Search
vendredi 18 août 2017
  • :
  • :

Conférence internationale sur les manuscrits anciens: une nouvelle étape de la renaissance culturelle du Mali

Une conférence internationale sur les manuscrits anciens du Mali a débuté, hier mercredi 28 janvier 2015, au CICB, pour 3 jours. Le thème de la conférence est : « Les manuscrits anciens face aux défis de l’heure ».
La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Me MountagaTall, en présence de Madame le ministre de la Culture, de l’artisanat et du tourisme, Mme N’DiayeRamatoulaye Diallo, du coordinateur résident du système des Nationsunies au Mali, M. David Gresly, de M. l’Ambassade de la Norvège au Mali. On y notait également la représentante de la directrice générale de l’UNESCO, des représentants des missions diplomatiques présents au Mali, des recteurs des universités et directeurs des grandes écoles et instituts de notre pays.
Le représentant de la directrice générale de l’UNESCO a indiqué que leur organisation a pris l’engagement de protéger et de reconstruire ce qui a été brisé, d’accompagner le peuple malien dans la sauvegarde de ce patrimoine, qui est celui du Mali, et qui est également un patrimoine mondial. Il a rappelé que l’UNESCO s’est engagée à réhabiliter les trois mosquées endommagées et les 14 mausolées rasés au nord et à sauvegarder l’exceptionnel patrimoine documentaire, encore inexploité, que sont les manuscrits anciens du Mali. Selon le représentant de l’UNESCO, avec la crise du nord, plus de 4200 anciens manuscrits ont été délibérément brulés, causant ainsi une immense perte pour l’histoire du Mali, de l’Afrique et du monde.
Il a par ailleurs déclaré que cette conférence internationale est une opportunité de franchir une nouvelle étape de la renaissance culturelle du Mali, et de permettre aux familles qui possèdent ces manuscrits, aux experts maliens, aux experts internationaux, de mettre en commun leurs visions et leur réflexion, pour bâtir ensemble une stratégie efficace pour la sauvegarde durable de ces trésors.
M. David Gresly a commencé par rappeler que la protection de tous les éléments qui constituent le patrimoine culturel malien a toujours été une priorité du système des Nationsunies. Il a reconnu que Tombouctou constitue l’un des importants sites culturels et historiques qui possède l’une des plus exceptionnelles richesses culturelles que sont ses manuscrits anciens. Le coordinateur résident du système des Nations unies au Mali s’est dit heureux de constater que les efforts communs du gouvernement malien, de l’UNESCO, de la MINUSMA, et des partenaires bilatéraux du Mali ont démontré que sauvegarder les manuscrits, à Tombouctou mais aussi ailleurs au Mali, contribuait inévitablement à la création de conditions favorables à la paix et au dialogue.
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, MeMountagaTall, a affirmé que le Mali compte environ 400 000 manuscrits, selon les dernières estimations. Il a qualifié ces manuscrits de précieux trésors que les prédécesseurs ont légués au fil des siècles et que nous devons assumer la conservation afin qu’ils puissent également bénéficier aux générations futures.
Il est à noter qu’au cours de ces trois jours de travaux, les participants auront à se pencher sur les questions relatives entre autres aux visions universelles pour la sauvegarde des manuscrits ; les rôlesque doivent jouer l’État, les partenaires, ainsi que les communautés locales pour renforcer la protection des manuscrits ; le cadre juridique à mettre en place pour protéger les manuscrits, les bibliothèques et les propriétaires ; la vision en terme d’uniformisation des techniques de conservation ; les savoirs et connaissances que contiennent les manuscrits. Seront aussi débattues les questions liées aux outils de développement afin d’assurer les bailleurs de fonds, le suivi-évaluation…
MARIAMA KABA (STAGIAIRE)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *