Search
vendredi 3 juillet 2020
  • :
  • :

Communiqué de Presse

L’Organisation Internationale Britannique WaterAid, à l’instar de la Communauté Internationale, célèbre chaque année la Journée Mondiale de l’Eau le 22 mars. Cette année, le thème retenu est « L’eau et le changement climatique ». A cette occasion, WaterAid appelle le Gouvernement et les partenaires techniques et financiers à mettre l’accent sur l’accès durable à l’eau dans les plans d’adaptation au changement climatique.

Le Directeur Exécutif de WaterAid a déclaré : « Personne ne peut vivre sans eau potable. Et personne ne peut s’épanouir si elle a des difficultés à s’en procurer. À présent, le changement climatique complique la vie des habitants les plus pauvres de la planète, lesquels ont déjà du mal à obtenir de l’eau potble. Le rapport de WaterAid intitulé « En première ligne : l’état de l’eau dans le monde 2020 » montre que trop peu de fonds sont alloués pour aider les personnes les plus vulnérables à s’adapter aux impacts du changement climatique, qui met en danger la santé et la vie de millions d’individus. Les gouvernements doivent reconnaître le rôle vital de l’eau potable, qui permet à leurs populations de faire face au changement climatique avec résilience. Ils doivent par ailleurs s’employer à affronter cette menace urgente dès maintenant afin d’assurer la sécurité et la santé des générations futures. »

Actuellement, au Mali, plus de 4 millions de personnes, soit 22 % de la population, n’ont pas accès à l’eau potable. Une situation qui compromet la prise en charge des impacts grandissants du changement climatique.

Le Mali se classe au 9e rang des pays les plus vulnérables face au changement climatique, parmi les 5 les plus fragiles, mais ne reçoit que 8,60 dollars par personne et par an pour lutter contre ce phénomène. Les fonds alloués à la lutte contre le changement climatique visent tant la mitigation (réduction des émissions de carbone) que l’adaptation (diminution des impacts du changement climatique).

D’ici à 2050, on estime que le nombre de personnes qui éprouveront des difficultés à s’approvisionner en eau au moins une fois par mois s’élèvera à cinq milliards dans le monde, soit plus de 50 % de la population mondiale. L’accès à l’eau potable est d’autant plus fragilisé que le changement climatique accentue la pression sur les sources d’eau déjà surexploitées.

Aujourd’hui, il important d’intégrer les services d’approvisionnement en eau  résilients au changement climatique dans les plans nationaux d’adaptation au changement climatique.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *