Search
mercredi 28 juin 2017
  • :
  • :

Conseil national de la jeunesse: ça sent de la fumée en Commune V

Certains jeunes de la Commune V du District de Bamako se proposent s’organiser une assemblée générale extraordinaire, le 31 janvier prochain, pour mettre en place un bureau de transition. L’information a été donnée, hier mercredi, au siège du Conseil national de la jeunesse du Mali par le 2e Secrétaire général du bureau national du CNJ-Mali, Ibrahima Mahamane MAIGA. C’était au cours d’un point de presse qu’il a animé.

La rencontre s’est déroulée en présence de plusieurs jeunes, regroupés en des associations qui contestent la légalité de leur bureau communal. En effet, ils reprochent aux responsables de leur Commune d’avoir nommé une personne dans le bureau en violation des textes et règlements du CNJ-Mali.

Le conférencier, Ibrahima Mahamane MAIGA, également jeune de la CV, a expliqué que l’objectif de ce point de presse était de prendre à témoin l’opinion nationale de cette situation qui prévaut en CV.

Aussi, il se veut une occasion pour les organisateurs d’annoncer la tenue de l’assemblée générale extraordinaire, qu’ils entendent organiser à la fin de ce mois de janvier.

Par ailleurs, le conférencier a tenu à préciser qu’ils tiennent à la tenue de cette assemblée extraordinaire pour surtout apaiser la tension qui prévaut présentement au sein des jeunes de la CV; et de permettre à leur bureau de revenir dans la légalité.

Dans une déclaration lue par le conférencier, les jeunes frondeurs relèvent les incohérences de la composition du bureau local avec des dispositions du CNJ-Mali.

Dans leur document, ils soutiennent que l’article 49 du CNJ-Mali est violé par des responsables du bureau du conseil communal. En effet, ledit article dispose: «Les membres des commissions de renouvellement ne sont pas éligibles aux postes de responsabilités des structures de base du conseil au risque d’invalidation du bureau prononcé par le comité exécutif national du CNJ-Mali».

Or, soulignent-ils dans le document, l’un des membres de la commission de renouvellement du bureau du conseil communal de la Commune V, à la personne de N’Diourfou CISSE, devenue membre du bureau dont elle a participé au renouvellement.

Ainsi, à l’analyse de l’article 49, en déduisent-ils dans leur document, le bureau du Conseil communal de la jeunesse de la commune V du District de Bamako n’est ni légal, ni légitime vis-à-vis des textes (Statuts et règlement intérieur) du CNJ-Mali.

C’est pour ces raisons, soutiennent les contestataires, ils ont décidé de la mise en place d’un comité transitoire à partir du samedi 31 janvier 2015,  qui aura à gérer les affaires courantes de la jeunesse de la Commune V.

En tout cas, ces jeunes sont convaincus qu’il n’est pas question, de violer ou de profaner les énormes  efforts consentis depuis des années pour la promotion de la jeunesse et le respect de leurs valeurs.

Aussi, ont-ils fait savoir, les textes du CNJ-Mali, à leur entendement, sont sacrés et inviolables.

Face à la situation, M. MAIGA a rappelé qu’ils ont rapproché le président du Conseil national de la jeunesse du Mali, Mohamed Salia TOURE qui n’a jusqu’à présent donné aucune suite favorable. Donc, à son humble avis, le problème demeure entier.

«Nous voulons que les textes du CNJ-Mali soient respectés et observés par tout le monde comme il se doit pour le bonheur de la jeunesse», a conclu  M. MAIGA.

Par Sikou BAH   




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *