Billet: islamophobie, quand tu nous tiens !

Dans le pays des droits de l’Homme, de la liberté de conscience et d’expression, on veutaujourd’hui légiférer pour interdire le port d’un habit au motif qu’il est l’expression d’une culture, d’une philosophie et d’un art de vivre différents, sans prendre la précaution de prouver que cette tenue est imposée ou même qu’elle représente une quelconque menace pour la paix sociale.
Certes, tout le monde n’est pas en cause mais à voir la qualité et le rang des responsables politiques qui se sont prononcés en faveur de l’interdiction, il y a de quoi se poser des questions sur l’étendue de ce nouveau mal de mer qui a provoqué du vague à l’âme chez certains édiles français. Des hommes de la trempe de De Gaule, Mitterrand ou Chirac se seraient-ils laissé aller à de telles dérives ? Certainement pas, compte tenu de leur idée de la France et de sa place dans le monde. C’est à croire que certains n’ont rien compris aux fondements de la pensée philosophique de ceux qui ont façonné la culture française à travers les siècles. Voltaire a-t-ilvraiment apporté la lumière à tous ces agités du « burkini » dans cette France où on peut ne pas être d’accord avec quelqu’un tout en se battant quand même pour qu’il ait le droit de dire sa part de vérité ? Ce qui aurait pu être considéré comme une simple tenue exotique confirmant la diversité sociale, est en train de se transformer en affaire d’Etat par la faute de politiciens calculateurs à l’esprit étroit. A voir les nombreuses réactions enregistrées ailleurs et surtout dans les grands pays démocratiques, l’image de la France en a pris un coup sérieux.
Il n’y a donc pas qu’en Afrique que le débat politique vole bas, que la priorité est souvent donnée à des dossiers sans rapport avec les préoccupations essentielles des populations. Comment peut-on proposer une telle empoignade marquée du sceau de la futilité à des citoyens tourmentés par l’insécurité, le chômage, le sous-emploi et la réduction du niveau de vie, au risque d’agiter le chiffon rouge sous le nez d’illuminés pouvant en tirer argument pour se faire passer pour des victimes et réagir par des actes terroristes ? La France nous surprendra toujours ! On l’a vue hier au Mali combattre des djihadistes pour que ceux-ci n’imposent pas leur mode de vie. On la voit aujourd’hui sur ses propres plages tentant d’obliger des femmes à se dévêtir avant d’accéder à la mer. Pourtant, quand de riches arabes arrivent lourdement chargés de pétrodollars pour louer hôtels et appartements, avec souvent des pans entiers de plage, personne ne pense à leur opposer un arrêté municipal. La France peut-elle accepter l’Islam sur son sol et imposer aux musulmans le port d’une tenue en fonction des circonstances ? Complètement ridicule et indigne d’une vraie démocratie !
Si des religieuses d’un couvent voisin exprimaient le besoin d’aller se rafraîchir sur la plage pour atténuer les effets de la canicule ambiante, le Maire oserait-il leur demander de se dévêtir avant de faire trempette? Et quel français sain d’esprit le soutiendrait dans sa démarche? L’intolérance qui avait commencé avec l’affaire du foulard est en train de se confirmer avec le « burkini », un mot forgé de toute pièce pour stigmatiser et exclure. Heureusement, la décision du Conseil d’Etat vient remettre les choses à l’endroit. La France qui a donné au monde de grands hommes nous a vraiment habitués à mieux !

Mahamadou Camara
Email : camara.mc.camara@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *