Communales du dimanche: des grands bastions tombent…

6

Les communales de dimanche, comme toutes les joutes électorales, ont eu leur lot de tiraillement sur les résultats chiffrés du vote des citoyens : d’une localité à une autre, voire d’un parti ou de groupe de partis politiques à l’autre, les tendances sont diversement interprétées.

Si, dans l’après-midi d’hier, où nous mettons sous presse, aucune annonce officielle n’avait été faite sur ce scrutin, tant attendu, en raison justement de son immense impact sur la gestion quotidienne de nos municipalités, il n’empêche que les états-majors politiques ne soient bouillonnants de messages, souvent mal agencés, mais qui leur servaient de « prétextes électoraux », pour se déclarer champions dans telles ou autres localités, à travers le pays. Ce ne sont donc que sur les tendances, distillées çà et là, au niveau des états-majors politiques, que nous avions réalisé un condensé des résultats.
À ce jeu des décomptes des voix, les choses n’étaient pas si faciles à engranger, conformément à la configuration politique classique, d’autant que les communales, en raison de leur spécificité politique, donnent des combinaisons hybrides, voire des alliances contre nature entre les différents compétiteurs. Des six communes du district de Bamako à Ségou, Sikasso, Gao, en passant par Koulikoro, Mopti, les résultats électoraux recueillis par les partis politiques, laissaient apparaître de chaudes empoignades. De ces empoignades, certaines formations politiques, les plus attendues (la surprise a eu moins d’effet à part quelques rares exceptions), sortent de l’ornière : le RPM (revendiquant la victoire dans plusieurs localités), l’Adéma, l’Urd, UDD, Yéléma, Codem. Élections de proximité, ces communales ont permis à certaines formations politiques des percées locales importantes : Sadi, APR, ADP-Maliba, MPR, CNID, UM-RDA, ASMA-CFP, PRVM Fassoko.
Au-delà des chiffres bruts, ces communales 2016, contrairement aux précédentes où l’élection des maires donnait lieu à des tractations souvent jugées diaboliques, par certains avis politiques, vont déjà livrer leur secret : les maires déjà connus. En fait, la réforme, issue des recommandations des états-majors généraux de la décentralisation, en 2013, consacrait le fait majoritaire, comme mode de désignation des maires, élus au suffrage universel. Fort de ces modifications, certains partis politiques, au plus fort de la surenchère médiatique, n’hésitaient pas à vanter le nombre de mairies engrangé, à l’issue de ces confrontations électorales. Dans tous les cas, comme on devrait s’y attendre, des grands bastions sont tombés. Il y a eu certes quelques bouleversements consécutifs à l’avancée du RPM ou de l’URD sur certaines poches rivales, mais les grandes tendances se maintiennent, à travers le pays.
Nous y reviendrons en détail dans notre édition de demain.
En commune II du district de Bamako ; l’alliance RPM-Codem est en tête avec 14 conseillers, suivi de l’Adema avec 11 et de l’URD qui enregistre 6 conseillers. Quant à la commune I, le parti RPM passe en tête avec plus de 500 voix de différence avec son poursuivant. En Commune III, le parti Adema arrive en tête avec 11 conseillers, suivi de 8 conseillers pour le RPM. En commune IV, c’est le parti Yelema qui confirme sa suprématie en se positionnant à la tête du conseil municipal avec 13 conseillers, suivi du RPM, l’Adema et de l’alliance CAV-Karoual.
À Kayes, le RPM arrive en tête avec 16 conseillers, suivi de l’alliance Adema/ URD-Yelema 11 conseillers, du parti PRVM Fassoko 5 conseillers, ADP-Maliba 3 et le MPR 2.
À Yélimané, dans les 12 communes du cercle, l’UM-RDA a eu 6 conseillers, le RPM 3 conseillers, les partis URD et Yelema ont chacun 1. Par ailleurs, l’on apprend que parmi ces élus ne figure aucun membre de l’équipe sortante.
À Koulikoro, l’URD avec 14 conseillers est en tête, le RPM arrive en 2e position avec 6 conseillers, suivi de l’alliance UFD-CNID-ADP-Maliba-Monade avec 5 conseillers et l’alliance RpDM-UM-RDA avec ses 4 conseillers occupe la 4e position. Dans les 9 communes du cercle de Banamba : les partis RPM, Parena et Adema font une répartition équitable des communes, selon nos informations.
Dans la commune urbaine de Ségou, le parti RPM arrive en tête. Quant à celle de Pelegana, c’est le parti UDD qui annoncé en tête avec de 7 conseillers, suivi de l’URD.
À Tombouctou, la liste RPM/UMRDA est en tête avec 15 élus suivie de l’alliance URD-Adema avec 12 et la Codem boucle la marche avec 2 conseillers.
Sans surprise, à Niafunke, l’URD confirme sa suprématie dans cette commune urbaine. À Goundam, c’est Oumou SALL, candidate indépendante, qui arrive en tête. À Gao, le parti PDES en tête.
À Mopti, l’alliance Yelema/Adema est annoncée en tête.
À Djenne, le RPM arrache 12 conseillers contre six pour l’URD 6. Quant à l’Adema elle enlève 6 conseillers contre un respectivement pour le parti Yelema et l’alliance Codem/parena 1 conseiller.
Dans la commune de Ténenkou, l’URD obtient 10 conseillers, suivi de l’alliance RPM-ASMA-PSP-CODEM-Yelema 6 conseillers. Quant à l’APR, il se contente d’un conseiller.
Dans la commune de Karéri, l’alliance Adema-URD-Codem enregistre 11 conseillers, suivie de l’alliance APR-Parena avec 7 conseillers et de l’alliance RPM-UDD-PSP avec 5 conseillers.
Dans la commune de Zégoua , le parti Adema arrive en tête avec 3472 voix suivie de la codem 2451 voix, et du parena avec 830 voix.
Youwarou livre la victoire au RPM suivi de la CODEM
Dans la commune urbaine de Bourem, le RPM enlève 14 élus pour le RPM contre 8 pour l’alliance Adema et 1 pour l’URD.
À Kadiolo, le parti RPM a obtenu 11 conseillers, contre six conseillers pour l’Adema-PIDS, le Parena et l’alliance APM Maliko/UDD-PDES-PRVM Fassoko enlève respectivement 4 conseillers chacun. L’URD obtient 3 conseillers contre un conseiller pour l’alliance Codem-APR.
Toujours dans la région de Sikasso, précisément à Kolondièba, le parti Sadi ratisse large. Avec 12 conseillers, il arrive en tête, suivi de l’Adema, 6 conseillers, l’URD avec 4 conseillers, du CNID 4, RPM 4 conseillers. Quant à la CODEM et les autres, ils ont eu 1 conseiller.
À Bougouni, la CDS arrive en tête avec 10 conseillers suivi de l’alliance RPM-Adema-Barika-Fare 4 conseillers, le MPR 3 conseillers, la CODEM 2 conseillers, Asma 2 conseillers.
Dans la commune urbaine de Koutiala, l’alliance UDD/APR est en tête suit du parti SADI.
À Ansongo, le parti APR sur liste propre est en tête lorsqu’à Niono le Sadi est 2e.
A Bla, commune urbaine, les Tisserands et l’URD caracolent en tête avec chacun 8 conseillers. Ils sont suivis du MPR avec 6 conseillers et les Alliances pour le Mali (APM) qui enlève trois sièges.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *