Search
mardi 12 décembre 2017
  • :
  • :

Confusion à l’Université des sciences sociales et de gestion: un collectif d’enseignants interpelle mme la ministre

Le Collectif des enseignants de la Faculté des sciences économiques et de gestion (FSEG) et de l’Institut universitaire de gestion (IUG) a animé, le samedi 4 novembre, une conférence de presse pour dénoncer les comportements anti-pédagogiques du doyen Ousmane Papa KANTE, en complicité avec le Recteur. La conférence s’est déroulée dans la salle des professeurs de l’IUG avec comme animateur les professeurs Tahirou SANGARE ; Anna TRAORE ; Sidi Wangara, Sory BAH…

D’entrée de jeu, le principal conférencier, Tahirou SANGARE, a informé que les salaires des enseignants grévistes de l’IUG et de la FSEG avaient été injustement suspendus suite à une grève que l’Enseignement supérieur avait observée, du 4 avril au 18 mai. Selon lui, cette sanction contre les enseignants grévistes de la FSEG et de l’IUG s’explique par le fait que ceux-ci dénoncent les comportements du doyen Ousmane Papa KANTE et ne sont pas du même bord que lui.
Pour le rétablissement des salaires des grévistes, le conférencier a affirmé qu’il a fallu que ces derniers organisent un sit-in devant la Primature pour que le doyen revienne à de meilleurs sentiments. Il a noté que le paradoxe est que ni le Doyen ni le Recteur n’est autorisé à couper le salaire d’un enseignant fonctionnaire de l’État. Le conférencier a informé que c’est simplement une notification de restitution qui a été faite et que les salaires n’étaient pas encore versés dans les comptes.
Le conférencier SANGARE a dénoncé les pratiques du doyen Ousmane Papa KANTE qui, selon lui, suite à la grève au niveau du supérieur, a fait venir toute sorte d’enseignants. À en croire Tahirou SANGARE, des enseignants vacateurs enseignent à la FSEG alors qu’ils n’ont pas encore terminé leur DEA. Aussi, ajoute-t-il, beaucoup d’amis du Doyen qui travaillent dans l’administration enseignent aujourd’hui à la FSEG.
« Après la grève, l’accès aux salles de classe a été interdit aux enseignants titulaires par le doyen Ousmane Papa KANTE. Des policiers ont été mobilisés pour interdire les enseignants fonctionnaires, qui sont payés par l’État, au profit des vacataires. Tout cela pour partager les avantages des heures supplémentaires avec ces derniers », a critiqué Tahirou SANGARE.
Un autre fait grave reproché au Doyen de la FSEG est la vente des notes aux étudiants et la création d’une 3e session en violation des textes de l’enseignement supérieur. Le conférencier a fait savoir qu’au niveau de la FSEG, pour avoir droit à la 3e session, l’étudiant doit obligatoirement payer 10 000 FCFA par unité d’enseignement non validée. Ce qui, dit-il, fait qu’à la FSEG le redoublement n’est plus à l’ordre du jour, car tout étudiant qui paye les 10 000 FCFA aux examens oraux passe à la classe supérieure.
Face à ces comportements, les conférenciers ont insisté sur l’obligation de destituer le doyen Ousmane Papa KANTE pour éviter que toute une génération d’étudiants ne soit sacrifiée à la FSEG.
Les conférenciers sont fermes à dire qu’ils détiennent des preuves que le Recteur et le Doyen sont appuyés dans leurs comportements anti-pédagogiques par le ministre de l’Enseignement supérieur. Ils fustigent le constat selon lequel, la politique est venue se mêler à l’école pour créer un chaos qui n’est pas de nature à garantir l’avenir des jeunes.
La conférencière Ana TRAORE a ajouté que les pratiques anti-pédagogiques ont commencé à la FSEG, depuis l’arrivée du Pr Ousmane Papa KANTE. Selon elle, celui-ci a imposé ses propres pratiques en mettant de côté les textes de l’Université. Elle a déploré que malgré les preuves fournies au ministre de tutelle, qui a personnellement reconnu les fautes du doyen, rien n’a été fait par le département pour débarrasser la FSEG du Pr KANTE.
Contrairement aux dires des partisans de Ousmane Papa KANTE, qui soutient que le deuxième semestre est presque terminé à la FSEG, Mme Ana TRAORE a informé que le premier semestre n’est pas encore clôturé. Selon elle, les autres facultés, qui ont observé la grève, ont presque terminé leur année universitaire sans le concours des enseignants vacataires.
Selon la conférencière TRAORE, la solution au problème de la FSEG passe obligatoire par la révocation du Recteur et du Doyen Ousmane Papa KANTE. Pour ce faire, Ana TRAORE a interpellé Mme la ministre de l’Enseignement supérieur à prendre ses responsabilités ou à défaut de démissionner purement et simplement. Pour elle, c’est simplement un manque de courage de la part des décideurs qui fait que le chaos persiste à la FSEG.
Les conférenciers ont saisi l’occasion pour préciser que le SNESUP a suspendu sa grève illimitée pour donner le temps aux autorités de satisfaire leurs doléances d’ici au 2 janvier prochain. Ils ont informé que le collectif des enseignants de la FSEG et de l’IUG est en phase avec le SNESUP et que la résistance continuera tant que le Doyen n’est pas révoqué et tant que les salaires des grévistes ne seront pas versés dans leurs comptes.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *