Search
mercredi 16 octobre 2019
  • :
  • :

Boulkessi: réapparition de 33 Fama

Suite aux attaques du camp des Forces armées maliennes (FAMa) de Boulkessi, sous commandement G5 Sahel, et du poste militaire de Mondoro, dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 septembre 2019, le bilan provisoire fourni par le ministre porte-parole du Gouvernement faisait état ’’ de vingt-cinq (25) morts, quatre (04) blessés évacués par aéronefs FAMa sur Sévaré, une soixantaine de portés disparus’’.

La déclaration faite hier par le ministre de la Défense et des anciens combattants, Ibrahima Dahirou DEMBELE, lève partiellement les angoisses des familles des militaires dont on était sans nouvelle, mais aussi de l’ensemble des Maliens pour lesquels ils se battent dans des conditions souvent extrêmement difficiles. Avec une satisfaction tempérée, l’opinion nationale a accueilli l’annonce, par voie autorisée, du retour dans les rangs de 33 soldats qui avaient été portés disparus, suite à la violente attaque jihadiste du camp de Boulkessi. Cette bonne nouvelle ouvre la voie à l’optimisme quant au retour de la vingtaine d’éléments des Forces armées manquant encore à l’appel. Vivement le retour de l’ensemble des soldats.
Malheureusement, parmi les 33 militaires, 8 ont été admis à l’infirmerie en raison d’une santé défaillante.
Le ministre et le chef d’état-major général adjoint, le général BABY ont rendu visite aux blessés à Sévaré. Le général Dahirou a assuré que la prise en charge totale des blessés sera assurée par l’État (frais de soins, alimentation), avant d’annoncer qu’ils retrouveront bientôt leurs familles respectives.
La mauvaise nouvelle est l’évolution de nombre de morts qui est passé de 25 à 38. Le ministre, qui s’est incliné devant leur mémoire, a fait savoir qu’ils ont tous été enterrés hier.
Ibrahima Dahirou DEMEBELE a salué la bravoure, le degré de sacrifice des commandos. Pour preuve, certains ont gardé leur position jusqu’à l’arrivée des forces spéciales.
Pour terminer, il a souligné la difficulté du combat contre les terroristes. Aussi, est-il nécessaire pour les Maliens d’être soudés.
Toutes nos condoléances à l’Armée et aux familles des soldats qui ont péri et prompt rétablissement aux blessés.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *