Search
jeudi 3 décembre 2020
  • :
  • :

CMAS: Kaou N’DJIM annonce une tournée d’implantation

Le coordinateur des Mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (CMAS), Issa Kaou N’Djim, a réaffirmé ce 10 novembre 2020, le soutien ferme de son organisation aux nouvelles autorités du pays dans la mise en œuvre de la charte de la Transition. C’était lors d’une conférence de presse animée au siège de la CMAS à Magnambougou Faso-Kanu.

Cette rencontre avait pour objectif de communiquer le plan de structuration de la CMAS sur l’ensemble du territoire national et de réaffirmer son soutien aux autorités pour une transition réussie. L’occasion était bonne pour d’annoncer une série d’activités. Il s’agit notamment du lancement d’une campagne de dépistage du diabète pour le 14 novembre dans le cadre de la journée internationale du diabète ; ainsi que les mariages collectifs au niveau de la commune III, le 26 novembre prochain.

La CMAS, selon son Coordinateur général, Issa Kaou N’DJIM, est implanté dans les six communes de Bamako, la commune rurale de Kalaban-Coro ; la commune urbaine de Kati et dans la ville de Kayes.
À l’entame d’un programme d’élargissement de sa base, à travers un programme de structuration qui se déroulera comme suit : le 6 décembre, le bureau national procédera à la mise en place et à la validation du bureau de coordination régional du district de Bamako.

Mais, avant cette date, le 28 novembre 2020, aura lieu la mise en place et la validation du bureau de coordination régional de Koutiala suivi le 29 de la mise en place de celui de Ségou.
Après ces étapes, le 9 janvier prochain, il est prévu une assemblée générale à Kayes qui sera suivie de la mise en place du bureau de Kéniéba le 10 janvier 2020.
À chacune de ces étapes, il s’agira pour le coordinateur général d’expliquer aux militants à la base les raisons qui ont amené la CMAS à soutenir les nouvelles autorités pour une transition réussie. Pour le conférencier, la CMAS, sans fausse modestie a joué un rôle important dans l’amorce de ce changement.
« La CMAS existe il y a juste une année. Mais nous avons déjà contribué à l’éveil de conscience », s’est-il réjoui.
Pour lui, il s’agit pour la CMAS de soutenir les réformes constitutionnelles et institutionnelles pour permettre aux Maliens de créer les conditions pour que le Mali puisse retrouver sa voie.
Ces réformes doivent contribuer à l’amélioration de la bonne Gouvernance, du vivre ensemble ainsi de la stimulation de la fibre patriotique. Pour Issa Kaou N’DJIM, ces réformes sont indispensables pour le Mali.
« Nous sommes une organisation politique, nous comptons jouer notre partition. Nous estimons que la transition est une période sensible, difficile, très délicate. Mais nous voulons nous assumer avec responsabilité, devoir et patriotisme », a-t-il martelé. Il a rappelé que les Maliens de l’intérieur comme ceux établis à l’extérieur se sont battus pour un Mali nouveau sans calcul. Au passage, il a rendu un vibrant hommage à ce combat patriotique, démocratique et républicain.
« Si la transition réussie, ça sera une victoire de tout le peuple malien.
Aujourd’hui, nous avons l’obligation de ne pas décevoir les Maliens. C’est un devoir patriotique que tous les Maliens doivent retenir », a-t-il dit.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *