côtés au présidium le représentant du bureau national des jeunes du RPM, Abdoul Aziz CISSE ; le secrétaire général de la section de Kati 1, Salif KONATE et celui de la Sous-section de Kati 1, Alou François DIAKITE. En plus de ceux-ci, il y avait une forte présence des militants, des autorités ainsi que des notabilités de la ville de Kati.
Selon les deux responsables locaux du RPM de Kati, l’objectif de l’assemblée était de sensibiliser et d’informer les militants ainsi que les populations sur le bilan du Président Ibrahim Boubacar KEITA, sapé par des rumeurs et des fausses allégations.
Presqu’à la fin de son premier mandat, ils ont soutenu qu’IBK, en dépit des difficultés, a posé des actes remarquables qui méritent d’être reconnus et salués. Au regard de ces réalisations, ils estiment que le Président IBK doit se représenter à sa succession.
Pour sa part, le représentant du bureau national des jeunes du RPM, Abdoul Aziz CISSE, a affirmé que cette conférence est inaugurale d’une série de rencontres autour du bilan du Président IBK.
« Nous allons sillonner des localités pour présenter le bilan du Président IBK aux populations », a annoncé M. CISSE.
Quant à l’honorable Moussa DIARRA, conférencier du jour, il a rappelé le contexte dans lequel le Président IBK est arrivé au pouvoir. Selon lui, quand IBK venait au pouvoir, le pays était à terre à cause notamment de la rébellion au nord, de l’effondrement de l’économie nationale. Face à ces situations, le peuple, dans son écrasante majorité, a estimé qu’IBK, à travers son projet présidentiel « Le Mali d’Abord », était l’homme de la situation.
« A l’époque, il n’y avait pas d’Etat au Mali. La caisse de l’Etat a été pillée. L’argent des ministères enlevé. Il y a un ministre d’IBK qui a pris fonction avec 2 000 FCFA dans la caisse de son département », a-t-il avoué.
De 2013 à nos jours, a-t-il affirmé, le Président IBK a posé des actes qui ont été auréolés de beaucoup de succès.
Commençant par le secteur de la sécurité, il a rappelé l’adoption de la loi d’Orientation et de programmation militaire par l’Assemblée nationale. Cette loi est une innovation en termes d’instauration de meilleure condition de travail pour les forces armées et de sécurité maliennes.
Selon le conférencier, la mise en œuvre de cette loi, qui va s’étendre sur plusieurs années, demandera à l’Etat une dépense de plus de 1 000 milliards de FCFA.
A la faveur de la loi d’Orientation et de programmation militaire, l’armée a disposé de nouveaux appareils de transports de troupes, des armes de combat très performantes, etc.
Dans le même volet, il a salué le leadership du Président IBK à réussir la mise en place de la force G5 Sahel, après plusieurs tentatives infructueuses.
«Grâce à IBK, la force conjointe G5 Sahel est une réalité. Elle a reçu des financements pour son opérationnalisation sur le terrain contre les groupes terroristes se voulant s’opposer à la paix dans nos pays », a-t-il souligné.
Parlant de l’amélioration des conditions de vie des Maliens, il a expliqué qu’IBK, en plus d’augmenter le salaire des fonctionnaires, a réduit l’Impôt sur le traitement de salaire (ITS). A côté de ces actes, il a également augmenté l’allocation familiale des enfants et le SMIG est passé de 28 000 à 40 000 FCFA.
La mise en œuvre de l’Accord pour la paix, la promotion du genre, le désenclavement de nos villes ont été aussi abordés par le conférencier.
Selon lui, quoi qu’on dise, IBK a posé des actes probants qui sont à encourager et à saluer.
« Il n’y a un secteur où le Président n’a pas fait de son mieux. Je suis fier de son bilan », a martelé l’honorable Moussa DIARRA.
Il a terminé son intervention par les élections de 2018. Il a rassuré l’assistance que toutes les conditions sont en train d’être réunies pour que les élections se tiennent. Au lieu de se préparer aux élections, les détracteurs du régime l’accusent et font tout pour saboter ces scrutions.
«Aucun prétexte, aucune fanfaronnade n’empêchera la tenue des élections de 2018 », a martelé l’honorable Moussa DIARRA.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *