Search
samedi 17 avril 2021
  • :
  • :

CNPM: la médiation sénégalaise

Diadié dit Amadou SANKARE, après avoir montré sa disponibilité au dialogue, a annoncé, hier mardi, la mise en place d’une commission de bons offices à la demande du Patronat sénégalais en vue de trouver une solution à la crise de leadership au CNPM. C’était lors de sa rencontre avec le Secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), Yacouba KATILE.

Une délégation restreinte du Conseil national du Patronat du Mali dirigée par Diadié dit Amadou SANKARE a rencontré, ce mardi 16 mars, les responsables de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM). Les deux parties ont échangé, à la Bourse du Travail, sur les questions d’emploi, du développement du secteur privé, la collaboration entre les deux organisations. Aussi, la rencontre a évoqué la crise au sein du CNPM.
S’exprimant à cette occasion, Diadié dit Amadou SANKARE a expliqué avoir initié cette réunion pour rendre une visite de courtoisie à des structures partenaires du CNPM. Il a rappelé que c’est une série de rencontres qu’il a entamées depuis quelques mois. Selon lui, l’objectif de cette initiative est de s’enquérir des difficultés et des problèmes de ses structures partenaires et organisations membres. « Nous venons aussi vous dire qu’il y a un bureau du CNPM qui existe et qui travaille », a ajouté M. SANKARE.
Après ses mots introductifs, le Secrétaire général de l’UNTM, Yacouba KATILE, s’est réjoui de la démarche du président Diadié dit Amadou SANKARE. Mais dans un contexte de différends interne entre les responsables du secteur privé, le plus important est le dialogue pour ramener la paix. C’est pourquoi, M. KATILÉ a exhorté les deux clans du CNPM, qui se disputent la présidence du Patronat malien, à privilégier le dialogue et le consensus.
En réponse à cette interpellation, Diadié dit Amadou SANKARE a rappelé que lors de la campagne son slogan était de véhiculer le message de rassemblement. Fidèle à cette conviction, il affirme n’avoir pris aucune initiative qui va à l’encontre de cela.
« Quand tu véhicules de tel slogan ce n’est pas pour diviser. Malheureusement, les conditions ont été créées pour qu’on en arrive là », a affirmé M. SANKARE avant de réitérer, néanmoins, sa volonté au dialogue et au consensus pour une sortie de cette crise qui plombe l’essor du secteur privé.
« On est prêt pour le consensus. On n’a jamais refusé le consensus. On n’a jamais refusé que les autres nous viennent s’ajouter pour qu’ensemble qu’on refasse le bureau », a indiqué Diadié. Sans une résolution de ce problème, reconnaît-il, il sera difficile d’atteindre les objectifs. D’où sa disponibilité en faveur de toute bonne intention de conciliation à condition qu’elle soit sincère.
Cependant, il dit refuser toute approche malice comme relative à la mise en place d’une commission de crise qui devrait être dirigée par Soya GOLFA.
En effet, le président SANKARÉ reproche à cette commission d’être unilatéralement constituée. « On ne peut pas comprendre qu’une partie crée une commission de crise sans l’autre partie. En la matière, la commission devrait être constituer avec la bénédiction de toutes les parties en conflit », a-t-il dénoncé.
Outre cette tentative mal préparée, il dit être au regret de constater que d’autres initiatives nationales ont échoué. Avant d’annoncer que le Patronat sénégalais veut se saisir du dossier par la mise en place d’une Commission de bons offices. « C’est dommage que ce soient des étrangers qui cherchent à nous concilier », s’est-il indigné, tout en affirmant donner son avis favorable à la mission.
Egalement lors de ces échanges, il a été question de la mise en place d’un cadre de concertation entre l’UNTM et le CNPM. Les deux parties ont jugé pertinent et nécessaire la création de cette structure pour gérer en amont certaines questions.
« Le Patronat et l’UNTM ne se rencontrent lorsqu’il y a des problèmes, des négociations, entre autres. Le cadre de concertation allait résoudre ce problème. Avec un cadre de concertation, on peut résoudre bien d’autre problème sans même l’intervention de l’Etat », a expliqué le Secrétaire général de l’UNTM qui adhère et salue l’initiative.
Pour le président Diadié dit Amadou Sankaré, ledit cadre va prévenir les difficultés et anticiper les dangers entre les deux acteurs.
« Il faut qu’on soit ensemble. Notre souhait est que nous travaillons main dans la main », a-t-il indiqué.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *