Campagne agricole 2016-2017 à ORS: 60% des périmètres aménagés déjà mis en valeur

5

Après l’étape de l’Office du Niger, le périple de la mission de supervision de la campagne agricole en cours, conduite par le ministre de l’Agriculture, Kassoum DENON, a continué dans la zone Office riz Ségou (ORS). C’était, du samedi 06 au dimanche 07 juillet, en compagnie du directeur de l’ORS, Salif SANGARE ; des directeurs et des techniciens des services rattachés du ministère de l’Agriculture et des autorités de la quatrième région.

Le constat qui se dégage dans cette zone est que la campagne se déroule normalement si bien que l’ORS est déjà à un taux de 60 % de mise en valeur des périmètres aménagés. Aussi, selon les témoignages des responsables de l’Office, la quantité de pluies enregistrée à cette date permet aux cultures de continuer normalement leur développement végétatif. Un constat qui a beaucoup ébloui le ministre de l’Agriculture qui a indiqué que l’installation de la campagne dans les zones rizicoles dans la région de Ségou donnait espoir et laissait à présager une large atteinte des objectifs fixés, si l’élan en cours se poursuivait.

Le grand regret
Tout serait rose dans la zone Office riz Ségou si le Niama-pont, dans la zone de Tamani, était prêt au grand bonheur des producteurs. Mais hélas, l’enthousiasme qui animait le ministre par le constat de l’installation satisfaisante de la campagne, a été en partie, estompé par le constat peu reluisant des travaux interminables de Niama-pont qui durent depuis maintenant 10 ans.
« C’est regrettable qu’à Tamani, nous constations que l’ouvrage de Niama-pont, sur lequel l’Assemblée nationale nous a interpellés, n’est toujours pas prêt. C’est un projet de plus de 14 milliards de FCFA qui durent, depuis plus de 10 ans maintenant. Nous avons écrit ligne par ligne les textes de ce projet quand j’étais aux commandes à l’ORS. Malheureusement, dix ans après, ledit ouvrage ne pourra pas être mis en service pour cette campagne pour satisfaire les paysans qui sont à l’attente », a déploré le ministre Kassoum DENON.
Néanmoins, a-t-il promis, le département va prendre les choses en main pour la finalisation, dans les meilleurs délais, les travaux de Niama-pont au grand bonheur des populations de la localité de Tamani qui l’attendent, depuis des années. Aussi, le ministre a rassuré les populations de son engagement pour la réfection des pistes rurales qui sont en état avancé de dégradation.
Le chef du département de l’Agriculture a fortement interpellé la direction de l’ORS à jouer son rôle de veille auprès de l’entreprise TOGOLA qui s’occupe des travaux de Niama-pont. Il a invité les responsables de l’ORS à faire un planning de finition des travaux le plus rapidement possible.
Face à ce constat amer, le ministre a été très clair et s’est montré intraitable sur une quelconque prolongation des délais des travaux.
« C’est un regret que nous formulons, car en principe, cet ouvrage devrait être fonctionnel cette année pour permettre de réguler tout le système hydraulique de Tamani. Mais malheureusement, il n’est pas encore achevé et nous allons suivre les travaux de très près », s’est indigné le ministre DENON.

1 200 ha aménagés dans la localité de Dioro
Dans la zone de DIORO, le ministre de l’Agriculture a apprécié l’état des travaux du Projet d’appui au développement rural de Tien Konou et Tamani (PADER TKT). Un projet de 14,98 milliards qui vient d’aménager 1 200 ha de périmètres pour installer les producteurs. Dans cette zone où les aménagements sont pratiquement terminés, le ministre a donné des conseils fermes à l’encadrement et aux producteurs. Il a instruit que la priorité soit donnée aux paysans et que des formations leur soient dispensées sur les techniques d’entretien des différentes cultures et sur la bonne gestion des champs et de l’eau.
Il a insisté auprès des paysans sur le respect des conseils de l’encadrement, surtout les consignes relatives au calendrier des travaux des champs et du choix des terres pour les différentes cultures. Le ministre a invité l’encadrement et les paysans de l’ORS à s’inspirer de l’exemple de l’Office du Niger vieux de plus de 80 ans maintenant et qui constitue aujourd’hui un modèle de réussite en matière de culture de riz dans notre pays. Il a également informé que son département est à la recherche de financement pour l’aménagement de plus de 1 000 ha dans la zone de Soké, non loin de Dioro.
Dans ses entretiens avec les producteurs, le ministre DENON a mis l’accent sur sa volonté de relancer les cultures émergentes dans notre pays. Il a principalement mis l’accent sur la culture du fonio et du Sésame qui occupent une place importante dans les prévisions de la campagne en cours.
Précisons que dans la zone Office riz Ségou, le plan de campagne se donne comme ambition de réaliser 172 548,3 tonnes de céréales, dont 86 338,3 tonnes de riz Paddy pour sa contribution à l’atteinte de la sécurité alimentaire et des objectifs du 8e contrat plan État/ORS/producteurs qui est à sa deuxième année de mise en œuvre.
Il est à préciser que les différentes visites de supervision dans les zones Office du Niger et Office riz Ségou se sont déroulées en présence des opérateurs économiques : Diadié BAH et Ibrahim DOUCOURE qui approvisionnent lesdites zones en intrants agricoles. Partout où le ministre a passé, les paysans ont rassuré avoir reçu de l’engrais en quantité. Puis, le ministre a pu constater, de visu, des quantités importantes d’engrais dans les magasins qui constituent des stocks de sécurité en cas de besoin pour les paysans.
Rappelons que l’Office riz Ségou a été créé en 1991 et a pour mission fondamentale de proposer et d’exécuter tous les programmes et projets concourants à la promotion de la filière riz, à travers les actions visant le développement intégré de sa zone d’intervention. L’ORS a comme vision de déclencher un développement harmonieux et durable des populations par la mise en œuvre d’actions spécifiques. Ses zones d’intervention se situent dans la vallée du fleuve Niger et couvrent 44 communes. Les principales cultures en production sont : le riz, le mil, le sorgho, le maïs, le fonio, l’arachide, le sésame, le niébé, la pastèque, le manioc et les cultures maraichères.

PAR MODIBO KONE
ENVOYE SPECIAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *