Chemin de fer: les cheminots lancent un SOS à IBK

9

Les cheminots en ont ras le bol. Et pour cause, ils attendent toujours de voir se concrétiser les promesses que leurs autorités (maliennes et sénégalaises) leur avaient faites. Notamment : un engagement ferme pour redresser la barre.
C’est donc remontés en bloc contre celles-ci qu’ils ont décidé d’aller en grève, pour le leur signifier, et se faire entendre.
Les cheminots demandent aux autorités de mettre un contenu dans ce qu’ils entendent par schéma institutionnel, société de patrimoine et autorité de régulation. Parce que de leur côté, aucun responsable syndical cheminot n’est à mesure de dire avec exactitude ce que renferment ces trois termes dont l’échéance pour leur effectivité est dépassée.
En attendant donc l’explication des concepts, cheminots maliens et sénégalais font bloc : « le train ne circule plus sur l’axe Dakar – Bamako ».
Le représentant des cheminots maliens à la rencontre de Dakar, Abdoulaye Berthé, après avoir démontré les subterfuges utilisés à l’époque pour conduire le chemin de fer vers une privatisation bancale, a appelé à tous les cheminots de Dakar-Bamako à la vigilance.
Ayant compris que le problème du chemin de fer est devenu une affaire des États du Mali et du Sénégal, les cheminots interpellent leurs deux présidents de la République, IBK et Macky afin de trouver une issue heureuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *