Commune I: la mairie de Banconi fait peau neuve

8

Le maire du district de Bamako, Adama SANGARE, a procédé, hier jeudi, à la coupure du ruban symbolique marquant l’inauguration du centre secondaire d’état civil rénové de Banconi. C’était en présence du maire de la CI du district de Bamako, Mme Conté Fatoumata DOUMBIA, du coordinateur des chefs de quartier de la commune I, Mahamadou NIARE ; du chef de quartier de Banconi, Sory DIALLO ; du maire délégué de Banconi, des représentants des partis politiques de la commune et une foule nombreuse d’habitants dudit quartier, etc.

D’un coût global de 60 millions de F CFA, la reconstruction et l’équipement de cette mairie ont été entièrement financés par le budget communal.
Après la coupure du ruban symbolique, le maire district, Adama SANGARE, a rendu grâce au Tout-Puissant avant de rappeler qu’en 2010, cette mairie avait fait l’objet d’une inondation avec des pertes en vie humaine. Le même drame s’est répété en 2011. Il en était de même en 2013 où lui-même, en qualité de maire du District, et Mme Conté en qualité de maire de la commune I avaient été suspendus pour leurs responsabilités supposées dans les inondations à répétition.
Après avoir regretté ces circonstances malheureuses, Adama SANGARE a soutenu que toutes ses inondations sont indépendantes de la volonté des maires qui ne souhaitent que le bonheur des populations.
En 2011, a-t-il rappelé, la maire de la commune I a échappé à un lynchage à cause de la gestion des ordures ménagères. C’est pourquoi l’inauguration de ce centre secondaire est la preuve que Mme CONTE est engagée dans les actions développement de la commune. Il a invité les populations de Banconi, qui compte 800 000 personnes, à fréquenter le centre et à s’acquitter de leurs taxes.
De son côté, la maire de la commune I s’est réjouie de la cette cérémonie qui constitue un soulagement pour sa mairie. Elle a rappelé que les différentes inondations ont provoqué la destruction de plusieurs documents d’état civil dans ce centre. Dès lors, la mairie a décidé de reprendre la construction.
Au passage, elle a rendu hommage aux anciens maires. Elle a rappelé la construction d’autres centres d’état civil dans la commune, notamment ceux de Djélibougou, Doumanzana, de Korofina-Sud (Babouyabougou) sur fonds propres.
Le coût global des réalisations s’élève à 60 millions de F CFA. Avant de terminer, elle a mis en garde les populations contre certains comportements qui sont de nature à dégrader les infrastructures, notamment le déversement des ordures en cas de manifestations.

Par Abdoulaye OUATTARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *