Search
mercredi 14 avril 2021
  • :
  • :

Changement climatique: le plan d’action du CNSC validé

L’hôtel Olympe de Bamako abrite, depuis hier jeudi 28 avril, un atelier de validation du Plan d’action national du cadre national pour les services climatiques du Mali (CNSC). La cérémonie d’ouverture était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Équipement, des transports et du désenclavement, Makan Fily DABO.

C’était en présence de la coordinatrice régionale du Cadre national pour les services climatiques, Mme Ram TALL ; du directeur général de Mali Météo, Djibrilla MAIGA et de plusieurs experts du domaine.
La Coordinatrice régionale du Cadre national pour les services climatiques, Mme Ram TALL, a rappelé que le Cadre mondial pour les services climatiques a été adopté par 150 chefs d’État et de gouvernement. Selon elle, le Cadre vise à renforcer la production, l’accessibilité, la fourniture, l’exploitation des données climatiques et des prévisions météorologiques et climatiques pour répondre aux besoins des secteurs socioéconomiques sensibles à la variabilité et à l’évolution du climat et contribue à la protection des personnes et des biens, à la préservation des ressources et de l’environnement et au développement socioéconomiques.
Pour Mme Ram TALL, les travaux de cet atelier revêtent un intérêt particulier pour le Mali, de plus en plus, en proie aux effets néfastes des changements climatiques dans le Sahel. Elle a rassuré du soutien du Système des Nations unies à cette initiative nationale qui contribuera à engranger des gains durables de développement et de résilience pour notre pays, pour le bénéfice des agriculteurs, des éleveurs et des populations vulnérables du pays qui font face tant bien que mal aux conséquences déjà visibles du changement climatique.
« L’importance de la prise en compte du changement climatique dans nos programmes de développement au Mali n’est plus à démontrer, particulièrement dans le contexte de l’après COP21. Au regard des contributions très impacts probants de la variabilité et du changement climatique dans tous les secteurs d’activités économiques du pays, de l’agriculture à la santé, et la gestion des ressources en eau, il est plus que jamais important et urgent d’intégrer le développement des services climatiques des risques catastrophiques, d’en faire une thématique transversale du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté au Mali », a affirmé la coordinatrice régionale du CNSC.
Le secrétaire général du ministère de l’Équipement, des transports et du désenclavement, Makan Fily DABO, a noté que le CNSC vise à améliorer significativement les services climatiques permettant d’améliorer la planification des cultures et la productivité agricole, de limiter la propagation des maladies et épidémies et de réduire l’impact socio-économique des phénomènes climatiques extrêmes.
Il a déploré le fait que beaucoup d’usagers n’ont pas accès aux informations climatiques susceptibles de les aider à gérer les risques climatiques. Pour lui, la création du Cadre national des services climatiques participe de la volonté de consolider la production, l’accessibilité, la fourniture d’un service de prévision climatique de qualité, utile et utilisable.
Le secrétaire général du département de tutelle a souligné que le CNSC sera axé sur cinq données prioritaires à savoir : la santé, l’agriculture et la sécurité alimentaire, les catastrophes naturelles, les ressources en eau et l’énergie et enfin les transports, les routes et les bâtiments et travaux publics. Il s’est dit convaincu que la mise en œuvre de ce Plan devrait favoriser et faciliter la prise de décision dans le domaine de l’agriculture, la santé et de réduire les risques liés aux catastrophes climatiques et d’améliorer la sécurité alimentaire.
Au cours des deux jours de travaux, les participants seront appelés à proposer des amendements réalistes, susceptibles de porter des fruits bénéfiques en termes d’amélioration des produits climatiques pour notre pays. Cela, à l’image du contexte mondial de l’après 21 COP qui veut d’un service météoritique qui renseigne convenablement les secteurs clefs sensibles du développement des nations afin de participer et d’aider à remporter les défis de la résilience et d’un développement durable dans le pays.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *