Search
mardi 16 octobre 2018
  • :
  • :

Campagne cotonnière dans la Filiale nord-est: la capitale de l’or blanc maintient sa suprématie

Dans son périple dans les zones CMDT, le ministre de l’Agriculture, le Dr Nango DEMBELE, et sa délégation se sont rendus, le vendredi 12 Janvier, à la filiale Nord-Est à Koutiala et à Yorosso. Dans ces deux localités, le ministre et les responsables qui l’accompagnaient ont échangé avec les acteurs de la cotonculture composés de représentants des producteurs, des cadres de la CMDT, de la BNDA, de Kafo Jiginew, des Centres de gestion rurale, des unités industrielles…

Dans leurs interventions, les maires, les représentants de la Confédération nationale des sociétés coopératives de producteurs de coton (CNSCPC) et les préfets ont tour à tour exprimé leurs reconnaissances aux autorités pour les efforts en faveur du monde rural tout en plaidant pour leur renforcement et l’installation de nouvelles usines d’égrenage et de transformation du coton.
L’Administrateur général de la filiale Nord-Est de la CMDT, Oumar DIAKITE, a informé qu’au niveau de sa filiale, tout porte à croire que les ambitions affichées en début d’hivernage seront dépassées. Malgré la quantité de coton produite, il a rassuré que l’égrenage sera effectif en début du mois d’avril avant la tombée des premières pluies. L’Administrateur général a informé qu’au niveau de sa filiale, 19 milliards de FCFA ont été déjà payés aux producteurs de coton. Aussi, a-t-il affirmé avec fierté que sa filiale dépassera son record de l’année passée.
Le PDG de la CMDT, le Pr Baba BERTHE, a reconnu que l’installation des usines reste un défi à relever pour la Compagnie malienne de développement des textiles. Il a noté que la CMDT a aujourd’hui des capacités d’égrenage très limitées au regard de son ambition de rester un leader de la production cotonnière africaine.
« Le défi auquel la compagnie est confrontée est qu’il y a le risque de ne pas pouvoir égrener la quantité de coton produite si elle ne renforce pas ses capacités industrielles. Pour ce faire, il y a un projet en cours d’être exécuté pour faire face à cette préoccupation », a affirmé le PDG de la CMDT.
Il a informé que la nouvelle usine d’égrenage de Kadiolo est en situation très avancée et que d’ici le début du mois de février, elle devrait pouvoir entrée en production. Toujours à propos des nouvelles unités industrielles, le PDG a affirmé que le financement de celle de Kimparana est en partie régler au niveau d’un pôle bancaire local avec l’accompagnement d’une banque extérieure.
A ces projets, le Pr BERTHE a ajouté que la modernisation de certaines unités est en cours à Sikasso, Koumantou, Koutiala et Dioila. Ce qui permettra, dit-il, de renforcer les capacités d’égrenage de la CMDT. Aussi, a-t-il souligné, les grands bassins de production seront identifiés pour voir là où il existe un besoin urgent d’unité industrielle dédiée à l’égrenage du coton. Sur le long terme, le PDG de la CMDT estime qu’il faudrait que notre pays se prépare à transformer une partie du coton qu’il produit. Il soutient que cela est une nécessité si bien que la valeur ajoutée, est au niveau de la filature et du tissage qui manquent le plus à notre pays.
Partout où la délégation est passée, la question des tracteurs a été posée par les producteurs. Ceux-ci ont plaidé en faveur du renforcement de la politique de subvention des tracteurs. Ils trouvent comme justification, l’importance indéniable des machines agricoles dans l’augmentation de la production avec la rareté des pluies et autres aléas.
En réponse aux préoccupations des paysans, le ministre de l’Agriculture, le Dr Nango DEMBELE, a rassuré qu’après le premier programme de 1 000 tracteurs, le deuxième programme portant sur 500 tracteurs et beaucoup d’autres équipements agricoles est en cours. Il a expliqué aux producteurs que ce programme présidentiel se poursuivra conformément à la volonté du Président de la République, Ibrahim Boubacar KEITA, qui est d’augmenter le taux d’équipement de notre pays qui tourne autour de 40% pour atteindre 70%. Une initiative qui permettra de rendre le secteur agricole beaucoup plus attractif pour les jeunes.
A la filiale Nord-Est également, le ministre de l’Agriculture et le PDG de la CMDT ont insisté sur le rendement à l’hectare et la qualité du coton. Pour ce faire, ils ont conseillé aux paysans à abandonner les grandes superficies de champs et à renforcer l’utilisation de l’engrais organique et de la chaux agricole. Des stratégies qui permettent de fertiliser davantage le sol et d’augmenter le rendement à l’hectare.

PAR MODIBO KONE
ENVOYE SPECIAL




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *