Search
mercredi 12 décembre 2018
  • :
  • :

Concrétisation des États-Unis d’Afrique (sans visa): les Shapers Sud-Africains à Bamako en décembre

En prélude aux journées « Open Africa » de la Global shapers community, prévues, du 21 au 23 décembre 2017, au Mali, le Hub Bamako, hôte de l’événement, a animé, hier mardi, à Creperiz (Immeuble TAPO derrière l’Institut culturel français), une conférence de presse, focalisée sur les objectifs et les enjeux de cet important rendez-vous de la jeunesse africaine dans notre pays.

Les conférenciers étaient le « Curator » (président) de Hub Bamako, du mandat 2017-2018, Hamidou DOUMBIA ; et Haby FANE, « shapers » (influenceur).
Selon le Curator DOUMBIA, la « Global Shapers Community » est une communauté de jeunes rattachée au Forum économique mondial, une organisation à but non lucratif, fondée en 1971 à Davos en Suisse par Klauss Schwab. L’Organisation est composée de jeunes âgés de 20 à 23 ans, appelés « shapers » (influenceurs), dotés d’un grand potentiel de leadership. Les shapers, a-t-il indiqué, travaillent à améliorer la situation des populations de leur communauté.
Aussi, a-t-il expliqué, la Global shapers Community est un moyen fort pour relier les jeunes, à travers le monde.
Par ailleurs, a-t-il souligné, lors du Forum mondial économique en Afrique du Sud en mai 2017, les Global Shapers ont mis en place l’accord Open Africa, aspirant à initier une Afrique « sans frontière » ouverte à tous les Africains, dans laquelle « voyager ne serait pas synonyme de contraintes en matière de visa et barrières douanières ».
La décision, a-t-il noté, résulte d’un constat selon lequel, depuis longtemps, l’Union africaine et les organisations sous régionales existent, mais pour quel résultat ?
À la rencontre de Durban, les jeunes se sont posé beaucoup de questions, à savoir : est-ce que ce sont nos leaders qui peuvent concrétiser ce rêve de l’unité africaine ? En réponse, après analyse et réflexion, ils ont compris que c’est la jeunesse qui doit jouer son rôle.
« Si l’on doit effacer les frontières, c’est à la jeunesse de prendre le leadership. Ce n’est plus aux vieux leaders de le faire. Aujourd’hui, c’est une nouvelle jeunesse en Afrique qui doit pouvoir changer les choses », s’est convaincu le Curator DOUMBIA.
Dans le souci de matérialiser cette volonté des Shapers d’aller vers la concrétisation de ce projet, « Afrique sans visa », une caravane « Uhuru Bus » d’une dizaine de Shapers sud-africain a démarré en septembre à Durban. La caravane prendra fin à Addis-Abeba, lors du Sommet de l’Union africaine en février 2018.
Les Shapers sud-africains, révèlent les conférenciers, ont déjà traversé plusieurs pays et arriveront à Bamako, le 21 décembre prochain.
Au Mali, il est prévu des conférences et panels de discussion sur les problématiques nationaux ; la visite de courtoisie aux autorités politiques concernées par la question ; et une journée culturelle, visant à faire découvrir les réalités socio-culturelle de notre pays.
Il a profité de l’occasion pour inviter tous les jeunes maliens à se joindre à eux pour accueillir les hôtes du Mali qui sont en route et exhorter chacun à manifester son intérêt en participant aux différents panels de discussions et activités qui seront organisées lors des Journées « Open Africa » du 21 au 23 décembre à Bamako.
Quant à la 2e conférencière, Haby FANE, elle a axé son intervention essentiellement sur Shape Africa 2017 d’Addis-Abeba, en Éthiopie.
Cet important rendez-vous régional annuel des Hubs d’Afrique, qui avait pour thème « Our Africa, Our Story » (Notre Afrique, notre histoire), se veut un cadre de réflexion et d’échanges sur les problématiques propres au Continent africain.
Le Hub de Bamako était représenté par Daraja HAIDARA, Issam Chleuh, le Curator du mandat 2017-2018, Hamidou DOUMBIA, et elle-même.
Ce thème, dira Haby FANE, est très significatif puisque les shapers sont convaincus que les actions et les changements d’aujourd’hui influeront sur les récits d’histoires de l’Afrique de demain.
Les délégués maliens ont participé aux jours de réflexion, de discussion et d’échanges autour de panels incluant des responsables de l’Union africaine, de l’Ethiopian Airlines et de l’International Livostock Research Institute (ILRI) à Addis-Abeba. Une occasion pour ces acteurs de partager leurs expériences et leurs passions. Toute chose qui a inspiré et motivé les jeunes leaders présents à fournir toujours plus d’efforts pour que cet événement impacte positivement sur leurs secteurs et entreprises respectives.
Notons que le Hub de Bamako, fondé en novembre 2011 par Birama KONARE, compte présentement 22 membres sur son réseau dont 17 sont réellement actifs.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *