Search
mardi 12 décembre 2017
  • :
  • :

Célébration du Maouloud: ce qu’il faut savoir…

La règle en jurisprudence islamique selon les quatre écoles sunnites reconnues :
« L’origine en toute chose est la licéité (le statut par défaut est le statut licite), sauf s’il y a un texte (du Coran ou de la Sunna authentique ) qui dit le contraire ou s’il y a un préjudice du à cette chose. »

Le Prophète (paix et salut sur lui) dit : « ce que Allah a rendu licite (Halal) dans Son Livre (et la sunna car elle est partie intégrante de la révélation comme le confirme d’autres Hadîths authentiques) est le Halal et ce qu’Il a rendu illicite est Haram et sur quoi Il s’est tu c’est une dispense, acceptez alors la dispense d’Allah, car Allah n’oublie rien » rapporté par Al-bayhaqî et également par At-thirmithî avec une formulation proche.

Abou Al-faraj Al-mâlikî (RA) a dit à ce sujet : « le statut des choses à propos des quelles la Shari’a s’est tue est la licéité (Halal) car Allah dit dans le Coran : « C’est Lui qui a créé pour vous tout ce qui est sur la terre » (sourate 2, verset 29). Allah nous rappelle ici Ses bienfaits sur nous, et n’y a de bienfaits méritant reconnaissance que ceux qui sont permis (Halal). Allah nous dit également : «… Alors qu’Il vous a détaillé ce qu’Il vous a interdit, à moins que vous ne soyez contraints d’y recourir. Beaucoup de gens égarent, sans savoir, par leurs passions. C’est ton Seigneur qui connaît le mieux les transgresseurs.» (sourate 6, verset 119) » (Ref. Al-waraqât de l’imâm Al-haramayn, chapitre: statut des choses sur lesquelles la Shari’a s’est tue).

Ainsi, notre communauté (Oumma) est reconnue et distinguée de celles qui l’ont précédé, pour être la communauté à qui Allah a ôté le fardeau et les jougs qui étaient sur les communautés précédentes avant nous (cf. Sourate 7, verset 157). La législation islamique se distingue des législations des religions précédentes en effet par le fait qu’elle comporte le moins d’interdits et le moins de contraintes en comparaison avec toutes les anciennes religions révélées précédentes. C’est ce qui fait son universalité et son adaptabilité à travers les époques et les lieux car c’est une religion facile, simple, qui vise l’intérêt suprême (al-maqâsid al-kubrâ) et le juste milieu (lâ tafrîta wa lâ ifrât) pour celle et celui qui la pratiquent correctement en suivant réellement les traces du dernier Messager (paix et salut sur lui).

Sens et portée
du Maouloud
Au Nom de DIEU le Clément le Miséricordieux
La Nuit de la Naissance du Prophète Mouhammad (Paix et Salut sur Lui) est communément appelée Mawlûd dans le monde Musulman. Elle survint exactement une nuit de lundi, 12ème de Rabîcul Awwal( troisième mois du calendrier Hégirien) à l’an 570 du calendrier Grégorien.
Cette Naissance eut lieu dans un contexte historique et géopolitique sans précédent. Elle survint dans un monde enténébré et plongé dans une ignorance profonde de DIEU. Les peuples avaient oublié les messages des Prophètes envoyés auprès d’eux, s’adonnant à des pratiques dignes du paganisme et de l’animisme qui les éloignaient de plus en plus de DIEU. Dans un tel contexte, la Naissance du Prophète à propos de qui DIEU dit :

«Nous ne t’avons envoyé que comme Miséricorde pour les mondes» S.. V…
ne pouvait être qu’une voie royale pour le Salut de l’humanité toute entière.
DIEU, le Détenteur des mystères a marqué la Naissance de notre Prophète Ahmad (PSL) par des miracles authentiques témoignant de son haut rang auprès de DIEU, et de l’ampleur de sa mission. La célébration de l’anniversaire de cette Naissance glorieuse se justifie dès lors à plus d’un titre
Le Prophète Mohammad Rasûla- l- Lah dans la lignée apostolique, est le Sceau des Prophètes (Khâtimu-n- Nabî-în), mais il est aussi le Guide des Envoyés (Imâmul Mursalîn).
Dans son Panégyrique intitulé Les Prémices des Eloges (Muqaddamâtul Amdâh) le Serviteur du Prophète Khâdimu-r-Rasûl dit :
« Sa Prophétie existe avant la création ; Il avait donc une primauté alors que l’aïeul Adam était latent dans la boue» (vers 38)
Sa seigneurie et Son éminence sur l’ensemble des Prophètes et par extension sur l’ensemble du genre humain sont indubitablement reconnues.
DIEU, le Détenteur des mystères a marqué la Naissance de notre Prophète Ahmad (PSL) par des miracles authentiques témoignant de son haut rang auprès de DIEU, et de l’ampleur de sa mission. La célébration de l’anniversaire de cette Naissance glorieuse se justifie dès lors à plus d’un titre.
DIEU, le Détenteur des mystères a marqué la Naissance de notre Prophète Ahmad (PSL) par des miracles authentiques témoignant de son haut rang auprès de DIEU, et de l’ampleur de sa mission. La célébration de l’anniversaire de cette Naissance glorieuse se justifie dès lors à plus d’un titre.
N’est-il pas légitime de glorifier l’Anniversaire de la Naissance de Celui grâce à qui DIEU a suscité la création ?
N’est-il pas légitime de magnifier l’Anniversaire de la Naissance de Celui grâce à qui la Miséricorde Divine nous est parvenue ?
N’est-il pas légitime de célébrer la nuit de la Naissance de Celui qui nous a délivré du carcan de l’insoumission et de la rébellion ?
La réponse à cet agrégat de questions a été toujours «OUI» de la part des pieux anciens. C’est pourquoi d’ailleurs Cheikhoul Khadîm le Serviteur du Prophète dit dans l’Attirance des Cœurs (Jadhbul Qulûb) :
«Sa Naissance est Glorieuse, Bénite et Respectueuse sa célébration est obligatoire pour tout chef «
Voilà donc ce qui explique pourquoi dans toutes les contrées du monde où résident des musulmans on trouve toujours des fidèles qui célèbrent intensément cette Nuit, car convaincus que de sa célébration découlent des avantages et des bienfaits innombrables.
Pour éviter ainsi toute innovation, les pieux anciens ont toujours recommandé sa célébration conformément à la Tradition (Sunna), c’est à dire :
la lecture du Saint Coran et des Panégyriques de l’Elu (Paix et Salut sur Lui),
et le fait d’offrir des réceptions et des réjouissances à l’honneur de tous.
Chers amis internautes, découvrons ensemble comment SERIGNE TOUBA célébrait cette nuit bénite, et quels sont les enseignements qu’il a légués à la postérité.
Célébrer la nuit de la naissance du Prophète est un devoir pour tout musulman :
«Sa Naissance est Glorieuse, Bénite, Respectueuse ; Sa célébration est obligatoire pour tout chef»
dit Serigne Touba dans son poème intitulé l’Attirance des coeurs.
Ici Chef signifie les hommes de DIEU, les Pieux anciens autrement dit les Guides. Etant tous des serviteurs de l’Elu ils ont pour devoir d’engager les fidèles dans toutes les actions pouvant leur garantir l’Agrément de leur SEIGNEUR. Ainsi, convaincus des Grâces que renferme cette Nuit, ils exhortent les fidèles à la célébrer. Cheikh Ahmadou Bamba Khâdimu-r-Rasûl le Serviteur du Prophète dit :
«Sa Célébration conformément à la Sunna (Traditon) nous conduit vers le Paradis ; par elle les bienfaits augmentent en faveur du sincère qui glorifie». V47
Voilà donc un démenti clair à tous ceux qui dénigrent la célébration de l’anniversaire de la Naissance de la meilleure des créatures. Les détracteurs de cette célébration avancent comme argument que c’est une innovation blâmable car n’ayant jamais été célébrée du vivant du Prophète. Ceci n’est en aucun cas une raison valable pour condamner ceux qui la célèbrent d’autant plus que ceux qui la célèbrent n’ont jamais défendu que c’est une pratique traditionnelle «Sunna».
Parlant de SUNNA, en explicitant des propos de Cheikh Ahmadou Bamba Khâdimu-r-Rasûl, Serigne Saliou M’backé (cinquième et actuel khalif du Mouridisme) donne la précision suivante :
«Quand on entend le Cheikh dire : Sa Célébration conformément à la SUNNA (Tradition), c’est parce que chez les ancêtres on la vivifiait de façon qui ne s’accordait pas à la bonne voie. S’agissant proprement de la Tradition, quand on la dit, ce n’est pas dans la perspective des actes obligatoires et traditionnels qu’on connaît évidement sous obligation d’une part et tradition de l’autre, non. La perspective de la Tradition consiste
« Au chemin que DIEU avait tracé à Tes prédécesseurs» S33 V38/S33 V10
Ce qui signifie «qu’on a légiféré» «qu’on a prescrit», en accord avec «la voie réglementaire»
Par « tradition» donc on entend : «ce qu’on établit conformément à la tradition», et quand tu entends dire Sunnite, «Sunniyu» (celui qui se conforme à l’orthodoxie musulmane), cela ne veut pas tellement dire : se conformer aux actes obligatoires en ajournant les traditionnels, en pensant que c’est simplement une pratique non obligatoire. Tradition» Sunna» veut dire plutôt la Voie de la Réglementation. Cette Voie est connue de tout le monde, c’est différent des actes obligatoires et traditionnels en soi, du point de vue étymologique la voie de la Tradition Prophètique (Sunna ) c’est le Chemin de DIEU
«la voie que DIEU avait tracée…» S33 V38
Donc on a pas dit que la célébration est une obligation traditionnelle, on a simplement dit de la vivifier selon la Tradition, c’est procéder à la récitation du Coran et des Eloges du Prophète et donner des réceptions en l’honneur des gens» Cf. sermon Serigne Saliou MBACKE pronnoncé le 19 Safar 1412H. (30 Août 1991)
A la lumière de ces propos on peut dire que c’est en connaissance du rang du Prophète auprès de DIEU et de la Miséricorde dont il est porteur ainsi que des faveurs découlant du service qu’on lui rend que les pieux ont tenu à célébrer cette nuit. Espérant s’attirer les Grâces et les Bienfaits liés aux largesses que DIEU a gratifié au Prophète, ils ont invité les fidèles à se conformer à leur exemple car ils ont toujours dit qu’il est inadmissible pour un musulman de considérer la nuit de la Naissance du Prophète au même titre que les nuits qui l’ont précédé ou qui l’ont suivi.

Avis sur la célébration du Mawlid
En parlant du Prophète (paix et salut sur lui), Allah dit dans le Coran :
«Nous ne t’avons envoyé que par miséricorde pour les univers.»
Dieu dit aussi dans le Coran: « De la grâce d’Allah et de Sa miséricorde qu’ils se réjouissent donc !». Il incombe donc à tous les musulmans et au-delà à toutes les créatures de se réjouir de la Naissance du Prophète (paix et salut sur lui) qui est la miséricorde pour les univers.

Un verset du Coran dit : « Dieu et Ses Anges bénissent le Prophète. Ô vous qui avez cru ! Invoquez pour lui (priez sur lui) sans cesse la bénédiction et le salut de Dieu » [3]
Allah nous recommande de prier sur le Prophète (paix et salut sur lui), et ce verset mentionne le pluriel.
La prière sur lui peut se faire en groupe ou individuellement. Prier sur lui abondamment est un signe de son amour.
L’emploi du terme «Ô les croyants » sous-entend que celui qui ne prie pas sur le Prophète (paix et salut sur lui) n’est pas complètement croyant.
De nombreux hadîths marquent la prééminence du jour de la naissance du Prophète (paix et salut sur lui) sur les autres jours :
-Dans le sahîh de Muslim, il est rapporté qu’un Compagnon avait interrogé l’Envoyé de Dieu sur le jeûne du lundi et celui-ci avait répondu : «C’est en ce jour que je suis né et c’est en ce jour que j’ai reçu la prophétie.»
-Parlant de la grandeur du Vendredi, le Messager d’Allah a dit : «En ce jour, Allah créa Adam». Ce jour est jugé comme spécial par le fait que Adam (sur lui la paix) est né ce jour-là. Qu’en est-il alors du jour de la Naissance du dernier messager (paix et salut sur lui) ? L’Envoyé de Dieu a dit: «En vérité, Allah me fit le sceau des Prophètes pendant qu’Adam était entre eau et argile».
De la même manière, le jeûne surérogatoire du jour de ‘Âshûrâ fût institué en mémoire de Moïse (paix et salut sur lui), puisque les juifs jeûnaient ce jour-là en commémoration du miracle qui sauva Moïse et noya ses ennemis.

La célébration du Mawlid est une manière d’accroître notre amour pour le Prophète (paix et salut sur lui). Le Prophète – que la Bénédiction et la Paix soient sur lui – a dit: « Nul n’est véritable croyant s’il ne m’aime pas plus que son père, son fils et tous les gens.»
Un verset du Coran ordonne au Prophète de proclamer sa grande station auprès d’Allah (sa grandeur et le devoir de le suivre) :
«Dis-leur: Si vous aimez Allah, suivez-moi et Allah vous aimera et vous pardonnera vos péchés. ».
La commémoration du Mawlid est aussi une occasion de se rappeler les vertus du Prophète (paix et salut sur lui) et d’essayer de les mettre en pratique de manière accrue. Allah affirme «En vérité tu es (Ô Muhammad) d’un caractère sublime. »
Montrer de la joie pour la naissance du Prophète (paix et salut sur lui) est bénéfique, même pour les non-croyants. Ainsi il est rapporté dans le Sahîh d’Al-bukhârî : «Chaque Lundi Abû Lahab est libéré de son châtiment, dans sa tombe, parce que de son vivant il libéra sa servante Thuwayba lorsqu’elle lui rapporta la nouvelle de la naissance du Prophète (paix et salut sur lui) son neveu.».
Les biographes du Prophète (paix et salut sur lui) rapportent que de son vivant l’Envoyé de Dieu (paix et salut sur lui) appréciait les poètes qui faisaient son éloge. La plupart de ses panégyristes ont écrit des poèmes sur la naissance du Prophète (paix et salut sur lui). Par exemple : ‘Ali, Fâtima, Abû Bakr, Al-‘abbâs etc…Ce dernier a laissé un poème où il écrit :
Lorsque tu es né, la terre brillait et le firmament contenait à peine ta lumière ! Grâce à cette splendeur, à cette lumière, et à cette voie bien guidée, nous pouvons espérer traverser le chemin.
De nombreux savants ont donné leur avis concernant les bienfaits du Mawlid : Dans une fatwa restée célèbre, l’Imâm As-suyutî écrit :
« Célébrer l’anniversaire de la Naissance du Prophète pour se réunir, réciter des passages du Coran, raconter les histoires concernant la naissance du Prophète et les signes qui l’ont accompagné, servir de la nourriture, est une bonne innovation ; et celui qui y participe recevra une récompense parce que cela implique de vénérer le degré du Prophète et d’exprimer de la joie pour son honorable naissance. »[Husnu Al-maqsid fî ‘amali al-mawlid ,p 4]

Pour sa part, Ibn Taymiyya considère que : « même s’il n’y avait aucune raison pour célébrer le Mawlid, il n’y aurait aucune raison contre sa célébration.» [(Majma’ Fatawi Ibn Taymiyya) Vol. 23, p. 163 ], il ajoute même que: si l’intention est bonne cette célébration peut même être méritoire pour la personne :« fa-t’adheem al-Mawlid wat-tikhaadhuhu mawsiman qad yaf’alahu ba’ad an-naasi wa yakunu lahu feehi ajra `adheem lihusni qasdihi t’adheemihi li-Rasulillahi, salla-Allahu `alayhi wa sallam»

Pour nous malikites, il est même détestable (makrûh) de jeûner le jour de la naissance du Prophète (paix et salut sur lui) (car il ressemble à une fête dans notre école). (voir le chapitre du jeûne)

Les grands Savants de L’Islam qui ont autorisé la célébration du Mawlid :
– Sheikh Ahmad Ash-Sharabâsî déclare : « Nous avons besoin de nous souvenir de toute chose liée au Messager de Dieu, car il est le modèle par excellence pour tout musulman. Ainsi, il n’y a pas de mal à ce que les musulmans, aux quatre coins de la terre, profitent de cette occasion – la naissance du noble Prophète – pour étudier sa Sunnah , sa prédication, ses nobles manières, et pour approfondir leur compréhension de la religion et du Livre de leur Seigneur, pourvu que cela les pousse à multiplier les oeuvres pies et les efforts dans le bien. Nous devons donc comprendre que la célébration de la naissance du plus noble Messager, Muhammad, est une bonne habitude. Il n’y a aucun mal à ce que les musulmans lui accordent des soins et se réunissent à son occasion, à condition que leur célébration reste dans le cadre de ce que Dieu a légiféré et autorisé. »

– L’imam as-Suyuti a écrit tout un chapitre sur la validité du Mawlid ou il dit ceci : « Il y a une question qui était posée concernant la commémoration du Mawlid du Prophète au mois de Rabi ‘ Al-Awal : Quelle est la décision légale religieuse à cet égard, c’est bon ou mauvais ? Celui qui le célèbre est-il récompensé ou non ?” La réponse selon moi est comme suit : Pour commémorer le Mawlid qui réunit essentiellement les gens ensemble, récitant les parties du Qour’an, relatant des histoires de la naissance du Prophète et les miracles qui l’ont accompagné, est une des bonnes innovations (bid’a hassana); et celui qui le pratique est récompensé, parce qu’il implique la vénération du statut du Prophète et l’expression de la joie pour sa naissance honorable. »

– L’imam al ‘Iraqi (le sheykh des huffad du hadith) a écrit un ouvrage également sur le sujet. Dans cet ouvrage il rapporte ce hadith du Prophète : « Ibliss a poussé un cri terrible à quatre reprises : lorsqu’il a été maudit, lorsqu’il a été chassé du paradis, lorsque le prophète ﷺ est né et lorsque Al-Fatihah a été descendue par révélation »

– L’imam as-Sakhawi dit dans ses fatawi : « La commémoration du Mawlid a été innovée après les trois premiers siècles. Par la suite, les gens de l’Islam dans les grandes villes des différents pays n’ont pas cessé de commémorer le Mawlid, de donner les différentes sortes d’aumônes durant ses nuits, et de s’appliquer à la lecture de l’histoire de sa noble naissance, et tous les mérites largement répandus rejaillissaient sur eux grâce à ses bénédictions. »
Il a également déclaré : « Le Mawlid a été introduit trois siècles après le Prophète, et toutes les nations Musulmanes l’ont célébré et tout ‘Ulama (savant) l’a accepté, en adorant Allâh seul, en donnant des donations et en lisant la Sira du Prophète. »

– L’imam al-Shihab al-Qastalani le commentateur du Sahih al-Boukhâri a dit : « Qu’Allâh fasse miséricorde à celui qui rend les nuits du mois de la naissance du Prophète en festivités afin de réduire les souffrances de ceux dont les cœurs sont malades ! »

– L’imam Abu al-Khattab ibn Dihya a écrit tout un mujallad dessus. On y trouve tous ses arguments ainsi que les noms des savants qui fêtaient al-Mawlid à son époque. [6]
– Sheikh ‘Atiyyah Saqr, ancien président du Comité de Fatwa de l’université d’Al-Azhar ash-Sharîf, dit à propos de la commémoration de Mawlid : « Mon opinion est qu’il n’y a pas de mal à faire cela, notamment à cette époque où les jeunes ont bientôt oublié leur religion et leur gloire, noyés dans les autres célébrations qui dominent tyranniquement les célébrations religieuses. Cette célébration doit consister à méditer sur la vie du Prophète et à faire des œuvres qui immortalisent le souvenir de la naissance du Prophète, par exemple, en construisant des mosquées ou des instituts, ou toute autre bonne œuvre qui lie celui qui la contemple au Messager de Dieu et à sa vie. »

– Sheykh Ahmad ibn Zayni Dahlan, le Mufti de la Mecque a écrit : « Célébrer le Mawlid et se rappeler le Prophète est accepté par tous les savants musulmans. »

– L’imam as-Subki a dit : « Quand nous célébrions l’anniversaire du Prophète, un grand état de ‘uns’ (caractère familier) vient à notre cœur et nous sentons quelque chose spécial. »
– L’imam Shawkani a dit : « Il est permis de célébrer l’anniversaire du Prophète. »

– Mullah ‘Alî Qari a tenu le même avis dans un livre écrit spécifiquement soutenir la célébration de l’anniversaire du Prophète. Dans un autre ouvrage il stipule que le Mawlid est une manière d’honorer et de montrer l’estime que nous avons pour le Prophète.

– L’imam Abu Shama, le sheikh de l’imam an-Nawawi, a dit dans son livre sur des innovations ayant droit : « La meilleure innovation (bida’a hassana) en notre jour est le souvenir de l’anniversaire du Prophète. Ce jour, les gens donnent beaucoup, font beaucoup d’adoration, montrent beaucoup d’amour au Prophète et donnent beaucoup de remerciements à Allâh Tout-puissant pour l’envoi parmi eux de Son Messager, et pour préserver la Sunna et la Shari’ah. »

– L’Imam Mohammed bin Abu Bakr Abdullâh al-Qaisi al-Dimashqi confirme sa permissivité dans plusieurs de ses ouvrages.

– Ibn Hajar ‘al-Asqalani (l’Émir des croyants dans la science du hadith) a dit qu’il y a un dalil pour cela, il a fait référence à un hadith sahih où un compagnon demanda au prophète : « Pourquoi ya Rassul Allâh jeûnes-tu le lundi ? ” Sayyidna Muhammad a répondu : ” Car c’est le jour où je suis né “. L’imam Ibn Hajar al-‘Asqalani a dit : « Le Prophète lui-même commémorait sa naissance. ». Il dit aussi : « Le fait de fêter le Mawlid n’a pas été rapporté des trois premiers siècles de l’Islam, malgré cela, il y a des bonnes choses si on le fête bien et s’il n’est pas commémoré accompagné avec des choses interdites. Pour ceux qui le fêtent bien, c’est une bonne innovation. »
– Ibn Al-Jawzi a composé un livre de poésie et de Sira destiné à être lu lors des célébrations du Mawlid. [13]
– Sheykh Hisham Muhammad Kabbani écrit : « Célébrer l’anniversaire du Prophète est un acte que tous les Ulamas du monde musulman ont accepté et continuent d’accepter. Cela signifie qu’Allâh l’accepte, car selon le hadith de Ibn Mas’oud rapporté dans le Musnad de l’Imam Ahmad : « Tout ce que la majorité des Musulmans considère juste est vrai pour Allâh, et tout ce que la majorité des Musulmans considère faux est faux pour Allâh ».

– L’imam Shams ud-Din ibn al-Jazri, l’imam des récitateurs, a écrit un livre qu’il a nommé : “Le parfum de l’annonce de l’anniversaire Béni”.

– Sheikh al-Qardawi approuve également la célébration du Mawlid en ces termes : « Actuellement, célébrer l’anniversaire du Prophète signifie célébrer la naissance de l’Islam. On est censé en une telle occasion rappeler aux gens comment le Prophète a vécu. Je pense que ces célébrations, si elles sont faites de la façon appropriée, serviront un grand but, rapprochant les Musulmans des enseignements d’Islam et de la vie et de la Sounnah du Prophète. »
– Sheykh Al-Muhaddith Sayyid Muhammad al-Maliki a dit : « Combien de fois avons-nous dit que le jour du Mawlid de notre maître Muhammad n’est pas un Aïd, et nous ne le considérons pas comme un Aïd, parce qu’il est supérieure à l’Aïd, plus important et plus noble. Un Aïd ne vient qu’une fois par an, quant à la célébration de son Mawlid et la considération de son souvenir et de la Sira, cela doit être permanent et non limité à un moment ou à un lieu donné! »

– Sheykh ibnou Taymiyya a écrit dans son encyclopédie de Fatawa : « Célébrer et honorer la naissance du Prophète et en faire un moment exceptionnel, comme le font certains, est une bonne chose en laquelle réside une grande récompense, à cause de la bonne intention d’honorer le Prophète ».

– Al-Hafiz Ismaïl Ibnou Kathir le célèbre exégète autorise également la célébration du Mawlid et enchante cette fête dans un de ses ouvrages. Il a dit : « La nuit de la naissance du Prophète est une magnifique, noble, bénie et sainte nuit, une nuit de bonheur pour les croyants, pure, radieuse avec des lumières, et des prix inestimables ».

– Ibn Qayyim al-Djawziyya, le plus célèbre et meilleur élève d’Ibn Taymiyya, écrit : « Écouter une belle voix célébrer l’anniversaire du Prophète ou célébrer l’un des jours saints de notre histoire apporte la paix dans le cœur, et apporte au cœur de l’auditeur la lumière du Prophète, et il boira plus encore à partir de la source Muhammadienne (`Ayn al-Muhammadiyya) ».

– L’imam Hay Lucknowi a dit : « Sans aucun doute, la nuit de la naissance du Saint Prophète est la plus majestueuse, puis la Nuit du Mérite (Lailatul-Qadr) ».

– Sheykh al-Islam Abdul Haq Muhaddith al-Dehlvi a dit : « Les personnes qui dénoncent le Mawlid comme une innovation (Bidaa), sachez que une telle objection est contraire à la Shari’a Islamique. Une grande récompense réside dans la participation au Mawlid an-Nabi ».

– L’imam Ibn Nabata (Le Sheykh des orateurs) a dit : « Ce musulman qui honore et respecte la naissance du saint Prophète sera digne du Paradis ».

– L’imam Jamal Hanafi, Mufti de la Mecque (Makkah Mukarrama) a dit : « La commémoration du Mawlid Sharif compte parmi les bonnes innovations ». Le Sheykh Abou Bakr Bisouni Maliki à approuvé cet avis.

– L’imam ‘Abd ar-Rahman Siraj, Mufti de la Mecque (Makkah Mukarrama) a dit : « Le Mawlid est une pratique acceptable, qui est une bonne innovation. La grande majorité des prédécesseurs parmi les hommes de science de l’Islam ont statué que le Mawlid Sharif est une pratique qui est recommandée ».

– L’imam Muhammad Said Baseel, Mufti Shafé’ite de la Mecque (Makkah Muazzama), a écrit : « Célébrer le Mawlid an-Nabi est une innovation, mais c’est une excellente innovation car elle consiste en la bonté envers les pauvres, les récitations du Qour’an, à augmenter le souvenir et les Salawat, à montrer le bonheur et l’amour pour le Saint Prophète. Et tout cela est extrêmement déplaisant pour les cœurs malades et les haineux qui déshonorent le Saint Prophète parmi les égarés, les hérétiques, les mécréants et les polythéistes ».

– Muhammad ibn Ahmad Banīs al-Mâlikiyy, un érudit du 8ème siècle de l’Hégire : « La supériorité de Laylat al-Qadr (Nuit du Destin) a été établi textuellement (nussa ‘ala) de sorte que sa supériorité soit connue, car elle peut être connue que à partir du texte; la supériorité de la nuit de l’apparition [du Prophète] n’a pas besoin d’être établie textuellement parce que c’est tellement évident et manifeste; ce serait comme informer quelqu’un de quelque chose qui est déjà connu – et Allâh sait mieux ».

– Jamāl ad-Dīn b. ʿAbd ar-Raḥmān al-Kattānī al- Mâlikiyy (m. 812AH) : « La commémoration de la naissance du Messager d’Allah (saw) est honorée et magnifiée et c’est un moyen de vénérer et d’honorer le jour de sa naissance bénie. Son existence implique le salut pour ceux qui le suivent et diminue le nombre des habitants de l’Enfer (pour ceux qui affichent le bonheur pour sa naissance bénie). C’est pour cette raison qu’il est approprié d’afficher ouvertement du bonheur et de dépenser (en ce jour), et les bénédictions sont complètes pour ceux qui suivent sa guidée. Cette journée ressemble au vendredi, jour durant lequel le feu de l’Enfer n’est pas alimenté comme cela a été rapporté du Prophète (saw), et pour cette raison, il faut afficher une grande joie et faire son possible et répondre à ceux qui nous invitent comme on répondrait à un banquet de mariage (walīma). »

– Ahmad Zarrūq al-Fāsī al-Mâlikiyy (m. 899AH) : « Jeûner le jour de Mawlid est déconseillé par certains …. C’est (Mawlid) un des Eids des Musulmans et il ne convient pas de jeûner à cette occasion » .

– Imam Aḥmad ibn Muhammad aṣ-Ṣāwī al-Mâlikiyy (m. 1241AH) : Comme d’autres savants, il considérait également que jeûner le jour de la naissance du Prophète (saw) est considéré comme déconseillé (Makruh), car il s’agit d’un des Eids des Musulmans.

– Aḥmad ibn Muhammad Ad-Dasūqī al-Mâlikiyy (m. 1246AH) : « Parmi les jours où il est déconseillé (Makruh) de jeûner, comme certains savants l’ont dit, on compte le jeûne du jour de la naissance du Prophète (saw), car ce jour est un des Eids. »

– Muhammad ʿAlī bin Ḥussain al-Mâlikiyy (m. 1368AH) : « La célébration du Mawlid est recommandée (mustahabb) selon la Sharīʿah ».

– Sheykh Murabit al-Hajj al-Mâlikiyy, un savant contemporain de Mauritanie : Ustadh Rami Nsour, un étudiant de Murabit, a été questionné concernant les célébrations de Mawlid an-Nabi en Mauritanie. Il a dit : “Murabit al-Hajj célèbre le Mawlid. Les Mauritaniens dans le Mahdara, où je étais et dans la plupart du pays, les gens portent de nouveaux vêtements lors de l’Aïd [Mawlid an-Nabi], et font le sacrifice d’un mouton. Tout comme ce qui se pratique lors des Aïd (nouveaux vêtements, l’abattage d’un mouton). Sheykh Murabit al-Hajj lit beaucoup de poésie dans l’intention de loué le Prophète (saw). Sheykh Murabit et ses étudiants ne font rien en groupe, mais plutôt individuellement. Il y a des savants dans d’autres Mahdaras qui font des pratiques de groupe; dhikr, salawat, Madh, etc.

– Sheykh AbduLlâh bin Bayyah al-Mâlikiyy, un savant contemporain de Mauritanie : « Celui qui veut célébrer l’anniversaire du Prophète (saw) doit le célébrer et éviter de faire toute action contraire à la loi Islamique. Cet acte doit être fait avec une intention qu’il ne s’agit pas d’une Sunnah ni d’un acte obligatoire. Si ces conditions sont respectées, et qu’on prend soin de ne pas contredire la loi Islamique, par amour sincère pour le Prophète ﷺ, alors, si Allah le veut, il n’y a rien de mal dans cette action et cette personne (qui fait Mawlid) sera récompensée. […] »

– Sheykh ʿIsa al-Maniʿ al-Ḥumayrī al-Mâlikiyy, un savant contemporain des Emirats Arabes Unis : « Nous trouvons aujourd’hui des publications remplis de mensonges et de tromperies qui induisent en erreur beaucoup Musulmans. Ces publications amènent les Musulmans à voir l’honorable Mawlid du Prophète de manière négative. Ces publications affirment que célébrer le Mawlid est un acte d’innovation qui va à l’encontre de l’islam. Ceci est loin de la vérité, et il est donc nécessaire à ceux qui peuvent parler clairement d’aider à clarifier et à inverser les doutes entourant ce jour le plus béni. […] »

– Sheykh Salek bin Siddina al-Mâlikiyy, un savant contemporain de Mauritanie : « Prendre ce mois (Rabī al-Awwal) ou le jour de la naissance bénie du Prophète ﷺ comme un jour de fête est une innovation. C’est une innovation car les Salaf (Prédécesseurs) ne l’ont pas célébrés de cette façon particulière. Mais il est considéré comme un Bid’ah Hasanah (bonne innovation). Ceci est l’opinion de la majorité des savants antérieures ».

– Imam Ibn al-Jawzi al-Hanbali a déclaré : « Au Haramayn (c’est-à-dire La Mecque et Médine), en Egypte, au Yémen et d’une manière générale, tous les gens du monde Arabe ont célébrés le Mawlid depuis longtemps. A la vue de la lune de Rabi ul-Awwal leur bonheur atteint son sommet et de là, ils organisent des rassemblements spécifiques de Dhikr de Mawlid grâce auxquels ils gagnent d’innombrables récompenses et atteignent un immense succès ». [29]
– Sheykh Yusuf an-Nabhani : « Seuls les Païens et les non-croyants s’opposent à la célébration du Mawlid an-Nabi (salallâhou ‘alayhi wa salaam). »

– Sheykh Abdul Haq Muhaddith al-Dehlvi a dit : « Ô Allâh ! Je n’ai pas de (suffisamment) d’actes que je puisse présenter dans Ta puissante cour. Les malfaiteurs ont influencés tous mes actes. Mais il y a cependant un acte humble, que je peux te présenter grâce à Ta miséricorde et il s’agit de mes Salutations sur Ton Bien-aimé Prophète ﷺ que j’ai l’habitude d’offrir avec honnêteté et intégrité lorsque j’assiste aux rassemblements bénis de Mawlid. »

– Sheykh Ismail al-Hiqqi a déclaré : « Célébrer le Mawlid compte parmi les beaux hommages que l’on puisse rendre au Prophète ﷺ mais la condition est que la célébration soit exempte de toute chose mauvaise (illicite). Comme l’a dit l’Imam, Jalal ud-Din as-Suyuti (RA) : « Il nous est mustahab (recommandé) d’être heureux pour la naissance du Prophète. »

– Hafiz Ibn Hajar al-Haytami a dit : « Comme les Juifs ont célébré le jour de Ashoura en prenant part au jeûne pour remercier Allâh, nous devons aussi célébrer le jour de Mawlid. »
Il a aussi déclaré : « On remercie Allâh pour la faveur qu’Il a donnée un jour particulier ou pour un grand bienfait, ou pour la prévention d’un désastre. Ce jour est célébré chaque année ensuite. L’action de grâces entraîne les formes diverses d’adoration comme la prosternation, le jeûne, l’aumone et la récitation de Qour’an et quel plus grand bienfait y a t-il que l’apparition de ce Prophète, le Prophète de la Miséricorde, en ce jour de Mawlid ? ». [32]
– Sheykh an-Ninowi a dit : « Par définition (dans la Shari’ah), quiconque ne se réjouit pas de la naissance du Prophète Muhammad ﷺ n’est pas Musulman. Est-ce que nous sommes autorisés à désigner un jour spécifique et à faire un acte d’adoration particulier ce jour là ? Oui, car le Prophète Muhammad lui-même nous l’a démontré en choisissant le lundi (jour de sa naissance) pour jeûner, comme cela est rapporté dans un Hadith authentique (Mouslim, An-Nasaa’i et Abu Daoud). Il est indiqué dans le Qour’an que Allâh a béni le jour de la naissance de saydinna ‘Issa (AS) et de Saydinna Yahyia (AS) [Qour’an s19/ v15 et v33]. S’il en est ainsi de la naissance de ‘Issa et Yahyia, alors qu’en est-il de la naissance du Maître de ‘Issa et de Yahyia ? » [33]




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *