Chantiers routiers à Bamako: 7 milliards de FCFA pour le confort des usagers

1

Si la ville de Bamako n’a certes pas sa coquetterie d’antan, la rénovation de nombreuses rues à travers notre capitale, lui donne aujourd’hui un visage enviable. Avec le programme de libération du domaine public initié par Mme le gouverneur du District en cours, Bamako donne l’image d’une ville en chantier, avec de grands travaux d’entretien routier entrepris par le ministère de l’Équipement, des transports et du désenclavement. Le coût des travaux à réaliser, qui concernent les 6 communes, pour une durée de 2 mois (d’ici la fin de 2016), est estimé à environ 7 milliards de FCFA.

Dans le cadre de l’entretien routier courant, au titre de l’année 2016, le ministère de l’Équipement, des transports et du désenclavement a entrepris des travaux de grande envergure dans le District de Bamako, afin d’améliorer autant que possible le réseau routier, le mettre à niveau afin d’assurer le confort et la sécurité des millions d’usagers. Pour ce faire, deux programmes sont mis en œuvre. Le 1er est dit de renforcement de certaines sections dégradées des voies existantes. le second destiné au désenclavement, c’est-à-dire à l’aménagement de nouvelles voies afin de démultiplier les dessertes et les accès vers les services sociaux de base, notamment les centres de santé, les écoles, les commissariats de police, etc.
Exécutés par l’AGEROUTE (Agence d’exécution des travaux d’entretien routier). Il s’agit essentiellement de travaux de réhabilitation de voies existantes, d’aménagement de nouvelles voies bitumées, de création ou d’élargissement de caniveaux pour améliorer le système d’évacuation des eaux de pluie le long des chaussées.

Les voies et rues ciblées
En Commune I, il s’agit de la voie d’accès au Centre de santé de référence de Korofina sur une distance de 400 mètres linéaire (ml) ; la voie d’accès au Centre de recherche, d’études et de documentation sur la survie de l’enfant (CREDOS), en Zone Sotuba, sur 300 ml ; les Rues 249 et 291 (jonction RN7, Rue Nelson Mandela en passant par le Centre de santé de l’Hippodrome) ; l’élargissement de la chaussée à Boulkassoumbougou-Limite du District de Bamako ; la Route nationale (RN) 27-Lycée Bouillagui FADIGA-Rue RDA ; les voies de l’Institut national de recherche en santé publique (INRSP) à l’Hippodrome.
Les voies concernées en Commune II sont : l’axe Bamako-Koulouba-Palais; la Rue Van Vollenhoven (passant devant le Grand Hôtel, l’ENI et l’Hôpital Gabriel TOURE) ; la voie du PDUD (Projet développement urbain et décentralisation).
Les Communes III et IV sont desservies, à travers l’Avenue Cheick Zayed (Monument Hippopotame-Pont de Woyowayanko.
En Commune V, les travaux d’entretien concernent la Voie échangeur Quartier Mali-Torokorobougou-Pont de Kabancoro ; la voie Marché Torokorobougou-Sabalibougou-Rond-point Sogolon; les voies des 30 m- Rue 883 Niamakoro- Rue 260 Kalaban-Coura et Rue 822 Bacodjicoroni ; ouvrage à Faso-Kanu au niveau de l’École Cheick Anta DIOP ; la voie d’accès au Centre de santé de Sogoniko ; l’Avenue OUA (chaussée- contre-allée et Piste cyclable).
Les voies et rues ciblées en Commune VI sont la Rue Noumoukè à Kalaban Coura ; les Rues 408-403 et 538 à Magnambougou et Sokodji ; la Rue du gouverneur à Faladiè ; la voie d’accès à Niamakoro-Kourani ; la Rue 271 à Niamakoro en passant devant le 10e Arrondissement ; la voie d’accès aux 1008 logements sociaux-marché Sirakoro-Cité.
L’ensemble des travaux cités, apprend-on, au ministère de tutelle, est prévu pour durer 2 mois, c’est-à-dire d’ici la fin de l’année 2016.

Suivi rigoureux des chantiers
Pour le ministre de l’Équipement, des transports et du désenclavement, Mme TRAORE Seynabou DIOP, à la date d’aujourd’hui, le niveau d’avancement des travaux sur tous les chantiers est très satisfaisant, car tous les acteurs (la Direction nationale des routes (DNR), Maitre d’ouvrage ; l’AGEROUTE (Agence d’exécution des travaux d’ entretien routier (AGEROUTE), Maître d’ouvrages délégué ; et les entreprises en charge des travaux sont mobilisés de jours comme de nuits pour respecter délai et offrir surtout à l’échéance un réseau routier rénové, répondant aux exigences de qualité et de sécurité. Cela conformément aux fermes instructions du Président de la république Ibrahim Boubacar KEITA, à savoir: soulager les souffrances de l’ensemble des Maliens.
Pour ce faire, Mme le ministre de l’Équipement, des transports et du désenclavement, loin des caméras et des yeux grandement ouverts des journalistes, a fait le choix des visites de terrain nocturnes et souvent inopinées et seule. Cette visite, indique-t-on, a l’avantage de créer moins d’embouteillage dans la circulation et moins couteux sur le plan financier.
« Mme le ministre passe sur tous les chantiers de Bamako la nuit parfois seule. Et elle n’hésite pas à donner des instructions pour faire avancer le chantier », nous confie un de ses proches collaborateurs.
Il faut noter que ces actions s’inscrivent dans le cadre d’un programme global de travaux intenses au titre de l’année 2016, d’un montant de 21 milliards sur presque toute l’étendue du territoire national.
Bamako est en train de changer de visage, à travers son réseau routier. Alors, il revient aux usagers de prendre soin de ce joyau en préservant surtout ce patrimoine commun contre la surcharge, et en respectant le Code de la route.

Par Sékou CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *