CESC: le Président reçoit l’UIMAM et la coordination Pulaakou

Le Président du Conseil économique, social et culturel, le Dr Boulkassoum HAIDARA, a successivement reçu en audience, le jeudi dernier, au siège de l’Institution, l’Union des Jeunes musulmans (UJMAM) et la Coordination des Associations Pulaakou.
C’est l’Union Nationale des Jeunes musulmans (UJMAM), conduite par son Président, Mohamed Macki BAH, qui a été la première organisation reçue par le Président du CESC. Il était venu solliciter l’accompagnement du l’Institution pour la mise œuvre des recommandations issues de l’atelier de validation sur l’insertion socio-professionnelle des arabisants (ou arabophones). Atelier que l’UJMAM a conjointement organisé en août 2015 avec le ministère de la l’Emploi et la Formation professionnelle.
Pour le Président de l’UJMAM, l’État doit prendre en compte, dans la politique nationale de l’Emploi, des détenteurs de diplômes arabophones en vue d’éviter toute forme d’injustice sociale. « Tout comme il a été fait au niveau du ministère l’Éducation », a-t-il affirmé. Et ce, avant d’insister sur l’impérieuse nécessité de création d’une cellule consacrée à la formation professionnelle des arabophones.
En retour, le Président du CESC, le Dr Boulkassoum HAIDARA a félicité l’UJMAM pour le rôle déterminant qu’ils ont joué pendant la crise qu’a connue notre pays et surtout tout ce qu’ils sont en train de faire pour la sensibilisation des jeunes contre l’extrémisme, la violence et toute autre déviation. Il a tenu à rappeler que la question de l’emploi est transversale, voire générale.
La Coordination des Associations Pulaakou, à sa tête, le Pr Aliou Nouhoum DIALLO, a été le second groupe reçu par le Président du Conseil économique, social et culturel.
Dans son introduction, le Pr DIALLO a informé le Président HAIDARA que les associations Peuhls sont désormais organisées en coordination et que l’honneur lui est revenu d’en être le Coordinateur. Il a ensuite fait un tour horizon de la situation sécuritaire dans le Septentrion du Mali et surtout de la difficile cohabitation des Peuhls avec certaines communautés qui est à l’origine de plusieurs conflits.
Pour sa part, le Président HAIDARA s’est dit sensible à tous les problèmes évoqués par ses visiteurs du jour et il a d’ailleurs instruit aux commissions en charge de ces différentes questions de statuer dessus dans un bref délai.

Baba B. CISSE C/COM-CESC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *