Search
samedi 26 septembre 2020
  • :
  • :

Blocus de la RN3: le PM a-t-il convaincu ?

La rencontre entre le Premier ministre et les délégations du Collectif Sirako de Kati et du Front d’Action pour la Région de Kayes (FARK), ce lundi, n’a pas permis de baisser la tension. Sans donner une suite favorable dans l’immédiat, le Premier ministre qui reconnait que les revendications sont légitimes demande au Collectif Sirako de Kati et au Front d’Action pour la Région de Kayes (FARK) de lever le blocage de la route, d’une part, compte tenu de son apport à l’économie nationale, soit près de 2,5 milliards par jour, et, d’autre part, afin de permettre une reprise normale des activités socio-économiques dans la région. Dans un communiqué largement commenté sur les réseaux sociaux, le Premier ministre donne ses recettes et ses arguments sur lesquels les Facebookeurs restent largement divisés.

Abdel Kader Haidara : Pourquoi attendre jusqu’à maintenant pour clarifier tout ça ?
Moussa Coulibaly
PM courage, restez fidèle à votre parole !

Sadio Sissoko : Tout notre soutien au PM pour un dénouement heureux!

Amadou Diarra
Vraiment, tout le peuple malien vous fait confiance et vous soutient dans toutes vos initiatives pour faire bouger ce pays.

Adama Niaré : C’est bien Mr le PM. J’ajoute qu’il ne faut pas oublier la route Sévaré-Gao. Elle est entièrement délabrée. S’il y a déjà un programme, c’est bien et je demande à mes frères Kayesiens un peu de patience. C’est vraiment légitime leurs revendications.

Boubou Daibou Bah ; Un exemple à suivre, voilà un Premier ministre très proche de sa population. Courage et bonne chance homo.
Gaoussou Le Blanc Konaté
C’est ça le rôle d’un bon responsable. Il faut s’assumer. Du courage PM !
Broulaye Konate
Mais la ministre nous avait menti à propos des travaux. Donc ça, c’est une honte internationale ka même.

Abdou Cisse : Boubou, vous commencez à me décevoir.
Mamadou Founé Tounkara
Si seulement tout ça est de la vérité, on serait heureux dans les trimestres à venir. Route nationale Kayes, aéroport dag-dag, compagnie ferroviaire, compagnie aérienne, c’est comme dans un rêve !!!

Amadou Socrate Sow : Je ne suis pas d’accord avec vous, car vous êtes en train de manipuler l’opinion nationale à travers cette déclaration. Depuis quand la ministre avait fait un communiqué pour le démarrage des travaux de réhabilitation de la route Kati-Didieni ? C’était depuis le mois d’octobre 2018 jusqu’à cet instant, rien n’a été fait dans ce sens bientôt un(1) an de cela et un tel mensonge de la ministre ne doit pas être accepté par la population. Ceux qui vous présentent un ministre travailleur, moi je pense tout autrement. Le temps nous donnera raison sur vous et votre gouvernement suceur du sang du peuple.
Mes chers frères, vous-mêmes analysez ce communiqué fait par la ministre et celui fait par le PM.

Souleymane Tamboura : L’incompétence, la médiocrité, le favoritisme, l’injustice du ministre Diop sont à la base de cette situation. Cette incompétente doit être limogée immédiatement parce qu’elle ne va jamais avoir le courage de rendre sa démission pour médiocrité. C’est le même effet qui est sur la route Zantiebougou-frontière. EGK n’a ni les matériels ni les ressources humaines nécessaires pour exécuter ce contrat. Docteur Boubou débarrassez-vous de ces médiocres : Diop, Ag Erlaf, Salif, et Bill de l’Administration territoriale. Le Mali regorge de beaucoup de cadres compétents, moins politiques pour protéger et défendre l’intérêt des personnes et leurs biens. C’est le Mali qui gagne. Allah kan sabou gnè !

Bakary Traore : il faut tenir vos promesses, un point c’est tout. Il y’a la route Ségou-Sevaré-Gao aussi.

Mazou Le Grand Dourfané : Le trajet Niono-Lere-et Niafunke, il ne faut pas l’oublier, c’est aussi le Mali.

Malick Mohamed Diallo : Mais la population de Tombouctou et Léré à bien lire ton message et on n’a bien compris.

Kondy Fofana ; À force de donner de l’importance à certaines futilités, vous finissez par encourager. Qu’ils bloquent les routes, vous avez votre programme avec un chronogramme bien précis mon Premier ministre. Alors au travail, vous êtes le hérisson et ne craignez point. C’est du vacarme inoffensif. Merci et mes excuses pour les âmes sensibles, mais vos maires sont là pour ça et vous-mêmes obligez les usagers (nous) à respecter les bonnes pratiques.

Diallo Zubeyr : Que des blablabla «les avions pour la compagnie aérienne malienne ont été achetés» depuis quand?
Moi j’aimerais bien vous interpeller sur une autre chose vous, le Président, et le ministre de l’Intérieur pour savoir si c’est vous qui avez autorisé les autorités qui se trouvent à nos frontières de nous soutirer 1000 FCFA à chaque fois si on veut sortir et rentrer dans notre pays qu’est le Mali ?

Abdoulaye Niang : Attention ! Ceci est un piège dont devrait se méfier le Premier ministre. Il n’y a aucune force capable de gérer efficacement les éventuels dérapages. Ensuite, cette mesure porte les germes d’une déflagration sociale profitable aux détracteurs de votre gouvernement. A bon entendeur salut !

Seydou Oumar Traoré : Je déconseille à l’Etat l’usage de la force tant que les voies de dialogue ne sont pas fermées.
L’Etat a des possibilités et peux les proposer, donner un délai et trouver un compromis avec les collectifs.
Une opération des forces va nous conduire à l’embrasement, car tacitement, beaucoup de populations adhèrent à l’initiative des jeunes qui ont imposé ce blocus.

Alioune Gueye : Je partage ton analyse. Le Premier ministre doit changer de stratégies avec cette jeunesse qui ne croit plus en rien. Elle a été désabusée plus d’une fois sur la question de la route Bko-Kayes

Cherif Fofana : Cela s’impose. Seul l’État a le monopole de la violence. Les riverains de la RN1 ont tout à fait le droit de revendiquer et leur cri de cœur a été entendu. Force doit rester à la loi.

Al Hassane Hama Thiao‎: Quand tu lis le communiqué du maire de Kati, c’est là que tu comprends la sinuosité du PM.
Des gens qui ont parlé directement avec la plus haute autorité administrative après le Président de la République ne peuvent pas écouter un maire.
O toumana dji bé yèlèn koulou fè wa?

Abdoulaye Niang : Excellence ! Vous savez pourquoi vos interlocuteurs ne vous croient-ils pas? Parce que deux ministres ont déjà menti (locomotives et route Djidieni-Kolokani).

Malick Konate : «Je ne suis pas politicien et je n’ai aucun agenda politique. Nous sommes là pour le peuple afin de trouver une solution aux problèmes auxquels nous sommes confrontés. Ce n’est pas un bras de fer entre vous et moi.» Dr Boubou CISSÉ

Boubacar Tandina : Beaucoup avaient dit la même phrase, mais le temps a fini par avoir raison d’eux.
Sambou Sissoko
S’il sait qu’il n’est pas apte à gérer la situation actuelle et qu’il faut absolument un homme politique pour gérer la Primature ; alors il n’a qu’à rendre sa démission avant qu’il ne soit trop tard. Tatam Ly n’est-il pas un bon exemple pour lui ! Quand il a compris qu’il n’avait plus les moyens de sa politique, il a fait la politique de ses moyens en rejoignant son poste à Dakar.

Oumou Keita ; C’est triste d’entendre cela. Pourquoi alors avoir accepté un, puis deux portefeuilles ministériels ??? C’est trop facile de se proclamer non-politicien maintenant que ça brûle autour de lui. Dire qu’il n’a pas d’agenda politique est surprenant. Comment organise-t-il son travail depuis? Visiblement la trahison commence à se faire sentir autour de lui. Courage PM.

Abdoulaye Dit Ablo Sow : Il est plus que politicien, lui qui comme Premier ministre cherche des points auprès du fils du Président. S’il était technocrate, il n’allait pas être là où il est en ce moment…Je le croyais jusqu’à ce que je vois cette publication ou il se justifie auprès de Karim …J’ai compris que c’est un affairiste !

Abdoulaye Niang : Où sont les partis politiques qui ont promis de vous accompagner? Pourquoi personne ne manifeste le moindre soutien dans cette affaire ? Excellence vous êtes seul face à l’épreuve !

Toguna Sangala : Un mouvement insurrectionnel ne profitera à personne. Le Monde en plus d’être à notre chevet nous observe. Croyez-le.

Mariam Aminata: Laissons nos indifférences à côté, afin de savoir que malgré la situation que traverse le pays, le gouvernement malien est préoccupé par l’amélioration de l’état des infrastructures routières et il essaye de mettre tous les moyens en œuvre pour trouver des solutions rapides et durables pour un meilleur confort et une meilleure qualité de la mobilité des populations.

BS : La vérité, c’est que ce marché de reconstruction de la route Bamako-Kati-Kolokani-Didiéni-Kayes-Diboli d’un montant de 78 MILLIARDS attribué à SATOM/CIRA/AGETIPE a été monté de toute pièce par le ministère de l’Equipement et des Transports de façon frauduleuse (gré à gré sans appel d’offres) contrairement aux règles élémentaires du droit malien en la matière. Le plus étonnant, c’est que ces décisions sont prises en CONSEIL DES MINISTRES et personne ne dit le droit. Ce pays est et restera corrompu à jamais.

Rose : ous sommes dans pays dans lequel on parle de tout sauf du réel ; tel est le cas de certains de nos journalistes qui veulent juste se faire ou de trouver de quoi vivre travers des articles d’intoxications à l’encontre des actions gouvernementales, à ce que le peuple malien se révolte.
Justice :
Si notre or est vendu pour encore entretenir ceux qui ont pris des armes pour nous tuer et nous menacer, qu’est-ce qui va nous rester encore pour entretenir nos routes ou même acheter des bons hélicos pour notre défense ? Avec un tel système de sapeur-pompier, on ne pourra même pas organiser des élections ; on va plutôt se contenter des élus périmés et frelatés.
Behanzin :
Tout le monde a entendu IBK se réjouir à Kayes en disant qu’il vient d’avoir la confirmation du financement par la Banque mondiale du chemin de fer Bamako – Dakar soulevant l’acclamation des populations qui attendent ce pain béni. Tout le monde a vu un de ses ministres au bord d’une locomotive en Sud Afrique affirmant que ce sont 11 nouvelles locomotives qui débarqueront bientôt au Mali. Enfin, qui n’a pas lu ce communiqué du ministre des Infrastructures Seynab affirmant le lancement imminent des travaux de réhabilitation de la route Kati-Djidjeni- Kayes? Plusieurs mois après ce tintamarre, aucune action concrète!! Comment peut-on prendre des tels responsables au sérieux?

Bakoroba : Encore de la poudre aux yeux des Maliens. Tant qu’on ne luttera pas contre la pauvreté, on restera toujours à ce stade. Pour le chemin de fer, c’est encore pire. Les mêmes cheminots vont encore tout voler ; personne ne payera. Dommage pour ce pays! Mon Continent (l’Afrique) immensément riche et lamentablement pauvre est mal barré, aucun espoir à l’horizon avec des brigands financiers aux commandes, qui ne bougent leurs fesses que quand il y a bruits de bottes. Heureusement que la jeunesse commence à s’occuper d’eux.

Sire Bocar BA : Le PM doit savoir que quand on passe un marché, c’est avec des dates de début et de fin des travaux. Je ne comprends pas sur quelle date SATOM doit encore être évaluée. C’est peut-être l’informer que la pénalité sera appliquée avec rigueur.

Ousmane : Mais pourquoi ni le Vérificateur général de la République ni l’Autorité de régulation des marchés publics ne s’intéressent a ce ministère budgétivore ?
Avez-vous une explication ?

Soul : Ce pays-là est inqualifiable! Contrairement aux autres pays, le Mali, de 1960 à nos jours, n’a réalisé aucun progrès. Nous sommes dans une république de «Tin». C’est honteux !!

KKB : Vraiment c’est pathétique. Je me rappelle encore comme si c’était hier, pendant les campagnes présidentielles IBK est parti à Kayes par avion, et les Kayesiennes ont juré de le faire gagner. Dites-moi comment une personne peut vous venir en aide s’il ne connait pas les réalités que vous vivez ?
Tout ce que vous endurez aujourd’hui vous le méritez, walaye. Comment vous pouvez hypothéquer votre avenir pour 2000 ou 5000 ? Tchaiiiii malien ou en ka en gnai yelen, sinon ça ne va pas.

Ali Touré : IBK et compagnie ne font que surfacturer des hélicos camelotes avec l’argent du contribuable. Honte à ce régime vendu à la France. Et après, il vient dire: nous fumasses alors que d’autres ne fusasses pas .Quelle déchéance pour ces soi-disant dirigeants d’une nation !

Vérité :
Merci, Kayes. Vous avez fait gagner quelqu’un que vous pensez ne se soucie plus de vos problèmes et vous réagissez. C’est bon et continuez jusqu’à satisfaction. Qu’attendent les gens de Gao où la collaboration des Arabes avec l’armée rejette la réhabilitation de la route Gao-Sévaré aux calendes grecques, car pour aller à Gao aujourd’hui, il faut 5 jours. En fait, vous payez votre billet de car à 20 000 FCFA, arrivée à Hombori vous avez à attendre l’escorte ou emprunter les Toyota Hilux des Arabes à 10 000 FCFA. Pour venir de Gao à Hombori, il vous faut 2 jours ; un jour Gao – Gossi (160 km) et 1/2 jour Gao Hombori (80 km).

K.SISSOKHO : Le Chemin de fer ex – Dakar-Niger puis Transrail est INCONTOURNABLE dans le développement de la 1ere région et même du Sénégal ! Même tous les habitants des villes et villages qui sont sur son trajet du Bondou à Dakar, en passant par Tambacounda et Thiès, sont d’accord avec cela et le disent assez souvent dans leurs doléances aux gouvernants du Sénégal et du Mali ! Ces derniers qui parlent sans cesse et à juste raison de la nécessité d’intégration économique régionale comme étant la pierre angulaire indispensable à tout développement économique sans toutefois la mettre en pratique ! Les gens de notre 1ére région devraient IMPERATIVEMENT ASSOCIER les villes sénégalaises traversées par le Dakar-Niger dans leur lutte. Cela ne sera que plus efficace ! La grande question est celle-là : QUI SABOTE LES RAILS ? QUI (Quel pays Européen ou autre ? Quelle entité géostratégique ?) ne veut pas de l’union ou de la relations économiques Mali-Sénégal, pour empêcher les opinions négatives que le Mali a sur leurs méthodes sournoises, contaminer le Sénégal ? Ce sont sûrement les mêmes qui ont fait éclater la fédération du Mali (alliance Sénégal-Mali cassée en août 1960).

Oumar Sidibe : Bravo aux Kayesiens et Kayesiennes pour leur détermination. Nous vous soutenons de tout de notre cœur et la lutte continue. Nous sommes face à des dirigeants qui ne pensent qu’à eux-mêmes. Le détournement de l’agent public est patent et chaque jour révèle son lot de scandales. IBK est le plus mauvais et incapable président que le Mali ait connu depuis son indépendance. Il a révélé à la face du monde que tout ce qu’il a été (renommée, qualificatifs..) que c’est Alpha et non lui-même. Hélas! Que les Maliens sont trompés.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *