Search
mardi 21 septembre 2021
  • :
  • :

Le CNT, les colonels et la trahison !

Les colonels, après leur putsch du 18 août 220, contre le régime du président IBK achèvent leur mainmise sur la transition programmée pour 18 mois, à travers la mise en place, ce 5 décembre 2020, le Conseil national de la transition. Mouvements associatifs, partis politiques, groupes armés signataires de l’accord, c’est le mécontentement à tous les niveaux. Peut-on compter encore sur ces hommes et femmes qui ont pris les destinées du pays, il y a deux mois, pour une transition réussie ?
Les internautes sont très partagés sur la question. Si certains pensent qu’il faut encore donner du temps au temps, d’autres estiment qu’ils n’ont pas applaudi le coup d’État du 18 août pour la réhabilitation de l’ancien régime. C’est en tout cas, le sujet de votre Facebookan du jour !

Nina Ka Faty : La stupide comparaison entre les législatives truquées et la mise en place du CNT n’est qu’une manœuvre pour semer le trouble encore et encore. Les membres du CNT ne sont pas des élus, car il n’y a eu aucun vote.
Ils sont là pour la période transitoire de 18 mois afin de veiller au respect des acquis des Maliens pour des élections libres et transparentes. Ne critiquons pas pour critiquer. Laissons cette transition faire son travail.
Quand on est politicien, avec une base solide faut se remettre à cette base et attendre les élections.

Allaye Guindo : Tu trouves vraiment normal que les militaires désignent des gens comme membres du CNT alors qu’ils n’ont pas été envoyés par leurs groupements conformément aux deux décrets fixant la clé de répartition et les conditions d’éligibilité au CNT ? IBK a été chassé, car son régime ne respectait pas les textes et cette transition est en train de faire pareil. Donc, on va les laisser continuer les mêmes pratiques sous prétexte que c’est une période transitoire ?

Nina Ka Faty : Allaye Guindo, le respect des textes est bien fondamental, je te l’accorde. Mais force est de reconnaitre que les différentes composantes de la société ne sont pas solidaires et structurées. Je prendrais un exemple simple selon une analyse propre à moi-même. Certains membres de M5-RFP ont retrouvé leur nom dans le CNT tout simplement parce qu’ils ne s’entendent pas entre eux-mêmes, même chose pour les groupements armés. Ils ont du mal à designer à se mettre d’accord entre eux-mêmes pour désigner leurs représentants au niveau des instances de décisions. Dans ce cas de figure, qui est M5 ? Qui ne l’est plus ? Comment appliquer les textes dans ces conditions ou les différents mouvements se revendiquant d’une même tranche politique veulent tous des représentants ???? Comment faire avec 100 mouvements du même bord et tous ces mouvements veulent des postes. Ça tourne au ridicule !

Allaye Guindo : Nina Ka Faty, comme je t’ai répondu là-bas «Tout ce que je sais le changement qu’on (toi et moi) veut passer par le respect des textes fondateurs. Les violer signifierait un recul. «La constitution, rien que la constitution et rien d’autre.»
Avançons alors…

Moris Traore : Madame, même s’il y a problème entre les groupements, on ne doit pas choisir leurs représentants à leur place.

Nina Ka Faty : Moris Traore, ne vous laissez pas endormir par les politiciens véreux. Tout est mis en œuvre pour que cette transition soit un échec pour dissimuler leur propre échec. Quand les militaires vont à gauche, ce n’est pas bon, à droite non plus, finalement ou mettre sa tête.

Moris Traore : Je ne suis jamais un politicien et je ne le ferai jamais. On ne peut pas combattre un système avec quelqu’un et applaudir ce même système avec quelqu’un d’autre. Je n’ai jamais participé en aucune marche politicienne ou réunion politicienne.

Nina Ka Faty : Moris Traore, voilà pourquoi je vous demande de ne pas céder à la manipulation des politiciennes étant donné que vous pas politicien.

Moris Traore : Madame, je n’ai aucun problème avec les hommes et les femmes qu’ils ont choisis. Mon problème, c’est au niveau de la procédure.
C’est ce même système qui a précité la chute du régime IBK.
Ce sont eux qui sont venu pour donner l’espoir au peuple.Normalement eux ne doivent pas se comporter comme ça. Excusez-moi si mes mots te blessent.

Allaye Guindo : Moris Traore, évidemment kôrô !!! Ce qu’ils ont décrié sous Ibk, ils sont en train d’applaudir la même attitude aujourd’hui c’est impossible walaye.

Nina Ka Faty : Moris Traore, je vous demanderai si vous n’avez pas de problème avec les membres du CNT de leur donner la chance de faire leur preuve. Dans mes précédents commentaires, j’ai dénoncé le fait que certains textes sont difficilement applicables dû au fait que les différents mouvements (politique ou société civile) ne sont pas en accord concernant leur représentation au niveau des instances de décision. Dans ce cas de figure comment blâmer la transition quand elle ne sait plus où mettre sa tête, car on ne sait plus qui est qui ou qui est réellement de quel mouvement.

Moris Traore : Nous sommes pour la transparence qu’ils ont dit à leur arrivée. Ce qui s’est passé aujourd’hui nous montre comment l’élection 2020 va se passer. Elle sera la plus pire des élections du Mali.
Bonne chance aux membres du CNT, que Dieu nous assiste et nous évite du pire.

Nina Ka Faty : Moris Traore, ne soyons pas pessimiste. Les Maliens ne laisseront plus la mauvaise gérance règnera, j’en suis convaincu.

Ballo Mastan Doum : Nina Ka Faty : kouma bana peou !!!

Allaye Guindo : ça ne nous rassure vraiment pas !

Allaye Guindo : Nina Ka Faty, la mauvaise gérance plus que cette procédure ? Pas une question d’être défaitiste, mais on est inquiet !

Nina Ka Faty : Allaye Guindo , je pense vous avoir amplement expliqué mon point de vue.

Allaye Guindo : Nina Ka Faty : Je vois bien ton point de vue, grande sœur. On prie pour leur réussite !

Ballo Mastan Doum : Nina Ka Faty : tes points de vue sont très clairs et nets ! Chapeau.

Nina Ka Faty : Ballo Mastan Doum,
merci ma sueur.

Mamedy Dioula Drame : Ma sœur tu cautionne la violation du décret ?

Nina Ka Faty : Mamedy Dioula Drame, mon frère, tu sais à point je peux être régalienne quand il s’agit du respect des textes. Il ne faut juste pas omettre le contexte dans lequel les différents mouvementssont. Il n’y a aucune entente entre eux, mais pourtant ils se réclament du même bord. Il y a un désordre flagrant dans ces mouvements et ils n’arrivent pas à se mettre d’accord, comment appliquer les clefs de répartitions dans ce cas de figure ?

Mamedy Dioula Drame : Nina Ka Faty, essaies d’analyser.

Nina Ka Faty : Mamedy Dioula Drame, je suis là-dessus mon frère. Force est de reconnaitre que cette transition ne durera que 18 mois et mon réconfort se trouve dans le fait que pour la plupart de ces membres désignés au CNT, ont prouvé leur amour du pays, à travers leurs luttes et leurs parcours sans tache. Si tu faisais partie de cet organe, j’en serai encore plus heureuse, car je connais ton patriotisme. Donc, donnons-leur le temps avant de juger. Nous serons là pour dénoncer quand il le faut. Voilà ce que je te demande.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *