Search
dimanche 20 août 2017
  • :
  • :

Conseil national de la jeunesse CIII : fronde contre le président

La jeunesse de la commune III du district de Bamako a tenu, le dimanche dernier, une assemblée générale extraordinaire d’information au Carrefour de jeunes: motif, interpeller le président national du CNJ-Mali, Mohamed Salia TOURE, sur les disfonctionnements au sein de la jeunesse communale, avant qu’il ne soit trop tard.

 La colère entre des jeunes de la commune III et leur président s’est finalement transportée sur la place publique. Elle justifie la tenue d’une assemblée générale, ce week-end; à laquelle ont pris part plusieurs leaders jeunes de la localité pour dénoncer ceux qu’ils estiment injuste et indigne du mouvement de la jeunesse de la CIII.

Pour l’occasion, il s’agissait aussi de prendre à témoin le président du Conseil national de jeunes (CNJ-Mali), Mohamed Salia TOURE, qui était présent à la rencontre et l’interpeller sur la situation qui couve dans cette commune. Par contre, le président du CNJ de la commune III, Fodè N’DIAYE, accusé d’être à l’origine des dysfonctionnements a brillé par son absence à la rencontre.

L’assemblée, à l’allure d’un procès contre le président Fodè N’DIAYE, a réuni des dizaines de jeunes pour dénoncer le comportement peu appréciable de leur président. Ce dernier, estiment-ils, est à la base de plusieurs problèmes au sein de la jeunesse.

  1. Namory KEITA, porte-parole des jeunes, dans son intervention, a exposé au président Mohamed Salia TOURE les problèmes pour lesquels il demande une solution urgente.

Ainsi, il est reproché au président Fodé N’DIAYE, notamment la non tenue des rencontres du bureau, le manque de vision du bureau local, l’absence des commissions de travail, la rétention de l’information.

A ces problèmes non moins importants, s’ajoute la question de limite d’âge, dans le choix des membres approchés par M. N’DIAYE. Toute chose, estime-t-il, qui ne permet pas à la commune d’émerger, à l’instar des autres localités du pays.

À cet égard, pour éviter la paralysie, les jeunes ont formulé des recommandations qui ont été soumises au président Mohamed Salia TOURE.

Il s’agit, en occurrence, d’instaurer la transparence dans la gestion, le respect du statut et des règlements de l’organisation, la restructuration du bureau local, la mise en place des commissions de travail.

Par ailleurs, les frondeurs tiennent à la mise en œuvre de ces recommandations dans un délai de 15 jours pour la stabilité et la paix au sein de la jeunesse locale. Car, ils ne souhaitent plus que la commune soit prise en otage par des personnes qui ne travaillent pas pour l’intérêt général.

Le président Mohamed Salia, pour sa part, a salué la démarche qu’il a qualifié de méthodique et réfléchie. Toute chose devant servir d’exemple pour désamorcer des difficultés dans d’autres communes confrontées aux mêmes problèmes.

Mohamed Salia a dit avoir pris bonne note de toutes les préoccupations et recommandations formulées par ses camarades. Dans la mesure du possible, il a promis de s’impliquer personnellement pour la résolution du problème avec la commission qui va être mise en place, à cet effet.

«Vous avez été sage. Le leadership que vous incarnez a été déterminant pour la tenue de cette rencontre que j’ai personnel apprécié. Toutefois, les problèmes dont vous parlez, on les retrouve à Bamako et partout à l’intérieur du pays. Je vous rappelle que le CNJ n’est pas pour une personne, mais pour les associations de jeunes. C’est l’idée de fédérer ces associations que l’organisation a été créée. Pour l’intérêt de ces associations, je ferai de mon mieux», a-t-il conclu.

 Par Sikou BAH

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *