Search
vendredi 25 mai 2018
  • :
  • :

Candidature de l’ADEMA à la présidentielle: le niet catégorique du Pr Dioncounda

La saga de la candidature interne de l’Adema-Pasj a pris fin hier, en début de soirée. L’ancien Président de l’Assemblée nationale, de la Transition et de la Ruche, le Pr Dioncounda TRAORE, a opposé une fin de non-recevoir formelle à la sollicitation d’une partie des militants de porter l’étendard rucher. Comment en est-on arrivé là ? Quelles ont été les réactions à fleur de peau ? Quelles peuvent être les implications de cette décision ?

Selon les sources proches de la Ruche, cette annonce, qui tombe tel un couperet, n’est pas en réalité un cataclysme, en ce qu’il n’y a jamais eu de mystère sur la position du candidat potentiel, Dioncounda TRAORE. D’ailleurs, après plusieurs jours de réflexion, pour donner sa réponse finale, le dimanche, M. TRAORE a réussi à faire un pied-de-nez, en demandant un ajournement de 24 heures. Ce qui revient à dire que sa décision devait être impérativement connue hier lundi. Ce qui a été le cas.
Selon nos sources, il a levé toute équivoque, en tout cas, en ce qui est de sa candidature à la présidentielle de juillet prochain. Il ne faudrait pas compter sur lui, a-t-il soutenu en substance.
Ainsi prend fin un feuilleton qui aura tenu en haleine la Ruche, mais au-delà, l’ensemble des démocrates maliens quant à une candidature interne de l’Alliance pour la démocratie au Mali qui a survolé, des années durant, l’échiquier politique national.
L’on apprend de sources bien informées que la décision du Pr TRAORE a été accueillie par des cris et des lamentations de caciques qui n’imaginent pas un Parti politique de la trempe de l’ADEMA/PASJ de ne pas présenter un candidat à l’élection majeure qu’est la présidentielle.
Espoir déçu ou faux espoir, au regard de l’incertitude qui a toujours entouré l’ancien Président de la Transition ? La question demeure.
Comment en est-on arrivé là ? Selon certaines indiscrétions, le problème de la candidature des Rouges et Blancs aurait été mal posé, laissant entrevoir le dénouement auquel nous assistons.
Quelles peuvent être les implications de cette décision ? Le Pr TRAORE s’imposait comme le candidat du consensus, celui que l’on se gardait d’affronter à l’interne. En laissant un vide, c’est la porte ouverte aux candidatures multiples, comme c’est la marque déposée de la Ruche depuis 2002. Cela, avec les conséquences dramatiques de déchirures profondes.
Quelles ont été les réactions à fleur de peau ? Il faut faire la fête au président de l’ADEMA/PASJ, Pr Tiémoko SANGARE. Pour certains, il lui est reproché d’avoir toujours eu une attitude énigmatique au sujet d’une candidature interne à l’élection présidentielle de juillet prochain.
Pour d’autres, il fallait bien que quelqu’un paie pour l’insatisfaction d’une partie des Abeilles. C’est donc le président rucher qui doit recevoir sa dose de venin. Dans cette veine, certains militants, comme sortant d’un long rêve, prôneraient la solution radicale : débarquer le président Tiémoko SANGARE, sans préciser si ce serait par les voies démocratiques ou par un coup de force politique.
Avec nouvelle donne, celui qui voue un respect sans bornes au Pr Dioncounda TRAORE et candidat à l’élection présidentielle de 2013, Dramane DEMBELE, ne manquera de réchauffer son ambition présidentielle. Ce, alors que d’autres ténors ont manifestement décidé de se passer de l’onction de leur Parti politique.
Une autre page de joutes politiques s’ouvre donc, avec une remise au goût du jour des dispositions statutaires, quant à une candidature dont la question, faut-il le rappeler, n’a jamais été définitivement trachée. La Ruche étant toujours en proie à une division : faut-il oui ou non présenter un candidat ? Celui qui servait d’exutoire s’est défilé ; alors la question se pose à nouveau avec acuité, à moins de trois mois de la présidentielle. Le débat s’annonce d’autant corsé que l’ADEMA appartient toujours à la Convention de la majorité présidentielle qui a ses règles. Il y a donc de l’électricité dans l’air. Mais, ne faudrait-il pas oublier que ce Parti dont est issu le RPM, l’URD, a plus d’un tour dans son sac et qu’il surprendra toujours les observateurs politiques non avisés.

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *