Search
mardi 21 novembre 2017
  • :
  • :

Commune du Mandé: deux villages et un ancien ministre à couteaux tirés

Un conflit foncier oppose un ancien Ministre de l’Agriculture du premier Président de la République, Modibo KEITA, en la personne de Salah NIARE, aux chefs de village de Samanko et de Mamaribougou, dans la commune rurale du Mandé, cercle de Kati. Pour informer l’opinion nationale sur le fond du problème, le mandataire des deux chefs de village, Aly Badra CAMARA, a rencontré la presse.

Selon le mandataire des deux chefs de village, si rien n’est fait dans l’immédiat ce litige foncier risque d’être porté devant les juridictions très bientôt.
De quoi s’agit-il réellement? Le mandataire des chefs de village de Samanko et de Mamaribougou a expliqué que depuis quelques années, un espace prêté comme champ de culture au doyen Salah NIARE fait aujourd’hui l’objet d’une mésentente avec les populations des deux villages propriétaires coutumiers.
Aly Badra CAMARA a affirmé avoir été mandaté par les chefs de village de Samanko et de Mamaribougou pour morceler leur propriété foncière coutumière afin de les affecter aux habitants de Sébé, un village dont les occupants ont été sommés par le gouvernement de quitter la forêt classée où ils résidaient.
Le mandataire CAMARA a rappelé que le doyen Salah NIARE, âgé de plus de 90 ans, avait bénéficié lesdites terres auprès des propriétaires coutumiers des deux villages pour servir de champs de culture. Selon lui, la totalité de l’espace n’étant pas exploitée par le vieux NIARE, les chefs de village l’ont sollicité, dans deux correspondances en date du 19 avril et du 28 avril 2017, d’accepter de céder l’espace inexploité aux populations de Sébé qui ont été sommées de quitter leur village.
Dans ladite correspondance, il est indiqué que sur la vingtaine d’hectares mis à la disposition de l’ancien ministre, seulement 3 ha sont exploités. Selon le conférencier, l’espace inexploité constitue aujourd’hui un nid pour les bandits qui dépouillent régulièrement les populations de leurs biens ou commettent des viols.
Aussi, dit-il, suite aux attaques terroristes survenues récemment et le démantèlement des caches d’armes des djihadistes dans la localité, les chefs traditionnels des deux villages ont décidé de solliciter le vieux NIARE pour procéder à la valorisation de l’espace en question.
L’on apprend également qu’il est prévu de construire dans l’espace en question une école, un marché, une moquée, un hôpital, un espace de sport et des lieux de distraction. De même, les droits de l’ex-ministre Salah NIARE sont-ils prévus dans le morcellement.
Le mandataire des chefs de village a sollicité l’implication des autorités à venir à la rescousse des villages de Samanko et de Mamaribougou dans leur volonté d’installer les habitants de Sébé, en situation de désespoir. A en croire M. CAMARA, les déguerpis de Sébé, venus localisés leurs parcelles, font face aux menaces de certains agents de la Préfecture de Kati.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *