Communales du 20 novembre à Goundam: le pragmatisme du ministre Ag Erlaf salué

C’est du moins, l’instruction ferme que le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’État, Mohamed Ag ERLAF, a donnée au préfet de Goundam, qui voulait organiser les communales du 20 novembre prochain dans certaines communes de sa juridiction, en excluant d’autres, sous prétexte que certains responsables de l’administration locale ne seraient pas compétents pour mener la mission.

Dans notre parution du mercredi dernier, le Quotidien des sans voix faisait état de l’organisation des communales de novembre prochain en deux étapes à Goundam par la seule volonté du tout puissant préfet, sous prétexte que certains responsables de l’administration locale, ne soient pas à la hauteur pour mener à hauteur d’ambition cette mission administrative.
Face à cette hésitation qui pouvait avoir des complications dans l’organisation prochaines des communales dans notre pays, la réaction du ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’État, Mohamed Ag ERLAF, ne s’est fait pas attendre.
Selon des sources bien introduites dans le milieu, Mohamed Ag ERLAF aurait instruit au préfet de Goundam d’organiser les élections communales du 20 novembre prochain dans les 16 communes dudit cercle : Abarmalane, Alzounoub, Bintagoungou, Douékiré, Doukouria, Essakane, Gargando, Goundam, Issabéry, Kaneye, M’Bouna, Raz-El-Ma, Télé, Tilemsi, Tin Aicha, Tonka.
Selon les mêmes sources, le message ne semble pas tombé dans l’oreille d’un sourd puisque le préfet aurait a déjà réuni tous les sous-préfets et acteurs politiques du cercle pour les mettre au pas et à se tenir prêts pour le rendez-vous du 20 novembre afin que le scrutin ait lieu dans toutes les communes, à l’instar des autres localités du pays.
Les populations des communes qui étaient exclues du processus électoral, à travers leurs ressortissants, ont remercié, selon nos sources, le ministre ERLAF pour cette marque de fermeté, son pragmatisme et son sens élevé de patriotisme.
Ce coup de gueule du ministre permettra aux communautés de Goundam de jouir, au même titre que les autres localités du Mali, d’un droit civique et politique.
D’ailleurs, ils étaient nombreux les ressortissants des communes « incriminées » à se demander : « Comment dans un même cercle, l’on puisse organiser les élections communales dans certaines localités et en exclure dans d’autres, distantes de moins de 15 kilomètres, les unes des autres ? »
C’est pourquoi soulignent les mêmes sources, les ressortissants desdites communes auraient saisi le ministre Mohamed Ag ERLAF à qui, ils ont clairement fait savoir qu’ils ne voudraient pas des autorités intérimaires dans leurs zones et qu’ils méritent d’être traités au même pied d’égalité que toutes les autres communes du Mali, aspirant, de ce fait, de voir leurs affaires de la commune par les siens. Cet appel du fond du cœur d’une population entendu par les autorités nationales, alors vivement une forte mobilisation des électeurs, le 20 novembre prochain pour reconnaissance à une autorité assumée.

Par Sékou CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *