Search
vendredi 21 janvier 2022
  • :
  • :

Conférence de l’URD: à l’épreuve du choc des ambitions

C’est dans une atmosphère électrique que le parti Union pour la République et la Démocratie (URD) a tenu, le samedi dernier, sa 1ere conférence nationale, au Palais de la culture Amadou Hampathé BA où l’enjeu allait tuer le jeu démocratique. Quant à la désignation du candidat du parti à la prochaine présidentielle, retirée de l’ordre du jour, elle se fera prochainement. La commission mise en place à cet effet est chargée d’élaborer les critères de désignation.

Des milliers de militants de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) ont pris d’assaut le samedi dernier le Palais de la culture à la faveur de leur 10e conférence nationale.
L’adoption du rapport d’activité du Bureau Exécutif national et le remembrement du Parti, suite aux engagements souscrits à l’occasion des adhésions intervenues dans le Parti, étaient les deux points inscrits à l’ordre du jour.
Une rencontre sur laquelle planait l’ombre de Soumaila CISSE, décédé en décembre 2020, puisqu’il incarnait les valeurs du Parti et était pour les militants le repère.
C’est pourquoi, pour le président par intérim, Pr Salikou SANOGO, cette conférence statutaire, est à la fois un jour fort chargé d’émotion, mais aussi un jour d’espoir.
« En effet, depuis 2012, c’est bien la première fois que cette instance du Parti se tient en l’absence de Soumaïla CISSE qui, jusqu’il y a peu, présidait aux destinées de notre Parti. Parti qu’il a dirigé et incarné partout avec maestria », a-t-il expliqué.
Un jour d’espoir, parce que, selon Salikou SANOGO, le Parti est en train de reprendre sa marche en avant, à travers l’organisation de cette 10e conférence statutaire qui doit prendre des décisions importantes pour l’URD.
Cependant, ce grand rendez-vous a été entaché par les rivalités farouches entre les partisans de Me Demba TRAORE et ceux de Boubou CISSE, les deux prétendants sérieux à la candidature du parti. Cette atmosphère de tension était palpable avec la présence très remarquée des agents de société privée de sécurité (des loubards) au Palais de la culture.
« Je ne saurais occulter le fait que notre Conférence intervient en un temps d’intense bouillonnement et de très forte agitation au sein du Parti », a reconnu le président Salikou SANOGO, tout en appelant à la sérénité pour la mémoire de feu Soumaila CISSE.
« Pour la mémoire de Soumaïla CISSE, par respect pour l’immense travail abattu par les militants et les sympathisants du Parti depuis sa création en 2003, nous avons le devoir de maintenir debout ce parti qui incarne tant l’espoir d’un lendemain meilleur pour le peuple malien », a-t-il exhorté.
Puis, il met en garde le Parti contre le choc des ambitions qui peut conduire à l’implosion de leur mythique Parti. Car, est-il persuadé que c’est dans l’union sacrée autour du candidat que le Parti choisira qu’ils pourront gagner les élections présidentielles à venir.
Aussi, dans son intervention, il a tenu à répondre aux informations qui mettent en doute sa neutralité dans le choix du candidat du parti.
« Je voudrais nous inviter à sortir de l’émotion, à retrouver confiance les uns dans les autres. J’ai l’habitude de le dire et je le redis aujourd’hui, Salikou SANOGO est à équidistance de tous les militants du Parti. Je le dis en prenant Dieu à témoin. En ajoutant que mon éthique, ma dignité et mon honneur fort malmenés depuis quelque temps, m’interdisent toute espèce de clanisme. Salikou SANOGO n’est, n’a été, et ne sera l’homme lige de qui que ce soit », se justifie-t-il.
Par ailleurs, il est revenu sur le sens de l’appel à candidatures lancé par le Parti qui a été mal compris, selon lui, par des sections. Au lieu de faire remonter au Secrétariat général les candidatures exprimées à leurs niveaux, conformément aux textes du Parti, il a déploré que des sections aient choisi d’organiser « un semblant de primaire alors même que ce concept n’existe nulle part dans nos textes ».
À propos de cet appel à candidatures, il a informé la conférence que dix candidatures ont été dûment enregistrées au niveau du Secrétariat général du parti.
Pour les départager, une commission nationale a été mise en place pour proposer un projet de critères de choix du candidat, a déclaré Pr Salikou SANOGO, tout en précisant que les critères élaborés par la Commission seront soumis à l’approbation du BEN avant d’être utilisés pour analyser les dossiers de candidature.
Selon des sources du Parti, après le travail de la Commission en collaboration avec le Bureau exécutif du parti, une autre rencontre se tiendra pour informer les militants du candidat du Parti à la prochaine présidentielle.
Sur l’actualité politique du pays, le président par intérim de l’URD a clairement exprimé la position du parti par rapport à la Transition. Si certains cadres de l’URD affichent leur désaccord sur des démarches de la transition, telle n’est pas celle du Bureau exécutif du parti.
« Je voudrais du haut de cette tribune réaffirmer avec force que l’URD, membre fondateur du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) et du Mouvement du 5 juin (M5-RFP), se reconnaît totalement dans l’orientation et la conduite des actions gouvernementales de la transition par le Colonel Assimi GOITA, chef de l’État et Choguel Kokala MAIGA Premier ministre », a-t-il déclaré.
Par conséquent, il affirme que l’URD soutient l’avènement d’un organe unique et indépendant de gestion des élections au Mali et appelle les militants du Parti à sortir massivement pour participer, à tous les niveaux, aux Assises nationales de la refondation en préparation.

PAR SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *