Célébration du 22 septembre: IBK appelle à l’Union Sacré

4

Après la grand défilé militaire, à la place d’armes de Kati, à l’occasion de la commémoration du cinquante sixième anniversaire de l’accession à la souveraineté internationale, le président IBK, dans une adresse solennelle à la nation, a notamment appelé à l’union sacrée autour de la nation. Un véritable sursaut national qui va au-delà des intrigues politiques…

Ce fut un véritable hymne pour le partage national, ce discours d’IBK, entamé sous un air grave, lors de la commémoration des festivités du 22 septembre, où il a notamment appelé les Maliens, toutes sensibilités confondues à l’union sacrée autour de la nation. C’était à la mythique place d’armes de Kati, ce haut lieu militaire, devant un parterre, composé du gotha de l’armée, des hommes du rang et tout d’un beau monde, celui des chefs d’institutions de la république et d’un public anonyme, joyeux, aimant parfaitement partagé ces grandes retrouvailles autour de l’armée et qui ne rate, pour aucune raison, aucun de ces grands moments de témoignage vis-à-vis de l’armée nationale.
Pour tout ce symbole, hier, le grand défilé militaire de la place d’armes a été une fête miliaire réussie, rythmée dans la pure tradition militaire, ayant tenu toutes ses promesses. Avec un commandant en chef militaire, bien en phase avec son armée, plutôt soucieux à redorer le blason de l’armée dont il salue au passage le sacrifice au quotidien pour un pays, certes meurtri, mais qui amorce, comme il l’a dit, sa remontée inexorable vers la stabilité. D’ailleurs, il avait déjà donné le ton de ces festivités, lors de son discours à la nation, en ces termes : « Notre pays commémore demain le 56ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Il le fait en continuant à affronter les conséquences de la terrible crise de 2012 qui avait amené le Mali au bord de l’abîme. Il le fait aussi et surtout avec la ferme volonté de conserver l’entière maîtrise de son destin en s’appuyant pour cela sur les valeurs qui depuis toujours font sa force et constituent son orgueil ».
En ce temps de solidarité, où forcément le sentiment dominant est celui de l’appartenance commune à la nation malienne ; ce que le président IBK qualifie du « souci du pays », nous faisant « transcender nos différences et même nos divergences, c’est l’armée, creuset national, qui apparait comme le socle de l’unité du pays.
Pour le président IBK, il ne peut en être d’ailleurs autrement, en ce sens que le Mali, pour chacun de nous, pris individuellement, est au-dessus des manigances et autres mesquineries sordides. Dans le sens du renforcement des capacités opérationnelles de l’armée, le président IBK a une fois de plus réitéré son ambition pour une armée moderne, équipée et qui doit être apte, dans la dignité et la fierté, à accomplir sa mission de défense du territoire national. Voilà pourquoi il en a profité, au nombre des mesures internes en faveur de l’armée, la loi d’orientation et de programmation militaire qui permettra, selon lui, à « rendre plus efficace l’outil de défense en l’adaptant aux exigences de la guerre asymétrique et aux nouveaux types de menaces ».
Le sacrifice de l’armée nationale pour le pays ne doit être vain, surtout en ces moments troubles, où les périls sont complexes. C’est pourquoi le commandant en chef de l’armée, à l’occasion de cette journée historique, s’est dit préoccupé par les conditions de vie des militaires, à travers les garnisons militaires, lesquelles ont besoin d’être sensiblement améliorées. Une mesure phare qu’il a toujours défendue, vient d’être matérialisée, lors du conseil de ministre du mercredi dernier, à savoir l’adoption de la loi des pupilles de la république. En faisant l’écho de cette nouvelle disposition légale en faveur de la protection des fils de militaires tombés sur le champ d’honneur, comme cela existe dans d’autres pays, le président IBK, visiblement sûr de sa chose, a expliqué qu’il était temps, grand temps, dans notre pays, que l’Etat puisse prendre en charge les enfants des soldats, morts pour la patrie. Sans ambages, il a déclaré que cette mesure sociale, qui vient d’être adopté par le gouvernement, sera transmise à l’Assemblée nationale pour adoption. Et cela, afin de combler un grand vide dont le pays a beaucoup souffert, par le passé.
Au-delà de tout, le président IBK est plus déterminé à renforcer la capacité opérationnelle de notre armée nationale qui gagne, selon lui, chaque jour, en capital de confiance. Assurant que les nouvelles acquisitions permettront de densifier notre outil de défense, le président IBK a fait la révélation comme quoi l’armée malienne, en pleine mutation structurelle et tactique, est en train de se doter de capacités opérationnelles aériennes, pouvant lui permettre de faire face aux nouvelles menaces auxquelles elle est confrontée.
En tout cas, c’est autour de cette armée, requinquée, fière et opérationnelle, que le président IBK, dans sa posture de commandant en chef, appelle tous les Maliens, indépendamment du clivage politique, à faire bloc derrière, dans un élan de sacrifice patriotique ; comme cela se fait, ailleurs, dans le monde, où face à l’adversité, on fait l’union sacrée pour sauver l’essentiel.

Par Sékouba Samaké

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *