Search
samedi 26 septembre 2020
  • :
  • :

Centre: le ‘‘Collectif stop, trop de morts’’ sur les fonts-baptismaux

Après une analyse sans complaisance de la situation dans les régions de Ségou et de Mopti, des Maliens de tout bord se sont regroupés au sein d’un mouvement dénommé ‘’Collectif stop ! Trop de morts’’ en vue de contribuer à l’apaisement de la situation.

Le lancement officiel dudit collectif a eu lieu, ce samedi 13 juillet, la Maison de la presse ; en présence de plusieurs jeunes leaders ; des activistes ; des représentants des leaders religieux ; des ‘’Djéli’’, des Associations Tapital Pulaku, et Ginna Dogon ; de la majorité, de l’opposition ; des artistes…

Ce nouveau Collectif se donne trois objectifs qui sont entre autres : sensibilisation de l’opinion nationale, l’influence politique et le dialogue social. La finalité recherchée est de faire baisser la tension née de la situation dans la région de Mopti. Pour y arriver, le collectif a fait signer son manifeste par plusieurs acteurs de différents bords.

Dans son explication, Mme Adam DICKO, porte-parole du ‘‘Collectif stop trop de morts’’ a indiqué qu’avant le lancement de ce mouvement une analyse globale de la situation sécuritaire, depuis ses débuts en 2012, a été faite. Elle a déploré le fait qu’en 2018 cette crise ait pris une nouvelle forme avec les conflits intercommunautaires, avec son corollaire de massacres de masses. C’est pourquoi elle a insisté à dire que ‘’ personne n’est épargnée et que nous sommes tous concernés’’.

La porte-parole, Mme Adam DICKO, a indiqué qu’à travers ce collectif l’accent sera mis sur la sensibilisation pour éviter au sein de la population certaines erreurs qui peuvent faire basculer la situation. De même, des efforts seront déployés pour que l’Etat retourne dans les zones en proie à l’insécurité. Selon l’analyse des responsables du Collectif, cette situation d’insécurité persistante est encouragée par l’absence de l’Etat dans les localités concernées. Par ailleurs, l’accent sera mis sur le dialogue social pour amener les Maliens à se parler de manière franche en vue de trouver des solutions de sortie de crise.

A son tour, l’artiste Ismaëla DOUCOURE, alias Master Soumy, a sensibilisé les Maliens à bannir de leurs discussions les qualificatifs qui font croire que la crise dans la région de Mopti est un conflit entre Peuls et Dogons. Il a insisté à dire qu’au Mali, il peut y avoir des mésententes entre agriculteurs et éleveurs et non des conflits entre peuls et une autre ethnie que ce soit.

Après une large explication du contenu du manifeste par les porte-paroles, la présidente du Parlement des enfants a été la première personne à signer suivi de plusieurs autres personnes qui ont apposé leurs signatures dont l’artiste Amkoulel, Kandia KOUYATE, Ibrahim KONTAO, président de l’ONG Al Farouk, le représentant de la jeunesse de Tapital Pulaku, de Ginna Dogon…

Selon les initiateurs du Collectif Stop Trop de morts, c’est conscients des menaces que représente la situation sécuritaire sur l’unité nationale et l’intégrité du territoire et vu la nécessité d’une préservation des grands idéaux  de concorde et d’humanisme, que ce mouvement a été mis sur les fonts baptismaux. Il se donne comme objectif de rassembler tous les Maliens épris de paix et qui sont préoccupées par la situation actuelle du pays.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *