Search
vendredi 23 avril 2021
  • :
  • :

Chantiers routiers en cours à Ségou: le satisfecit d’une mission de la DNR

Sur instruction du ministre de l’Equipement, des transports et du désenclavement, Mamadou Hachim KOUMARE, une mission, conduite par le directeur national des routes (DNR) Mamadou Nama KEITA, a visité du 4 au 7 avril dernier, les travaux de désenclavement en cours dans la ville de Ségou. Objectif : s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de construction en cours, et des difficultés rencontrées.

Lancés officiellement par le Président de la République, IBK, lors de sa tournée du 7 au 12 décembre 2015, dans la région de de Ségou, pour un coût d’environ 30 milliards de FCFA, ces infrastructures vont contribuer non seulement au développement socio-économique de la région, mais, et surtout au changement de la physionomie de la cité des Balanzans.
Sur les différents chantiers, à savoir : la construction en 2×2 voies de la section urbaine de la RN6 (Ségou-San) sur 7 km ; la construction de l’échangeur de Ségou au carrefour de Markala et la construction de la voirie urbaine sur plus de 10 km, le directeur national des Routes et son équipe ont eu des échanges avec différents acteurs impliqués dans l’exécution de ces travaux.
Le constat général fait ressortir un écart évolutif dans l’exécution des trois chantiers visités, qui est de 32,18 % pour la section urbaine de la RN6 (axe Ségou-San) ; 25 %, pour la voirie urbaine de Ségou ; et 7 % pour l’échangeur.
La non-libération des emprises des différents chantiers, constatée par endroit, demeure un facteur négatif dans l’avancement des travaux de ces différents chantiers de désenclavement.

Section urbaine sur 7 km de la RN6 (Section-San)
Des échanges avec les responsables de l’entreprise, il est ressorti que l’état d’avancement des travaux est satisfaisant d’une façon générale et qu’à la date du 7 avril 2016, il était de l’ordre de 32,18 % contre un délai de 42,6 %. Le constat fait par la mission du DNR laisse apparaître que le chantier exécuté par le groupement d’entreprises EGK/ETEP, se poursuit normalement hormis les solutions à apporter pour régler certains détails techniques.

Voirie urbaine sur plus de 10 km
Concernant la voirie urbaine de Ségou, l’équipe de la direction nationale des Routes n’a pas caché sa satisfaction, quant à l’état d’avancement des travaux qui est de 25 % pour un délai consommé de 30 %.
La principale difficulté qui freine l’avancement normal des travaux à ce niveau, dira Mamadou Nama KEITA, est liée à un problème de déplacement des poteaux des réseaux des différents concessionnaires d’eau et d’électricité d’une façon générale et particulièrement la SOMAGEP dont le réseau n’est même pas bien identifié.
Le démarrage des travaux relatifs à la couche de base, a-t-il précisé, n’attend que la libération des emprises à ces endroits.

L’Échangeur au carrefour de Markala
Contrairement aux deux autres chantiers, l’état d’avancement des travaux de construction de l’échangeur est bien faible. Il est de l’ordre de 5 à 7 % pour un délai consommé de 28 %.
Pour le directeur national des Routes, le faible taux d’avancement des travaux de construction de l’échangeur s’explique surtout par les imprévus constatés sur les Dossiers d’Appel d’Offres et qui ont conduit à l’exécution d’essais complémentaires pour pouvoir bien fonder l’ouvrage principal de l’échangeur.
En définitive, Mamadou Nama KEITA a insisté sur la libération rapide de l’emprise des travaux (notamment, à la station d’essence, la BNDA, et l’Immeuble Beïdi TRAORE) et que si rien n’est fait dans ce sens, dans deux mois, le chantier ne pourrait plus évoluer.
En tout état de cause, le directeur national des routes a jugé satisfaisante la qualité des travaux réalisés. Tout en demandant la libération des emprises, il a exhorté les entreprises au respect des délais contractuels. (Le respect strict de qualité et des délais étant le leitmotiv du ministre Mamadou Hachim KOUMARE).
Les trois infrastructures dont le lancement a été fait par le Président IBK, lors de sa tournée du 7 au 12 décembre 2015, dans la ville de Ségou et qui contribueront non seulement au développement socioéconomique de la région et, mais aussi changeront la physionomie de la cité des Balanzans, ont coûté près de 30 milliards de FCFA.
Lors de la cérémonie de lancement des travaux, le ministre de l’Équipement, des transports et du désenclavement a révélé que le coût de réalisation de l’échangeur au carrefour de Markala à Ségou se chiffre à 8 451 879 530 FCFA pour un délai d’exécution de 15 mois. Quant à l’aménagement de 10 km de voies urbaines, son coût de réalisation s’élève à 11 578 156 341 FCFA pour un délai d’exécution de 18 mois. Tandis que le coût de réalisation du troisième projet, à savoir l’aménagement en 2×2 voies de 7 km de tronçon urbain sur la section de Ségou-San de la Route Nationale N°6 (RN6) se chiffre à 9 423 522 472FCFA pour un délai d’exécution de 18 mois.
Par ailleurs, a-t-il précisé, ces trois réalisations sont financés par la Banque ouest africaine de développement (BOAD) à hauteur de 8,40% ; les banques commerciales à hauteur de 90,45 % et le Budget national à 1,15 %.
En plus de ces trois infrastructures, a fait savoir le ministre KOUMARE, 4 kilomètres de voirie seront pavoisés dans la Commune rurale de Pélingana, avec des travaux d’assainissement.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *