Search
jeudi 16 août 2018
  • :
  • :

Bitumage de l’axe routier Ouo-Bankass-Koro: IBK concrétise un rêve de 100 ans

C’est sous un impressionnant dispositif sécuritaire que le Premier ministre, Abdoulaye Idrissa MAIGA, a inauguré, dimanche dernier, à Bankass, la route Ouo-Bankass-Koro, longue de 91 km pour un le coût total de 14 267 371 042 milliards FCFA, financés par la BOAD pour un montant de 9,5 milliards FCFA, la BIDC pour une contribution de 3 milliards FCFA, la Commission de l’UEMOA pour un apport de 1,125 milliard FCFA, et le budget national pour un montant de 642 371 042 FCFA, et réalisée par le groupement d’entreprises ATP/SGTI.

L’événement a regroupé autour du Premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, Issiaka SIDIBE ; une douzaine de membres du gouvernement, notamment la ministre de l’Équipement et du désenclavement, Mme TRAORE Seynabou DIOP ; le représentant de la BOAD, Kouamé dit Jacques ; le maire de Bankass, Allaye GUINDO. On y notait aussi la présence de plusieurs personnalités politiques, administratives, coutumières régionales, communales et locales ; d’opérateurs économiques de la région ; ainsi qu’une importante délégation venue du Burkina Faso voisin, conduite par l’ambassadeur du Mali, Amadou SOULALE, et comprenant le président de la Chambre de commerce et d’autres personnalités.
En termes d’animation, les visiteurs ont eu droit aux démonstrations des masques dogon et autres chants et danses folkloriques.

Bankass reconnaissante
Dans son mot de bienvenue, le maire a rappelé que sa commune avait une superficie de 9 304 km² pour une population estimée, en 2016, à 334 317 habitants, composée en majorité de Dogon, Peul, Mossi, Dafing, Sonrhaï, dont les principales activités sont l’agriculture, notamment celle du mil, l’élevage, le commerce et l’artisanat, etc.
Tout en remerciant les autorités du Mali et les partenaires de notre pays pour la concrétisation de ce très vieux projet routier, M GUINDO a revisité l’histoire de quelques grandes dates ayant marqué le développement socioéconomique de sa circonscription, ces dernières années : « le 19 mars 2014, le président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, était à Bankass pour l’inauguration de la centrale hybride qui a coûté plus de 2 milliards de FCFA à l’Etat malien et ses partenaires. Le 6 juin 2015, le ministre de l’Urbanisme pose à Bankass la première pierre de 20 logements sociaux entièrement réalisés de nos jours. Le 19 juin 2016, Mme la ministre de la Santé inaugure le Centre de santé de référence de Bankass. Le 17 septembre 2017, le ministre de l’Énergie et de l’eau inaugure les travaux de réhabilitation du réseau d’adduction d’eau de Bankass. Au cours de cette cérémonie, il a offert, au nom du Président IBK, 300 branchements sociaux à la population de Bankass, dans le but de leur faciliter l’accès à l’eau potable. Aujourd’hui, 5 novembre 2017, le Premier ministre inaugure la route nationale N° 15 Ouo-Bankass-Koro, communément appelée «route du poisson et d’intégration entre le Mali et le Burkina Faso».
Pour lui, de nos jours, la route n’est plus un luxe, mais une nécessité absolue, car nul n’ignore les multiples opportunités qu’elle offre pour le développement socio-économique des populations, qui sa voix, disent Grand merci au président IBK et à son gouvernement pour les efforts immenses et louables qu’ils déploient tous les jours pour assurer le bien-être des Maliens.
En se félicitant de la très forte mobilisation populaire, le maire GUINDO a profité de l’heureuse occasion pour remercier tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à la réalisation de cette œuvre dont la valeur est inestimable pour les populations des cercles de Bandiagara, Bankass et Koro.
N’ayant pas assez d’occasions d’avoir chez soi le Premier ministre, avec une douzaine des membres de son gouvernement, le maire de Bankass en a profité pour présenter de nouvelles doléances. Il s’agit de la construction des routes Bankass-Ouenkoro en passant par les communes rurales de Diallassagou, Tori, Soukoura ; et Bankass-Baye en passant par Soumbala et Kouloum ; le bitumage de la bretelle Ouo- Somadou qui permettra aux populations d’économiser en distance plus de 100 km, donc en temps et en argent, pour rejoindre Bamako.
Par ailleurs, il sollicite la réalisation d’un deuxième programme de logements sociaux à Bankass, bénéficiaire d’un 1er lot qui n’est pas encore attribué, et à Diallassagou, au regard du développement socioéconomique du cercle.

Contexte et coût des travaux
C’est une ministre très comblée par l’accueil des populations et la qualité des travaux réalisés qui a situé le projet routier dans son contexte. En effet, selon Mme TRAORE Seynabou DIOP, la réalisation de la route Bandiagara-Ouo-Bankass-Koro-Frontière Burkina Faso s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la politique de désenclavement intérieur et extérieur du pays et celui de l’intégration sous régionale, à savoir dans le 1er Programme d’actions prioritaires de l’Autorité du Liptako-Gourma et le Programme d’actions communautaires des infrastructures et du transport routier (PAITR), adopté par les Etats de l’UEMOA en septembre 2001 à Dakar au Sénégal.
Ainsi, a-t-elle précisé, notre gouvernement a entrepris avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers (PTF), les travaux de bitumage de la route Bandiagara-Ouo-Bankass-Koro-Frontière Burkina- Faso, longue de 159 km.
Réalisée en trois phases, a révélé Mme la ministre, cette route appartient à la fois au réseau routier prioritaire de la CEDEAO et à l’axe CU13 du réseau communautaire de l’UEMOA (axe Ouagadougou-Ouahigouya-Frontière Burkina-Mali-Koro-Bankass-Ouo-Bandiagara-Mopti.
En effet, la 1re phase du projet a vu l’exécution des travaux de bitumage du tronçon Bandiagara-Ouo, réceptionnés en mars 2010.
Quant à la 2e phase, longue de 30,5 km, elle a concerné les travaux de bitumages du tronçon Koro-Frontière Burkina Faso, et réceptionnés en mars 2015.
Cette troisième phase est relative à la section Ouo-Bankass-Koro. Cette section comporte deux tronçons : l’axe principal (Ouo-Bankass-Koro) long de 88 200 km et la bretelle de Koro, longue de 3 km qui est, faut-il le préciser, la section urbaine de l’ancien tracé de la route Bankass-Koro.
Officiellement, le coût de réalisation des travaux de la route Ouo-Bankass-Koro, objet de la cérémonie d’inauguration du dimanche dernier s’élève à 14 267 371 042 milliards de FCFA, financés par la BOAD pour un montant de 9,5 milliards FCFA, soit 66,58 % ; la BIDC pour une contribution de 3 milliards FCFA, soit 21,02 % ; la Commission de l’UEMOA pour un apport de 1,125 milliard FCFA, soit 7,9 % ; et le budget national pour un montant de 642 371 042 FCFA, soit 4,5 %.
Ils ont été exécutés par le groupement d’entreprises ATP/SGTI, respectivement burkinabè et tunisienne pour un montant de 13 000 278 033 FCFA. Le contrôle et la surveillance des travaux ont été assurés par le Bureau d’études malien SOCETEC pour un coût de 739 648 911 FCFA HT. Un bel exemple d’intégration réussi en matière de réalisation d’infrastructures routières.

L’appel au respect de la route
La maîtrise d’ouvrage des travaux a été assurée par le ministère de l’Équipement et du désenclavement, à travers la direction nationale des Routes. Quant à la maîtrise d’ouvrage déléguée, elle a été confiée à l’AGETYPE.
Selon la 1re responsable du département, ce sont le courage et la persévérance des différents acteurs qui sont finalement venus à bout de la concrétisation de ce vieux projet dont la mise en service a commencé à promouvoir et développer les activités industrielles, agricoles et pastorales ; améliorer la sécurité routière et la fluidité du transport ; réduire le taux des accidents de la circulation et le coût de transport des produits ; renforcer l’intégration régionale et les échanges commerciaux ; sauver des vies humaines en évacuant dans les meilleures conditions les malades vers les centres de santé ; augmenter le taux de scolarité en améliorant l’accès aux infrastructures scolaires, etc. À cela s’ajoute son impact positif sur le panier de la ménagère.
«Avec le bitumage de cette route, les difficultés d’écoulement du poisson et de ses sous-produits, ainsi que les pertes de temps dans l’acheminement des productions agricoles, notamment le mil vers les zones de consommation sont devenus de vieux souvenirs», s’est félicité Mme la ministre.
Cependant, elle n’a pas manqué de rappeler aux usagers qu’au regard des montants importants investis dans la réalisation des routes, qu’il est de leur devoir de songer à préserver et entretenir les infrastructures routières en respectant le Code de la route.
Pour ce faire, elle les a invité à adopter des comportements citoyens et d’être prudents, courtois et respectueux du code en vue d’épargner des vies humaines, car une vie ne se remplace pas et elle n’a pas de prix.
Aux transporteurs, Mme la ministre les encourage vivement à respecter la charge à l’essieu, car l’ennemi N° 1 de la route est et demeure la surcharge.
Visiblement satisfait de la très forte mobilisation des populations de Bankass et Koro, les premiers mots du Premier ministre à leur endroit les salutations d’usage ont été : « la très forte mobilisation de la population est le meilleur témoignage de la rentabilité et la nécessité de réaliser cette route». Et le Premier ministre de saluer la présence remarquable des institutions bancaires partenaires et celle de la délégation qui sont également le témoignage de la qualité de la coopération entre lesdites bancaires et le Mali dans le combat pour le désenclavement et le développement.

Historique d’une infrastructure
Pour lui, ce projet est le symbole de la modernisation d’une route historique entre Mopti, qui se trouve au cœur du Mali et du sahel, et les pays limitrophes. Une route, a-t-il rappelé, qui a connu des moments de gloire, à travers les échanges commerciaux de tous genres.
«Ç’a été rappelé, mais je vais le préciser, il y a plus de 100 ans, des générations avant nous ont imaginé le tracé de ce passage. Et nous aujourd’hui, nous sommes résolus à en faire une route moderne, digne d’une voie de désenclavement de toute une région en permettant, notamment de relier le Mali au pays frère du Burkina Faso avec un gain de temps considérable ».
«Véritable cordon ombilical entre populations du plateau dogon, zone de prédilection de divers produits agricoles, cette voie contribuera à rapprocher les producteurs et les consommateurs, favorisant ainsi la lutte contre la pauvreté en amplifiant sur l’axe Ouo-Bankass-Koro ».
Le Premier ministre est conscient que nos concitoyens sont confrontés à d’autres besoins existentiels et que le gouvernement, sous le leadership du Président IBK, ne ménagera aucun effort pour continuer à prendre en considération.
Enfin, il a rappelé à Mme la ministre qu’elle peut compter sur l’appui constant du gouvernement, dont la forte représentativité à cette cérémonie en est la preuve.
Notons au passage que le représentant de la BOAD, porte-parole des PTF, a magnifié les multiples opportunités qu’offre le bitumage de cette route, avant de réitérer l’engagement de son institution à accompagner le Mali dans sa politique nationale de désenclavement intérieur et extérieur.
La cérémonie a été agrémentée par le défilé des masques dogon qui ne sortent que lors des grands événements.
Le Premier ministre et sa très forte délégation ont rendu des visites de courtoisie aux notabilités de Bankass avant de se rendre à Mopti, en passant par Bandiagara. Là, sous l’impulsion de Seydou NANTOUME et d’Abdoulaye DIAWARA, la délégation a eu droit à un accueil amical et fraternel au niveau du gigantesque monument de la ville.

Par Sékou CAMARA
Envoyé spécial à Bankass




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *