Search
jeudi 22 juin 2017
  • :
  • :

Conference internationale de Bamako sur les manuscrits anciens:  » les manusrits anciens constituent un précieux trésor que nous devons assurer la conservation »

• Mme le Ministre de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme
• Monsieur le représentant de l’UNESCO au Mali,
• Excellence Monsieur l’Ambassadeur de la Norvège au Mali,
• Monsieur les représentants des missions diplomatiques, coopérations bilatérales, organisations gouvernementales et non gouvernementales partenaires techniques ou financiers de cette conférence ;
• Monsieur les recteurs des universités, directeur des grandes écoles et instituts du Mali ;
• Chers hôtes et distingués invités,

A vous tous ici présent au Centre international de conférence de Bamako, je souhaite la bienvenue.

Mesdames et Messieurs,

Les manuscrits anciens constituent une partie considérable du patrimoine culturel du Mali, et au-delà, de l’Afrique et du reste du monde. Le Mali compte environ 400 000 manuscrits selon les dernières estimations. Il s’agit d’un précieux trésor que nos prédécesseurs nous ont légués au fil des siècles et dont nous devons assurer la conservation afin qu’ils puissent également bénéficier aux générations futures. Le thème de cette conférence « les manuscrits anciens face aux défis de l’heure » est bien choisi et pose la question de l’actualité et de l’avenir des manuscrits. L’objectif fixé est de créer un cadre d’échanges entre les acteurs impliqués afin d’aboutir à une plateforme en vue d’une meilleure conservation et exploitation scientifique des anciens manuscrits et d’arriver à une compréhension cohérente des défis auxquels les manuscrits de Tombouctou font face et à des propositions de pistes de réflexion en faveur d’une conservation et d’une exploitation durables de ces manuscrits à court, moyen et long terme.

Autorités politiques, partenaires, chercheurs, conservateurs, nous nous posons tous plusieurs questions autour de l’importance et de la gestion de ces manuscrits : Quelles visions universelles pour la sauvegarde des manuscrits ? Quels rôles doivent jouer l’État, les partenaires, ainsi que les communautés locales pour renforcer la protection des manuscrits ? Quel cadre juridique mettre en place pour protéger les manuscrits, les bibliothèques et les propriétaires ? Quelle vision en termes d’uniformisation des techniques de conservation ? Comment les savoirs et connaissances que contiennent les manuscrits peuvent-ils être mis au profit des grands défis actuels en matière de culture, d’identité, de gouvernance, d’éducation et de résolution des conflits? Quels outils développer pour assurer les bailleurs de fonds sur l’utilisation des fonds reçus et permettre le suivi-évaluation ? Toutes ces questions sont fondamentales et doivent être débattues pour améliorer la conservation des manuscrits et tirer un meilleur profit pour la science, les techniques et le développement. Les points de vue seront donc confrontés pour que jaillisse la lumière qui éclairera leur avenir.

Mesdames et Messieurs,
La valorisation du patrimoine écrit du Mali a toujours été une préoccupation des différents gouvernements du Mali, de l’indépendance jusqu’à nos jours. J’en veux pour preuve la création de L’Institut des Hautes Etudes et de Recherches Islamiques Ahmed Baba de Tombouctou, héritier du Centre pour la Documentation et la Recherche Ahmed Baba crée il y’a plus d’une quarantaine d’années pour répondre aux besoins de prospection, de collecte et de conservation des anciens manuscrits sur l’ensemble du territoire de la République du Mali. Aujourd’hui il compte environ 40 000 manuscrits et travaille quotidiennement à fond à leur sauvegarde en employant les ressources de l’Etat et des appuis divers fournis par de nombreux partenaires comme l’UNESCO, l’ISESCO, la Norvège, le Grand Duché du Luxembourg, l’Arabie Saoudite ou encore l’Afrique du Sud.
L’organisation de cette conférence est le fruit du projet Aide d’urgence pour la sauvegarde et la conservation des manuscrits historiques du Mali, avec le Mali comme pays bénéficiaire, financé par la Norvège à travers l’UNESCO. C’est l’occasion pour nous d’adresser nos sincères salutations et remerciements à la Norvège, pays ami et partenaire qui a bien voulu appuyer notre pays dans ses ambitions pour le développement de la recherche scientifique et la valorisation du patrimoine écrit. Nous remercions également l’UNESCO qui depuis toujours contribue à protéger et promouvoir le patrimoine culturel de notre pays et qui a su mobiliser au niveau national et international d’importants efforts en faveur de notre cause. Merci à tous les autres partenaires techniques et financiers qui accompagnent le Gouvernement du Mali et les acteurs nationaux pour consolider les acquis et fortifier les chantiers de la valorisation du patrimoine écrit.

Chers participants,
Je vous exhorte enfin à des discussions profondes et constructives, à une meilleure analyse des expériences et des défis afin d’aboutir à des solutions concrètes pour bâtir un meilleur avenir aux manuscrits.
Sur ce, je déclare ouverts les travaux de la Conférence internationale de Bamako sur les Manuscrits anciens du Mali (CIMA) et souhaite pleins succès à vos travaux.

Je vous remercie




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *