Search
vendredi 19 avril 2019
  • :
  • :

Campagne chirurgicale des sténoses caustiques: 5 enfants pris en charge par Chaine de l’espoir

L’organisation française, Chaine de l’espoir, a procédé, hier mardi 16 avril 2019, à l’Hôpital du Mali, au lancement de sa campagne de prise en charge chirurgicale des sténoses caustiques chez l’enfant. Sur 25 enfants diagnostiqués, 5 ont été retenus pour subir une intervention chirurgicale, à raison de 2,5 millions de FCFA par opération, payés par la Chaine de l’espoir.

La cérémonie de lancement était présidée par Doumanké DIARRA, conseiller technique au ministère de la Sante et de l’hygiène publique ; en présence du directeur général de l’Hôpital du Mali, Ousmane Attaher DICKO ; le coordinateur du Programme de la Chaine de l’espoir, Alexis PONEL ; et plusieurs professionnels maliens, chinois et français, ainsi que les enfants bénéficiaires et leurs parents.

Les spécialistes conviennent que la sténose caustique de l’œsophage est un rétrécissement non réductible du calibre de l’œsophage suite à l’ingestion de produits corrosifs comme les soudes, les acides, l’eau de javel, la potasse, etc.

Par ailleurs, précisent les spécialistes, les lésions que ces agents causent peuvent concerner la bouche, le larynx l’appareil respiratoire, le pharynx, et surtout l’œsophage dans 60 % des cas.

Selon DIARRA : « La sténose correspond à l’installation d’un rétrécissement cicatriciel avec aggravation progressive et inexorable entrainant une difficulté d’avaler les aliments, l’eau et même la salive en cas de sténose complète » ; et d’ajouter : « si rien fait, l’enfant mourra de faim et de soif, suite à une dénutrition extrême. Les lésions peuvent également évoluer vers un cancer de l’œsophage dans 15 % des cas ».

Ces données, a-t-il soutenu, prouvent à suffisance que les sténoses caustiques constituent un problème de santé publique qui est négligé ou méconnu, mais qui concerne toutes les couches sociales et sévit dans toutes les régions.

En effet, s’est réjoui le représentant du ministre de la Santé, l’Hôpital du Mali et la Chaine de l’espoir leur donnent aujourd’hui une très bonne occasion de lever publiquement le voile sur un problème qui concerne une franche importante et très fragile de notre société que sont les enfants.

Le DG a loué l’excellente complémentarité des professionnels maliens et chinois qui sont en en train de répondre dans la mesure de leurs capacités et des moyens disponibles aux attentes et angoisses de différents patients qui s’adressent quotidiennement à la structure.

« En réalisant avec satisfaction diverses activités dans les domaines de la chirurgie thoracique, de la neurochirurgie, de l’endocrinologie, de la biologie, de l’imagerie médicale et autres, qui nécessitaient, il y a peu, des évacuations à l’extérieur, nous pouvons affirmer que l’Hôpital du Mali est déjà en train de jouer sa partition dans la prise en charge des problèmes de santé au Mali », a déclaré Ousmane Attaher DICKO.

Quant au coordinateur de la Chaine de l’espoir, M PONEL, il a remercié et félicité le Dr YENA et l’équipe de bénévoles sans le concours desquels ce projet n’allait pas voir le jour au Mali.

Aussi, a-t-il rappelé, la Chaine de l’espoir a pour mission de soigner et accueillir, en France ou à l’étranger, des enfants qui ne peuvent l’être dans leur pays d’origine faute de moyens techniques ou financiers ; de transmettre compétences et savoir-faire sur le terrain pour une plus grande autonomie locale. Pour cette campagne, ils étaient 25 enfants maliens et guinéens diagnostiqués, sur lesquels 5 ont été retenus pour bénéficier d’une opération chirurgicale, à raison de 2,5 millions de FCFA pour chaque intervention, payés par la Chaine de l’espoir.

Par Sékou CAMARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *