Search
lundi 27 juin 2022
  • :
  • :

Biographie: SBM du journalisme à la vie politique

Soumeylou Boubèye MAÏGA, né le 8 juin 1954 à Gao, est un homme d’État malien qui a notamment servi comme chef des services de renseignements, ministre des Affaires étrangères et secrétaire général de la présidence du Mali. Il était le Premier ministre du Mali de décembre 2017 à avril 2019, contraint à la démission sous la pression de la rue et des contestateurs du régime du défunt président Ibrahim Boubacar KEITA, regroupé au sein du M55-RFP.
Soumeylou Boubèye Maïga a fait des études de journalisme au Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI) de l’Université Cheikh Anta Diop à Dakar au Sénégal, ainsi qu’en France où il obtient un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) de diplomatie et administration des organisations internationales en 1987 à l’université de Paris-Sud et un diplôme de relations économiques internationales à l’Institut d’administration de Paris. Il exerce le métier de journaliste d’abord à l’Essor, quotidien national, puis au journal Sunjata.
Militant au sein du Parti malien du travail, il a été l’un des principaux artisans de la chute du régime de Moussa TRAORÉ en 1991. Il entre au cabinet d’Amadou Toumani TOURÉ, alors président du Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP), en qualité de conseiller spécial d’avril 1991 à juin 1992.
Vice-président et membre fondateur de l’Alliance pour la démocratie au Mali-Parti africain pour la solidarité et la justice (ADEMA/PASJ), il devient en 1992 chef de cabinet du président de la République, Alpha Oumar KONARÉ.
En janvier 1993, il a été nommé directeur général des services maliens du renseignement, période pendant laquelle il a empêché plusieurs coups d’État avant d’entrer au gouvernement de Mandé SIDIBÉ en tant que ministre des Forces armées et des anciens Combattants.
En 2002, Soumeylou Boubèye MAÏGA est candidat à la candidature de l’Adéma/Pasj pour l’élection présidentielle de 2002 et échoue face Soumaïla CISSÉ, qui avait été finalement choisi.
En 2006, alors que l’Adéma décide de soutenir la candidature probable du président sortant, Amadou Toumani TOURÉ, à l’élection présidentielle de 2007, Soumeylou Boubèye MAÏGA annonce son souhait de se présenter et fonde l’association « Convergence 2007 ».
Lors de la conférence nationale des 24 et 25 février 2007 de l’Adéma, les délégués ont voté l’exclusion de Soumeylou Boubèye MAÏGA et de plusieurs de ses sympathisants : Issa DIARRA, Ibrahima KANTAO, Binta YATTASSAYE et Oumar Ag El MÉHIDI.
Au premier tour de l’élection présidentielle, le 29 avril, il arrive en 6e position. Le président sortant, Amadou Toumani TOURÉ, est réélu.
Avec les autres candidats de l’opposition regroupés au sein du Front pour la démocratie et la république (FDR), Ibrahim Boubacar KEÏTA, Mamadou Bakary SANGARÉ et Tiébilé DRAME, il conteste les résultats d’un scrutin entaché de fraudes et dépose un recours devant la Cour constitutionnelle qui le rejette le 12 mai 2007.
Le 6 avril 2011, Soumeylou Boubèye MAÏGA est nommé ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale dans le gouvernement de Cissé Mariam Kaïdama SIDIBÉ.
Le 8 septembre 2013, Soumeylou Boubèye MAÏGA est nommé ministre de la Défense et des anciens Combattants dans le gouvernement d’Oumar Tatam LY. Il démissionne de ce poste le 27 mai 2014 en réaction à la défaite de l’armée malienne à Kidal, face à des groupes rebelles.
Après, il a été nommé Secrétaire général de la Présidence.
Soumeylou Boubèye Maïga est nommé Premier ministre du Mali le 30 décembre 2017 par le président Ibrahim Boubacar Keïta. Il est alors le cinquième Premier ministre nommé par IBK depuis son élection en 2013. Il est reconduit à ce poste lors de la réélection, après des élections présidentielles contestées qui évitent au pays un vide constitutionnel, d’Ibrahim Boubacar Keïta en août 2018.
Sous le coup d’une motion de censure, Soumeylou Boubèye MAÏGA démissionne avec son gouvernement le 18 avril 2019.
Le Premier ministre était très critiqué depuis le massacre de 160 civils à Ogossagou, le 23 mars 201918.
Dans un contexte d’insécurité et de malaise social, une très grande manifestation, le 5 avril 2019, avait demandé un changement de gouvernance.
Le 26 août 2021, Soumeylou Boubèye MAÏGA est inculpé puis arrêté par la chambre d’accusation de la Cour suprême du Mali, dans l’affaire de l’achat d’un avion présidentiel pendant la présidence d’Ibrahim Boubacar KEÏTA.
Il meurt en détention le 21 mars 2022 dans une clinique de Bamako.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *