Search
samedi 22 juillet 2017
  • :
  • :

Campagne cotonnière à Sikasso et à Kadiolo: les paysans saluent la disponibilité des intrants

Après l’étape de Bougouni, la délégation du ministre de l’Agriculture s’est rendue, le dimanche dernier, dans les localités de Sikasso et Kadiolo, relevant de la filiale Sud de la CMDT (Compagnie malienne du développement de textile).

La délégation, conduite par le Dr Nango DEMBELE, comprenant des responsables de la CMDT et de l’APCAM, a échangé avec les producteurs et l’encadrement et procédé à la visite de certains champs.
A Kadiolo, la délégation ministérielle a visité l’usine de la CMDT qui est en chantier.
A Lofigué (cercle de Kadiolo), où elle a échangé avec les producteurs, le représentant du chef de village a vivement salué les efforts du gouvernement qui ont permis de valoriser la culture du coton et galvaniser davantage les producteurs. Les producteurs du cercle de Kadiolo se sont réjouis de la construction d’une usine d’égrainage du coton dans leur localité. Ils ont rassuré qu’avec cette usine, la culture du coton sera booster davantage à Kadiolo.
Le représentant du chef de village de Lofigué a sollicité auprès des autorités agricoles la réalisation des activités de développement local, notamment la construction des pistes rurales, des barrages, la formation aux activités génératrices de revenus, l’alphabétisation des producteurs… afin que la CMDT retrouve sa lettre de noblesse d’antan dans la zone.
Dans leurs propos, le président de l’APCAM, Bakary TOGOLA ; le PDG de la CMDT, Baba BERTHE et le ministre de l’Agriculture, Nango DEMBELE ont largement exprimé la politique du gouvernement pour la valorisation du système coton qui englobe aussi la culture des céréales.
Le ministre Nango DEMBELE a rassuré que les dispositions sont en cours pour que la CMDT redevient le géant qu’elle était dans les années passées. Il a beaucoup mis l’accent sur la nécessité de mettre l’accent l’augmentation du rendement à l’hectare.
A Sikasso, lors des échanges avec les cadres de la filiale Sud et les producteurs, l’Administrateur général, Issiaka THIAM, a rappelé que l’année passée sa filiale a dépassé ses prévisions.
«261 300 tonnes de coton ont été atteintes par la filiale en 2016. En ce qui concerne la prévision pour cette campagne, il a prévu à 300 000 tonnes», dira Issiaka THIAM qui a rassuré que tous les intrants agricoles ont été acheminés aux producteurs en quantité et à temps.
Le PDG de la CMDT et le président de l’APCAM ont focalisé leurs interventions sur l’engagement de l’encadrement à se mettre à la disposition des producteurs et à les prodiguer de bons conseils. Ils ont appelé l’encadrement à informer la hiérarchie sur toutes les préoccupations des paysans. Aussi, ont-ils sensibilisé les producteurs à respecter les consignes de l’encadrement et à gérer avec efficience les intrants agricoles.
Le porte-parole des paysans, Souleymane SANGARE, a réitéré le soutien du monde rural aux autorités en guise de reconnaissance pour les facilités en leur faveur par le président de la République. Il a déploré le démarrage tardif de la campagne pour des raisons de pluviométrie. Avant de signaler les difficultés qui ont trait le manque d’accès des pièces de rechange et de réparateurs pour les tracteurs subventionnés par l’Etat ; les difficultés d’approvisionnement en aliment bétail ; la présence des insectes nuisibles pour le maïs.
Par ailleurs, le porte-parole des paysans a sollicité les autorités pour le bitumage des routes qui mènent aux usines CMDT de Kignan et de Kadiolo.
Le ministre de l’Agriculture a insisté sur la conviction du Président IBK qui tient beaucoup à la qualité des engrais qui doivent être mis à la disposition des paysans.
Le ministre DEMBELE a appelé les paysans à utiliser les engrais dans les champs et non de les vendre comme certains le font.
A Sikasso aussi, le ministre a revenu sur la nouvelle mesure qui consiste à augmenter le rendement à l’hectare.
En réponse aux préoccupations des paysans, le ministre a appelé les paysans à poser toutes les questions qui les préoccupent à l’encadrement.
Aussi, a-t-il rassuré, les difficultés évoquées feront l’objet de concertation avec les structures compétentes et que les départements concernés par tel ou tel problème seront consultés également pour avoir des solutions efficaces aux soucis des paysans.

PAR MODIBO KONE ENVOYE SPECIAL




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *