Search
vendredi 6 décembre 2019
  • :
  • :

Cercle de Yélimané: tous les problèmes exposés aux autorités compétentes

Assaillis par les problèmes dans tous les domaines, les maires des 12 communes du Cercle de Yélimané ont passé une semaine à Bamako pour rencontrer les autorités compétences, afin de trouver des solutions aux différentes préoccupations. Ces séries de rencontres ont été sanctionnées par un point de presse animé, le samedi 30 novembre, au Carrefour des jeunes. Le principal conférencier était le Maire de la commune de Toya, Madigata GASSAMA.

Les problèmes dont souffre le Cercle de Yélimané sont, entre autres, l’insuffisance du personnel enseignant, le problème de sécurité, la menace de famine… Pour porter ces préoccupations à qui de droit, la délégation était composée de : Madigata GASSAMA, Maire de Toya ; Lassana TRAORE, Maire de Kremis ; Halima DIAGOURAGA, Maire de Diongaga ; Billagui TRAORE, 1er adjoint au Maire de Kirané ; Mamady TOUNKARA, Maire de Tringa ; Cheickné KANTE, Maire de Soumpou ; Dioukoumadi CAMARA, 1er adjoint au Maire de Guindimé ; Tamassa KEBE, Maire de Konsiga ; Mamady KOITA, Maire de Fanga ; Sidi DOUCOURE, Maire de Gory ; Toumani CISSE, Maire de Marekafo et Doua DEMBELE, Maire de Tambacara.
Les porte-paroles des maires, Madigata GASSAMA, a informé que le Cercle est depuis des années confronté à un problème d’enseignants. Il a déploré qu’actuellement l’enseignement est en passe d’être relégué au second plan, faute d’enseignants. Le Maire GASSAMA a indiqué que d’année en année, le Cercle de Yélimané fait face à un problème d’enseignants.
« Cette année, sur un besoin de 530 enseignants, seulement 271 sont sur place, dont un manque qui s’élève à 259 enseignants. Dans certaines écoles, il y a près de 200 élèves dans des salles de classe. Aussi, dans certains villages, seul le directeur est présent et tous les autres enseignants sont partis. Les mutations se font sans l’avis du DCAP et des maires », a déploré Madigata GASSAMA.
Pour l’élu de Toya, il est incompréhensible que les enseignants soient en abondance dans certaines localités, alors que dans d’autres localités les élèves sont laissés à eux-mêmes. «L’on se demande si tous les enfants du pays ont les mêmes droits à l’éducation », fustige-t-il.
Il a expliqué que leur délégation a rencontré le ministre de l’Education nationale pour lui exposer toutes les difficultés dans le domaine de l’éducation dans le Cercle de Yélimané. Selon lui, le ministère a pris l’engagement de trouver des solutions. Une promesse que les maires sont déterminés à suivre de très près.
L’insécurité est aussi une préoccupation qui coupe le sommeil aux populations du Cercle de Yélimané. Le porte-parole des maires a confié que la situation sécuritaire se dégrade de jour en jour. « Il est difficile de se déplacer d’un village à un autre sans se faire attaquer par des hommes armés. Ces bandits armés n’hésitent pas à rentrer dans les villages et tuer les gens jusque dans leurs maisons ou dans leurs boutiques », a fait savoir Madigata GASSAMA.
Il soutient que cette situation s’explique par l’absence des forces de sécurité pour sécuriser le Cercle de Yélimané. Le Maire de Toya a informé que les agents de la Gendarmerie de Yélimané ne dépassent pas 10 personnes et qu’au niveau de la Garde c’est le même constat amer. Pire encore, il n’existe aucun commissariat de Police dans le Cercle.
« Il est impossible que ces quelques agents de la Gendarmerie et de la Garde puissent sécuriser tout le cercle », a reconnu le porte-parole. Pour trouver une solution à la situation, il a indiqué que la délégation des maires a échangé avec les responsables du ministère de la Sécurité. La doléance adressée aux autorités en charge de la sécurité est relative au renforcement des effectifs des agents de la Gendarmerie et de la Garde et leur dotation en moyens adéquats. Aussi, les maires ont sollicité l’ouverture d’un Commissariat à Yélimané et des postes de Police dans toutes les 12 communes du Cercle.
Aux dires du conférencier, les responsables de la sécurité ont assuré de leur engagement à donner satisfaction à leurs doléances. Déjà, il a été demandé aux élus communaux de chercher des locaux qui peuvent abriter le commissariat et les postes de Police.
Une autre préoccupation que les élus communaux ont abordée concerne les promesses non tenues de l’Agence nationale d’investissement des collectivités (ANICT) pour leurs communes respectives. Le conférencier a expliqué qu’en 2017, certaines communes devaient bénéficier 30 millions de FCFA ou plus de la part de l’ANICT. Mais, à leur grande surprise, les montants annoncés ont été ramenés jusqu’à 8 ou 9 millions. « En 2018 l’ANICT avait annoncé des sommes allant de 11 à 12 millions, mais jusqu’à présent aucune commune n’a reçu son argent. Alors qu’on avait signé des contrats avec des entrepreneurs et échangé avec les populations sur leurs besoins », a critiqué le Maire Madigata GASSAMA, avant de noter qu’au sortir de leur rencontre avec les responsables de cette structure, ils ne sont pas satisfaits.
Les maires ont mis l’accent sur l’insécurité alimentaire qui plane sur le Cercle suite à la mauvaise campagne agricole. A cela s’ajoutent les dégâts causés par les oiseaux et les criquets qui ont dévasté les cultures.
Enfin, la délégation des maires du Cercle de Yélimané a rencontré le ministre de l’Administration territoriale, pour exposer tous les problèmes auxquels ils font face.
En plus de toutes les préoccupations évoquées, un autre grand souci des maires du Cercle de Yélimané est le fait que les populations ne payent pas ni les impôts ni les taxes.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *