Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Conseil supérieur de la Politique nationale du genre: des recommandations pour le bien-être des Maliennes

La salle de conférence de la Primature a abrité, ce lundi matin, la deuxième session du Conseil supérieur de la Politique nationale Genre (PNG). La session a été présidée par le Premier ministre, Moctar OUANE, en présence de plusieurs membres du gouvernement et les représentants des partenaires techniques et financiers, membres dudit Conseil.

Faut-il le rappeler que le Conseil Supérieur de la PNG a été institué par le Décret N°2014-0368/PM-RM du 27 mai 2014, modifié, fixant le mécanisme institutionnel d’orientation, d’impulsion et de suivi de la mise en œuvre de la Politique Nationale Genre. Il comprend tous les ministres du Gouvernement et des organisations faitières de la société civile et du secteur privé.
En campant le décor, Mme BOUARE Bintou Founé SAMAKE a remercié l’ensemble des membres du Conseil supérieur de la PNG et s’est réjouie de l’engagement des partenaires techniques et financiers qui travaillent pour la bonne mise en œuvre de cette politique aux côtés du Gouvernement.
Pour cette deuxième session ordinaire, Mme la ministre a précisé qu’il s’agissait pour les participants d’examiner périodiquement l’état de mise en œuvre de la Politique Nationale genre ; d’analyser les propositions et recommandations soumises par le ministre en charge du Genre et de donner des orientations pour la prise en compte du Genre dans les textes législatifs et réglementaires, dans la formulation des politiques publiques, dans la composition des organes élus et des institutions administratives. «Veiller à la prise en compte, dans l’action gouvernementale, des observations des organisations de défense des droits humains sur les questions de violations des droits des femmes ; examiner et donner un avis sur les projets de rapports périodiques du Mali sur l’état de mise en œuvre des conventions et traités internationaux ratifiés par le Mali dans le domaine des droits de la femme ; veiller à l’application des engagements internationaux du Mali en matière d’égalité entre les femmes et les hommes et veiller à l’application des recommandations des évaluations de la Politique Nationale Genre du Mali, telles sont les missions qui nous sont assignées au sein du Conseil supérieur de la PGN », a-t-elle cité.
Elle a également indiqué que la présente session leur offre l’opportunité de mesurer le chemin parcouru, dans le combat pour la promotion du genre. « Cette session constitue aussi un moment d’engagement et de résolution, pour améliorer la condition de la femme, à travers la mise en œuvre de la Politique Nationale Genre. À l’instar de tous les autres secteurs importants pour le développement de notre pays, l’efficacité des interventions dans le domaine du genre, dépend largement de la compréhension du concept genre, et aussi de l’utilisation des outils de la gestion axée sur les résultats, et notamment de la planification stratégique », a-t-elle mis en exergue.
Mme Béatrice Eyong, Représentante Résidente de ONU-femmes au Mali a indiqué que le chemin qui mène vers la réalisation de l’égalité femmes-hommes est assurément long et semé d’embûches. « Les défis et constats qui jalonnent encore la mise en œuvre de la Politique Nationale Genre sont entre autres : l’absence d’une analyse genre des politiques et programmes évoluant dans les ministères, l’insuffisance de ressources financières limitant les capacités du Secrétariat permanent de suivi de la mise en œuvre de la PNG, le fonctionnement irrégulier des comités sectoriels du genre tant au niveau des départements qu’au niveau régional, l’insuffisance de concertation entre les acteurs (Ministères-OSC-Privé-PTF », a-t-elle déploré.
Cependant, elle dit être convaincue que l’Objectif du Conseil supérieur est à la portée du Mali. « Pour y parvenir, la culture de l’égalité et le partage des responsabilités politiques et sociales sont des facteurs très importants à promouvoir », a-t-elle martelé, avant de saluer la volonté affichée des membres du Conseil de la PNG.
Quant au Premier Ministre OUANE, il s’est réjoui de la tenue de cette deuxième session du Conseil supérieur de la (PNG) depuis sa création en 2014. Il s’agit, selon le chef du Gouvernement de donner au conseil un vent nouveau lui permettant de suivre la mise en œuvre des politiques et programmes relatifs à nos engagements nationaux et internationaux.
Pour Moctar OUNE, la tenue de la présente rencontre est un acte fondamental qui marque le démarrage effectif de l’action commune en matière de suivi de la PNG. « Cette session va nous permettre de nous approprier davantage notre mandat en tant que mécanisme de haut de niveau, d’identifier les défis qui y sont liés et de proposer des réformes adéquates pour avancer. Et le gouvernement du Mali ne managera aucun effort pour mettre en œuvre ce mandat, puisque le bien-être de la femme est une priorité pour nous », a conclu le Premier ministre.
Au terme de deux heures de débat, les participants ont adopté une série de recommandations consignées dans un document qui prend en compte le cri de cœur du ministre de la Promotion de la Femme, de l’enfant et de la famille.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *