Search
dimanche 18 novembre 2018
  • :
  • :

Blaise Sangaré sur son soutien à IBK: « on n’aura pas changé pour des strapontins »

Le parti de la Convention sociale-démocrate (CDS-Mogotguiya) a tenu, le samedi dernier, sa 5e conférence nationale pour entériner la décision du parti de soutenir la candidature d’IBK. Contrairement à d’autres partis, qui n’ont pas le moyen financier et le parrainage nécessaires, ce choix se justifie, selon les responsables du parti, par une volonté de maintien de la cohésion dans le pays et d’éviter de disperser les efforts.

Le samedi dernier, les délégués, responsables et cadres de la CDS venus de presque toutes les régions du Mali ont rempli le Pavillon des Sports du stade Modibo KEITA. En plus de ceux-ci, plusieurs cadres des partis politiques membres de la plateforme Ensemble pour le Mali (EPM) y ont également pris part, en guise de solidarité d’appartenance au même regroupement.
Le président de la commission d’organisation de ladite conférence, Zoumana N’Tji DOUMBIA, dans ses mots de bienvenue, a formulé les vœux du CDS Mogotiguiya pour des élections apaisées. Il a prié Allah afin qu’il protège notre pays de toute violence et qu’il fasse régner, dans les esprits et les cœurs des Maliens, la paix, la concorde et l’amour.
Puis, il a adressé des motions de remerciement au président Mamadou Bakary SANGARE dit Blaise pour son engagement et son leadership en faveur d’un climat de paix, de stabilité au sein de leur parti. De même, il a félicité leur président pour sa décoration par IBK. Cette distinction, a-t-il estimé, est le témoignage éloquent, s’il en était besoin, de l’estime du président IBK à Blaise et par ricochet au parti CDS Mogotiguiya.
À l’en croire, cette décoration est la récompense de l’engagement de ‘’Mogotigui Blaise’’ aux côtés du Chef de l’État aux moments chauds, comme celui des débats sur la révision constitutionnelle. En effet, selon Zoumana N’Tji DOUMBIA, Mamadou Bakary SANGARE était l’un des cadres à multiplier les sorties pour défendre ce projet. Mais hélas, a déploré l’enfant de Banimonotié, « Aujourd’hui avec le recul, l’ensemble de notre peuple a bien compris la portée de cet acte patriotique ».
La CDS Mogotiguiya a fait le choix d’accompagner le pouvoir et conformément à ses engagements, il mettra un point d’honneur sur sa parole.
Très attendu, le président Mamadou Bakary SANGARE, à l’entame de ses propos, a rappelé que la conférence nationale était l’instance de la CDS qui se tient entre deux congrès en vue de se prononcer sur les grandes questions du parti et du Mali.
Il a expliqué qu’au cours desdites assises, les délégués et cadres du parti allaient, d’une part, procéder à la relecture des textes du parti et au remembrement du bureau politique national de la CDS. D’autre part, il s’agit de se pencher sur la présidentielle de 2018.
S’agissant de la présidentielle de juillet prochain, le président Blaise SANGARE a rappelé que la CDS, créée en 1996, a participé et engrangé des résultats appréciables à tous les scrutins à l’exception de l’élection présidentielle de 1997. À l’issue de ces processus démocratiques, la CDS Mogotiguiya a établi son incrustation dans l’architecture institutionnelle de notre pays aux différents niveaux sans le soutien d’un pouvoir en place.
« C’est le lieu de rappeler aux militants, sans aucune relation et participation aux gouvernements successifs de la III république, la CDS s’est fait des députés et formé des groupes parlementaires à l’Assemblée nationale. Il n’est pas donné à un parti politique ouest-africain, dans un pays sous-développé, en gouvernance connue de se constituer, de tenir, de réaliser les différentes ambitions à tous les niveaux électoraux sans être biberonné à l’État. Nous sommes fiers de le dire parce que ça nous sonne comme la concrétisation de notre liberté de pensée et de conviction », a déclaré Blaise SANGARE.
Dans son intervention, le président de la CDS Mogotiguiya a également réaffirmé son soutien à la candidature d’IBK à la présidentielle du 29 juillet, contrairement aux principes habituels du parti. En effet, il a soutenu que depuis 2002, le parti a toujours présenté son candidat à l’élection de la magistrature suprême.
La remise en cause, cette année, de ce principe va soulever des interprétations malveillantes par certains hommes politiques, si elles ne sont pas déjà faites, selon le président du parti. Et pour répondre à ses détracteurs, sans langue de bois, Blaise SANGARE déclare : « l’on conviendra que le renoncement est un choix ; un choix plus patriotique, plus politique, mais, en aucun cas politicien ».
Aussi, poursuit-il, ce choix a la vocation de mettre le Mali au-dessus de tout, d’établir la continuité aux fins de consolider les acquis, encore fragiles avec IBK qui a réussi déjà à sortir le Mali de la décadence, a rallumé l’espoir et donné un cap.
« On n’aura pas changé pour des strapontins. Notre choix est objectif, il est sincère parce que c’est un choix libre », a affirmé Blaise avant de préciser que contrairement d’autres candidats et présidents du parti, la CDS, à travers ses élus, est en capacité de présenter un candidat. Selon lui, le parti n’a pas présenté de candidat à l’interne à défaut d’avoir le financement et le parrainage comme il est le cas de plusieurs hommes politiques, sans citer de nom.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *