Communales 2016 en CI: les ambitions du RPM

La tête de liste du Parti Rassemblement Pour le Mali (RPM) en Commune I du District de Bamako, pour les communales du 20 novembre 2016, Mamadou B. KEITA, a animé dans l’enceinte de l’un de ses établissements d’enseignement supérieur, (ECOSUP) à Djélibougou, un point de presse, focalisé sur son parcours politique et l’ambitieux programme qu’il nourrit de réaliser pour sa commune.
Membre fondateur du Parti en Commune I de Bamako, Mamadou B. KEITA, tête de liste RPM, a révélé avoir été invité à se porter candidat pour être député sous les couleurs de 8 partis qui lui avaient promis monts et merveilles.
Mais, préférant les communales, car il pense pouvoir mieux servir sa communauté en tant que maire, l’humaniste de la Commune I promet un avenir radieux à celle-ci, si la population lui accordait sa confiance.
«Ma vision est d’améliorer l’existant et non de profiter. J’ai 70 ans révolus. Je dis Alhamdoulila, mon futur est derrière moi. Je ne vous mentirai jamais. J’ai été à la Mecque. Et, si ma commune me choisissait comme Maire, je jurerais sur le Coran avant de prendre fonction», a affirmé le candidat RPM en Commune I.
Marié et père de 4 enfants, dont un garçon, conseiller dans une mairie en France, l’homme aux 72 ans révolus, après des études primaires et secondaires à Bamako, est allé poursuivre ses études supérieures en France, où il enseignera pendant 18 ans.
Après une vision mystique de sa mère dans sa classe en France, l’authentique malinké renoncera à son salaire de 1 million de FCFA pour revenir au chevet de sa maman et servir son pays.
De retour au bercail, il servira d’abord comme professeur à l’ENI. Il créa ensuite, avec un camarade l’ex EHEP, qui deviendra plus tard l’IUG (Institut Universitaire de Gestion).
Ambitieux et soucieux de la formation des jeunes, le citoyen de Djelibougou créa une première université, dénommée INCEF, pour mieux les encadrer.
Après la retraite, l’homme ne baissa pas les bras. Il est aujourd’hui l’un des plus grands promoteurs d’écoles et de centres de formation de Bamako. Parmi ses créations, on peut citer, entre autres, la prestigieuse université ECOSUP (École Supérieur du Commerce, des Métiers et de la Gestion), le lycée Mandé Massa Keita, le GIE Mandé Sanouya, le laboratoire de 8 langues (Anglais, Chinois, Arabe, Allemand, Espagnol, Bambara, Français et Persan), un centre informatique, le centre de Santé Mandé Keneyasso, une Médersa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *