Congrès ordinaire du RPM: le pari se rester la 1ère force politique

3

Le Rassemblement pour le Mali (RPM) a tenu, le week-end dernier, au Palais de la culture, les assises de son 4è congrès ordinaire, couplé au 3è congrès ordinaire de l’Union des femmes du parti. La cérémonie d’ouverture des travaux était placée sous l’égide du président par intérim, le Dr Boulkassoum HAIDARA, non moins porte-parole du congrès qui se veut fédérateur et dynamique en vue de rester la première force politique du pays. C’était en présence de la Première dame, KEITA Aminata MAIGA, du Premier Ministre, Modibo KEITA, des personnalités politiques ; venues d’un peu partout en Afrique, des membres du Bureau politique national, des membres de l’Union des femmes et de l’Union des jeunes et des représentants de partis invités.

Le congrès a enregistré la présence de plusieurs milliers de militants et sympathisants, venus des 57 sections de l’intérieur du pays et de 17 sections de l’extérieur et des délégués de Bamako et de l’intérieur du pays. On y notait également la présence des représentants des partis de la Convention de la majorité présidentielle (CMP), et des représentants des partis de l’opposition.
L’éclat de la cérémonie a été rehaussé par participation des représentants de plusieurs partis amis de la sous-région, membres de l’international socialiste, qui ont honoré de leur présence pour apporter la solidarité politique agissante de leur mouvement au RPM. Il s’agit du secrétaire général de l’International socialiste, Louis AYALA et d’Emmanuel N’Goulou, IS Afrique, du président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’GUESSAN, du Secrétaire général du parti socialiste (PS) du Sénégal, Ousmane DIENG, du représentant de la Ligue démocratique du Sénégal, Mamadou N’DOYE; de Abdel SALAM du parti USFP du Maroc ; du Secrétaire général adjoint du parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS), l’honorable Kalla Ankourao …
L’objectif de ce 4è congrès ordinaire du RPM était de faire l’état d’application des statuts et du règlement intérieur ; à savoir la politique des alliances électorales ; le fonctionnement des organisations de masse ; les perspectives d’avenir et le financement des activités. La finalité étant de permettre au parti de s’armer d’outils politiques aptes et efficaces à même de lui permettre d’engranger d’autres succès en vue de concrétiser le projet présidentiel : « Pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens ».

Les femmes pour IBK
Les deux interventions, attendues, pour l’entame de ces assises, à savoir le discours de la présidente de l’Union des femmes du parti, DIAWARA Aïssata Lady TOURE, et celui du président par intérim du parti, le Dr Boulkassoum HAIDARA, ont tenu leurs promesses. Tour à tour, les invités, venus de plusieurs pays de la sous régions, se sont succédé au pupitre pour adresser des messages de soutien et d’accompagnement aux congressistes, témoignant ainsi au parti présidentiel et à son fondateur, le président IBK, la fraternelle amitié politique de la grande famille de l’International Socialiste.
Dans son intervention, la présidente de l’Union des femmes du parti a mis en avant l’engagement indéfectible des femmes, celles-là qui ont accepté de s’engager pour un Mali de justice, de prospérité, de progrès et de solidarité.
Aussi, a-t-elle réaffirmé leur détermination aux cotés des autre camarades à soutenir les actions du gouvernement et du président de la république, Ibrahim Boubacar KEITA.
Elle a, au passage, salué l’issue heureuse, en cours, du problème sécuritaire que connait notre pays et l’implication personnelle du président de la république pour le vote de la loi sur le genre avec le concours des députés de la majoritaire présidentielle.
«En trois ans d’exercice du pouvoir, nous avons eu un bilan positif. Le Mali a eu tout son respect, sa dignité et son honneur sur le plan international. La preuve, notre président, dans l’histoire de l’humanité, a été le seul chef d’Etat Africain à être invité avec honneur à Paris, sur les champs Elysées », s’est réjoui la présidente de l’Union des femmes du RPM. En toute fierté, elle n’a pas manqué de renouveler l’engagement et le soutien indéfectible des femmes au parti et au président Ibrahim Boubacar KEITA pour relever les prochains défis. DIAWARA Aïssata Lady TOURE a enfin engagé les femmes du RPM à rester soudées et vigilantes face à la désinformation et à l’intoxication.

Rappel historique
Le président par intérim du RPM, le Dr Boulkassoum HAIDARA, lui, a fait un rappel historique sur la création du parti et les ambitions politiques qui ont motivé sa création.
« Il y a quinze ans, précisément le 30 juin 2001, des hommes et des femmes, d’horizons divers, soucieux du devenir du pays, animés par la foi et la volonté de faire autrement la politique, se sont rassemblés pour tenter de donner un sens à l’existence de l’homme malien, au nom de l’humanisme soudanien ou ‘’Maya’’, un concept historique et social, fondé sur la solidarité, la culture de la dignité et de l’humilité, le respect de la chose publique, le travail bien fait, le respect de l’autre et de la parole donnée ainsi que la reconnaissance du mérite» a déclaré le président intérimaire », a-t-il rappelé avant d’ajouter que « la concrétisation de cet édifice socio-humanitaire, socle du projet de société du parti, est un travail de longue haleine parce qu’il s’agit plus «qu’une alliance, d’un mariage de la vertu et de la morale ».

Djandjo
Le président Boulkassoum HAIDARA, comme gagné par un devoir de reconnaissance, a adressé de vives félicitations aux militants et sympathisants du RPM pour leur engagement et leur constance. Pour lui, ceux-ci méritent aujourd’hui d’exhiber les pas du « Djandjo », cette danse des braves qui glorifie les hommes d’honneur et de devoir.
« Aujourd’hui, nous nous réjouissons de l’élection du camarade Ibrahim Boubacar KEITA à la magistrature suprême de notre pays, avec 77,62 % des suffrages et un taux de participation de 50 % dans un contexte caractérisé par une crise sécuritaire et institutionnelle sans précédent », s’est-il félicité. D’où l’appel du président Boulkassoum HAIDARA à plus de cohésion et d’union pour les militants et responsables du parti en vue de gagner de nouvelles conquêtes politiques.
Se collant à l’actualité politique dominante, le Dr Boulkassoum HAIDARA, qui a minimisé l’apport de la défection, le 26 Septembre dernier, de 4 députés du parti RPM, dira qu’il s’agit d’un non-évènement, en ce sens que ces départs le sonnent comme « une sélection naturelle de purification du parti».

Le bilan reluisant
Il enchainera avec les acquis engrangés par le président IBK en soutenant que le projet présidentiel, loin d’être un slogan creux, est une annonce « d’acquis probants pour la réalisation desquels les militants souhaitent une longue vie au président IBK afin qu’il puisse assister au dénouement heureux de certains évènements ou à la mise en consommation de grands chantiers ouverts pendant son quinquennat ».
De ce fait, de nombreuses réalisations ont été évoquées. Et cela, dans plusieurs domaines, à savoir: le rétablissement durable de la paix et de la souveraineté avec la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger signé le 15 mai et le 20 juin 2015 ; la réforme de l’outil de défense avec l’adoption de la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire portant sur un montant de 1 230 milliards de FCFA entièrement financée par le budget national sur une période de 5 ans ; la gouvernance économique et financière avec une amélioration du taux de croissance de l’économie qui était de 0,00% en 2012, passé pendant la transition à 1,7 % en 2013 pour atteindre 7,2 % en 2014 et s’est maintenu à 6,0 % en 2015 avec une inflation maîtrisée de 1%.
Dans cette lancée, il a souligné la hausse du budget 2016 qui a dépassé, pour la première fois, dans notre pays, la barre de 2000 milliards de FCFA, avec une meilleure contribution des services d’assiette de l’État qui ont mobilisé, pour la première fois, plus de 1000 milliards de nos francs, rendant possible également, pour la première fois, une allocation de 500 milliards de FCFA aux investissements productifs. Des efforts qui, selon lui, ont permis d’apurer totalement la dette intérieure de notre pays au titre des années 2014, pour un montant de plus de 108 milliards de FCFA, et celle de 2015 pour un montant de plus de 234 milliards de FCFA.
Selon lui, c’est tout cela qui a favorisé, dans notre pays, l’amélioration des conditions de vie, à travers la stabilité des prix des produits de première nécessité, la hausse de 20% des salaires ; l’augmentation des allocations familiales rehaussées de 42, 86 % passant de 2000 FCFA à 3500 FCFA et pour un enfant vivant avec handicap, cette augmentation a atteint les 50% (2 000 FCFA à 4000FCFA) ; et la baisse considérable de l’impôt sur le traitement des salaires (ITS).
Malgré tous ces chantiers réussis, et d’autres résultats plus probants liés à la création d’emplois, le désenclavement, la réalisation de centre d’autonomisation féminine, les subventions allouées par l’Etat aux hydrocarbures et aux intrants agricoles ; les efforts dans le domaine d’approvisionnement des populations en eau potable et en électricité, le secteur de l’éducation, la mise en place d’un fonds d’un milliard de FCFA, pour le financement des projets d’autopromotion des femmes et les énormes actions en faveur du renforcement de la démocratie, à travers le vote de plusieurs projets de lois, les détracteurs, eux, continuent de distiller des rumeurs en vue de saper le moral des citoyens. C’est pourquoi il a salué le courage politique des militants du RPM, tout en exhortant à plus d’engagement pour la concrétisation des idéaux du président IBK.
Tout naturellement, en épousant la ferveur politique retrouvée, le président HAISARA a invité ses camarades politiques à s’unir davantage pour soutenir les actions du président de la république et du gouvernement dans le but de faire du Mali un pays émergent où il fera bon vivre. Pour atteindre cet objectif, le responsable politique du RPM a souhaité que de ces assises, sortiront des équipes dirigeantes homogènes, dynamiques, disciplinées, compétentes ; soudées et déterminées en vue de relever le défi du clanisme et des querelles de positionnement afin que le RPM demeure la première force politique du pays, durant des décennies encore.

PAR MODIBO KONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *