Search
mardi 11 décembre 2018
  • :
  • :

Caravane sur le changement social et de comportement: Dioila, Ségou, San, Koutiala, Sikasso et Bougouni ciblées

Le ministère de l’Aménagement du territoire et de la population, à travers la direction nationale de la population, en partenariat avec le Projet d’autonomisation des femmes et dividendes démographiques au Sahel (SWEDD) a lancé, hier jeudi, sur l’esplanade du Stade du 26 mars de Yirimadio, la caravane nationale de communication en faveur du changement social et de comportement, du 3 au 9 mai prochain, dans les localités de Dioila, Ségou, San, Koutiala, Sikasso et Bougouni.

La cérémonie de lancement était présidée par le ministre de l’Aménagement du territoire et de la population, Adama Tièmoko DIARRA, en présence des autorités communales ; et des partenaires techniques et financiers.
Le ministre de l’Aménagement du territoire et de la population a présenté la région du Sahel comme l’une des parties du monde où les défis démographiques sont très importants.
Au plan national, a-t-il soutenu, le potentiel du dividende démographique reste faiblement exploité au regard d’un certain nombre de facteurs dont la lente transition démographique.
A son avis, c’est pour inverser cette tendance qu’a été initié le projet : « Autonomisation des femmes et dividendes démographiques au Sahel».
En effet, ledit projet est une initiative née de la volonté des Présidents de 6 pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Burkina-Faso, Côte-d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad). Il vise à renforcer le niveau d’autonomisation des femmes et des adolescentes en vue d’accélérer la transition démographique dans la région.
Selon le ministre DIARRA, pour sa mise en mise, il est prévu une campagne médiatique dont le but est de booster la demande pour les produits et services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle.
Ce projet régional, a-t-il rappelé, cadre avec l’un des objectifs de son département de placer les questions de population au cœur du développement et permettre ainsi à notre pays de capitaliser sur sa croissance démographique.
A l’analyse, il ressort que les contraintes majeures liées à la mise en œuvre du projet SWEDD relèvent de la communication ou sont en lien avec elle. En effet, pour réussir un changement de comportement social favorable à la santé de la mère et de l’enfant, à l’autonomisation des filles et des femmes, à la scolarisation des filles, il faut davantage communiquer pour relever certains défis, à savoir : la persistance des barrières sociales, culturelles et religieuses, l’inégale répartition des radios de proximité, le faible niveau de plaidoyer pour les changements programmatiques et de politiques, le faible niveau de renforcement des capacités des acteurs intervenants dans la communication, notamment les médias, la faiblesse de la documentation et du partage des leçons apprises, l’insuffisance de coordination des activités de communication en matière de population.
L’autonomisation économique des filles et des femmes constitue un levier sûr dans la maîtrise de la fécondité en vue de l’accélération de la transition démographique, partant de la réalisation du dividende démographique.
La présente caravane, a fait savoir le ministre, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de communication pour le changement social et de comportement du Projet SWEDD. Elle inclura les messages des leaders religieux et des chefs traditionnels, liés à l’accès aux services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantiles, nutritionnelle, à l’autonomisation des filles et des femmes, ainsi qu’à la scolarisation et au maintien des filles à l’école. Seront également diffusés envers les communautés, a-t-il souligné, des messages contre le mariage des enfants et les violences faites aux femmes et pour la planification familiale dans le strict respect de l’environnement socio-culturel.
Le ministre a profité de l’occasion pour inviter les leaders religieux, les femmes et les hommes de média à être les principaux acteurs de la communication pour le changement social et de comportement.
Aussi, souhaite-t-il la prise en compte effective de la dimension culturelle tout au long de cette caravane pour que les attitudes qui freinent l’autonomisation des femmes et des filles changent pour que les comportements changent.
Notons que la caravane traversera 3 régions du Mali, à savoir: Koulikoro, Ségou et Sikasso, précisément dans les villes de Dioila, Ségou, San, Koutiala, Sikasso et Bougouni.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *