Search
vendredi 23 avril 2021
  • :
  • :

CNJ-Mali: la tête du président mise à prix

Des responsables de l’Action pour sauver le CNJ-Mali ont animé un point de presse hier mardi pour réclamer un congrès extraordinaire du renouvèlement du Bureau du Conseil national de la jeunesse du Mali (CNJ-Mali) en vue de mettre fin à la double fonction du président Amadou DIALLO désigné également membre du CNT.

‘’Non à la double fonction du président du CNJ-Mali’’, c’est le message de protestation lancée hier mardi par des responsables de l’Action pour sauver le CNJ-Mali au cours de leur point de presse. Il était animé par Adama COULIBALY et Ousmane DIARRA dit Gousno.
A l’entame de ses propos, le jeune Adama a rappelé que l’Action pour sauver le CNJ-Mali a été créée au lendemain de la désignation du président Amadou DIALLO comme membre du Conseil national de Transition. Les missions à elle assignées étaient d’éviter qu’une personne occupe de plusieurs postes en même temps au nom des jeunes.
« Depuis le début de cette affaire, nous avons alerté les autorités nationales. Aujourd’hui, notre souhait est que le président du CNJ-Mali démissionne. Il a fait le choix d’être membre du CNT. Maintenant, il doit aussi donner la chance à un jeune plus rassembleur », a indiqué Adama COULIBALY. Et pour combler cette vacance, il demande la tenue d’un congrès extraordinaire pour la mise en place d’une nouvelle équipe à la tête du CNJ-Mali. Selon lui, le président Amadou DIALLO n’est pas le plus compétent et le plus rassembleur des jeunes du Mali. C’est pourquoi, insiste-t-il, l’Action pour sauver le CNJ-Mali plaide pour un nouveau congrès.
De son côté, Ousmane DIARRA dit Gousno a ajouté que la désignation du président du CNJ-Mali au CNT devrait être synonyme de sa démission. Car, soutient-il, le statut et règlement du CNJ-Mali précise noir sur blanc que la faitière est apolitique. Or, le CNT est une structure politique au sein de laquelle il siège, analyse-t-il. « Le président Amadou DIALLO devait prendre l’exemple sur d’autres membres du CNT qui ont démissionné de leur poste après leur désignation », a déclaré Ousmane DIARRA dit Gousno. Ce dernier qui était candidat lors du congrès de Koutiala a profité l’occasion pour rappeler les conditions peu démocratiques de l’élection du président DIALLO.
Selon lui, le congrès du CNJ-Mali de Koutiala a été un fiasco parce que le processus s’est déroulé en violation flagrante des textes. Tout ceci a été orchestré pour imposer un jeune à la présidence de la jeune, a-t-il accusé. En clair, cette situation est une opportunité pour prendre sa revanche sur son adversaire.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *