Communales en CII: la grogne de l’ADEMA

1

Des responsables de la section II du parti Adema PASJ ont animé, hier mardi, à leur siège sis à Quinzambougou une conférence de presse pour contester les premières tendances issues du scrutin du dimanche dernier dans cette commune. La ruche revendique 11 conseillers lors de ces consultations, contrairement aux 8 sièges à elle attribués au niveau du gouvernorat.

À l’allure d’un meeting politique, Sékou DIAKITE et Mamoutou THIAM ont animé cette conférence de presse. Selon ces deux responsables politiques, les premières tendances qui circulent dans certains états-majors politiques ne reflètent pas la vérité des urnes. Ils accusent, à cet effet, l’alliance RPM-CODEM en tête en commune II de torpillage des chiffres réels obtenus dans les urnes qui expriment les voix réelles des électeurs.
« Nous sommes en train d’assister à une falsification des suffrages du peuple de la part de l’alliance RPM-CODEM. Cette alliance veut, à tout prix, avoir une majorité confortable dans la tricherie. Nous disons haut et fort que nous n’allons jamais accepter cette situation », a laissé entendre M. THIAM.
Selon lui, s’ils s’en tiennent aux PV des bureaux de vote, c’est l’alliance RPM-CODEM qui arrive en tête avec 14 conseillers, suivie de l’Adema avec 11 conseillers, l’URD 8 conseillers et du MPR 6 conseillers. C’est ce décompte qui traduit la vérité et la réalité des bureaux de vote, a-t-il estimé. Mais une autre tendance, selon des sources du gouvernorat, confirmerait l’alliance RPM-CODEM en tête avec 25 conseillers, suivie de l’Adema avec 8 conseillers. C’est contre ce résultat, a-t-il indiqué, que les partis Adema et URD se portent en faux et demandent au gouverneur de revenir sur le décompte sur la base des PV des différents bureaux de vote. Sur ce point, il a confirmé qu’ils ont déjà adressé une correspondance au gouverneur pour qu’elle revienne sur les décomptes. Ce, pour la stabilité et l’apaisement de notre pays, ont indiqué les conférenciers.
« Ce qui est en train de se dessiner pour ces élections se passe de tout commentaire. Nous ne pouvons pas comprendre que l’alliance RPM-CODEM, au-delà de toutes les irrégularités d’achat de conscience, veut aussi voler des suffrages des habitants de la commune II. Et c’est à l’école Nelson Mandéla qu’ils ont planifié ce vol en augmentant des chiffres. Pour preuve, dans les bureaux de vote n° 6, 4, 5, 2, 7 ; l’alliance se retrouve avec plus de 200, 300 voix. Ce qui, je pense, n’est pas possible avec la faible affluence ayant marqué ces communales. Ainsi, dans ce centre, nous avons décelé plus de 1330 voix frauduleusement portées sur des PV », a dénoncé M. THIAM.
En tous cas, selon des responsables de l’Adema, ils vont utiliser tous les moyens légaux afin de rentrer dans leur droit quant aux suffrages volés par le RPM et son allié de la CODEM à la défaveur de l’ADEMA et les autres partis en compétition. Déjà, parmi les actions à entreprendre, ils annoncent l’organisation d’une marche de protestation ce jeudi qui partira du Monument Kwame Nkrumah au gouvernorat du District de Bamako et sera sanctionnée par un sit-in.
Salimatou KEITA, secrétaire général du parti URD de la commune II, qui était également présente à cette conférence, a affirmé ne jamais assister à une telle fraude dans l’organisation d’une élection dans le pays. Selon elle, toutes les règles démocratiques ont été violées par le RPM et la CODEM.
« L’alliance RPM-CODEM veut nous soutirer nos voix. Il faut que les responsables de ces partis sachent que nous n’allons pas se laisser faire », a-t-elle averti.

Par Sikou BAH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *