Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Changement climatique: les bons points des femmes de Mopti

Dans le cadre de la célébration des activités de la journée internationale de la femme, le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Mme Bernadette KEITA a procédé aux lancements de plusieurs activités dans la région de Mopti. Parmi ces activités on peut citer, outre la célébration de la journée internationale de la femme, le lancement du cadre de concertation des intervenants du secteur forêt et changement climatique ; l’atelier de formation des réseaux de femmes sur les changements climatiques et enfin la remise officielle d’équipements roulants à la direction régionale des Eaux et forêts de Mopti. Il s’agit à travers cette mission du ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable, Mme Bernadette KEITA de promouvoir le droit des femmes de la région de Mopti, dont les rôles sont importants, dans la lutte contre le changement climatique.

En plus de la visite de prise de contact avec les femmes de Mopti, Mme Bernadette KAITA a procédé au de lancement du cadre de concertation des intervenants du secteur forêt et changement climatique et à l’ouverture des ateliers de formation de certains acteurs nationaux et régionaux sur genre et les changements climatiques et leur capacité de plaidoyer contre leurs effets néfastes. L’événement s’est déroulé dans la salle de conférence de l’hôtel Campement de Mopti.
La première activité menée par le ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable et sa délégation, a été la célébration de cette journée dans la cour du gouvernorat de Mopti en présence du gouverneur de la région, Colonel Major Abass DEMBELE. La particularité de cette journée dans la région de Mopti a été de mettre en première ligne le rôle capital des femmes dans la lutte contre le changement climatique. «C’est pour magnifier le rôle des femmes dans la lutte contre le changement climatique que j’ai décidé de venir fêter auprès de mes sœurs. Vous encourager davantage pour tout ce que vous faites déjà pour la protection de l’environnement », a-t-elle dit.
Après la ville de Mopti, ce sont les femmes de Sevaré qui ont accueilli Mme Bernadette KEITA. Elle y a ainsi visité les stands des groupements des femmes de la région de Mopti dans le cadre de la restauration et la protection des ressources forestières et la transformation des produits forestiers non ligneux de la phase 2 du Programme ‘’Alliance globale contre le changement climatique (AGCC 2)’’. Afin d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et accroître la résilience des populations face aux effets climatiques, le ministre Bernadette KEITA a exhorté à une grande représentativité des femmes dans tous les aspects découlant de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques

Lancement du cadre de
concertation
Le ministre de l’Environnement a présidé, ce mardi matin, dans la salle de conférence du conseil régional de Mopti, la cérémonie de lancement du cadre de concertation des intervenants du secteur forêt et changement climatique. Ce cadre aura pour ambition la mise en œuvre d’un mécanisme institutionnel inclusif d’animation, d’échange, de dialogue et d’aide à la décision entre les différents partenaires impliqués dans la mise en ouvre des actions d’adaptations et d’atténuation des effets du changement climatique. Au cours de ce cadre, il s’agira pour les participants d’identifier les intervenants (services techniques, ONG et organisations de la société civile œuvrant dans le sous secteur forestier et changement climatique, en précisant leur intervention) ; définir le mandat de cette plateforme et adopter une fiche d’orientation visant à élaborer des référentiels techniques par rapport aux actions menées et à proposer une structure d’organisation des rencontres et de son fonctionnement transcrit sur des bases durables.
Le ministre de l’Environnement a, dans son discours d’ouverture, souligné que ledit cadre contribue à appuyer le processus permettant l’appropriation de la thématique changement climatique par les décideurs techniques et politiques, la connaissances par l’Etat du patrimoine ligneux du pays et la mise œuvre des activités d’atténuation et d’adaptation des effets du changement climatique. L’animation de ce cadre, poursuivra Mme Bernadette KEITA, aidera à mieux partager et suivre la mise en œuvre des actions d’afforestations et de gestions durables des terres par les acteurs concernés, mais également à collecter et à partager les données et informations sur les projets et programmes dans le domaine du secteur forestier et le changement climatique.
En parlant des objectifs de ce cadre, le chef du département de l’Environnement dira qu’il permettra, entre autres, d’inventorier, répertorier, renforcer, compléter les bonnes pratiques et les référentiels techniques existants auprès des ONG en vue de les capitaliser, pour leurs diffusions auprès de tous les acteurs concernés ; de favoriser l’intégration et l’adaptation du changement climatique dans les politiques régionales de développement et de faire des communications sur la thématique foresterie et changement climatique notamment sur le plan d’actions national d’adaptation et d’atténuation et les opportunités de mobilisation de ressources financières.
En clôturant sa mission, Mme Bernadette KEITA a présidé la cérémonie d’ouverture de l’atelier de formation de certains acteurs nationaux et régionaux sur genre et changements climatiques et leur capacité de plaidoyer contre leurs effets néfastes. L’événement s’est déroulé dans la salle de conférence de l’hôtel Campement de Mopti. Pendant cette session de formation, les femmes venues de plusieurs régions notamment Ségou, Koulikoro, Sikasso, Mopti et Tombouctou se verront renforcer leurs connaissances en matière de changements climatiques « Cet atelier visait à renforcer la capacité ces femmes sur le changement climatique Il vise également à donner aux acteurs les concepts généraux sur les changements climatiques, donner un aperçu sur l’environnement international et national sur la lutte contre les changements climatiques, donner un aperçu sur les finances climatiques au niveau national et international et renforcer le leadership de négociation des acteurs sur les changements climatiques », a-t-elle dit.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *