Contribution à la lutte contre le VIH et sida au Mali: l’ASL offre 35 appareils de dosage au département

9

La société Action-Santé-Logistiques (ASL), spécialisée dans la vente et la maintenance des équipements médicaux, a offert gracieusement, au département de la Santé, hier mardi, 35 appareils de sondage et d’examen biologique du Sida, d’une valeur de 250 millions de FCFA. La cérémonie de remise s’est déroulée au ministère de la Santé et de l’hygiène publique, à la Cité administrative.

Elle était présidée par le ministre de la Santé et de l’hygiène publique, Mme Marie Madeleine TOGO, en présence du président du Conseil d’administration de la société ASL, Djonké FOFANA. On y notait également la présence de la directrice de ARCAD-Sida ; de la présidente du Réseau des personnes vivant avec le Sida ainsi que plusieurs responsables du département et des agents de la société.
Après avoir fait un bref rappel les acquis engrangés par le Mali en matière de lutte contre le Sida et les défis qui l’attendent, le PCA de ASL Mali dira que notre pays doit être excellent dans nos pratiques de tous les jours, notamment dans les prescriptions, les suivis biologiques, les décisions politiques. C’est en tout cas, selon lui, tout l’intérêt du présent don.
Pour lui, le défi pour le Mali est l’innovation technologique en santé. C’est pourquoi, ont-ils envisagé que nos appareils de dosage, qui ont pris de l’âge et vieillissants ou non-fonctionnels soient renouvelés et remplacés par des appareils de derrière génération. D’où, le plaidoyer de la société ASL auprès de ses partenaires qui ont mis à sa disposition un don de 35 appareils pour la numérisation des CD4. Lesdits appareils font non seulement la valeur absolue des CD4 pour les adultes, mais aussi le pourcentage des CD4 pour les enfants. Le même appareil fait l’hémoglobine.
« Avec une seule et même analyse, on a la possibilité de faire ces 3 examens une seule fois ».
Selon M. FOFANA, l’aide au développement ne doit pas seulement être internationale, mais doit aussi venir des Maliens qui ont les moyens et qui doivent se considérer comme redevables vis-à-vis de la nation. Du coup, il fait sien l’adage d’un vieux sage qui dit : « Quand le village prend feu, au lieu de compter sur la citerne de la communauté internationale, on doit d’abord compter sur les seaux d’eau de nos voisins. Le seau d’eau que chacun apporte pour éteindre cette flamme est le plus important et le plus conséquent ».
Aussi, a-t-il fait savoir, par ce don, la société ASL veut montrer que le business a aussi un visage humain. C’est pourquoi ils ont pris cet engagement d’être aux côtés du ministère de la Santé pour l’accompagner dans son combat éternel en faveur de l’accessibilité aux soins de santé à nos populations qui ont droit à la qualité de la prise en charge.
« Sans bilan et suivi biologiques de qualité, tout ce que nous investissons n’est que de l’argent jeté par la fenêtre », est-il convaincu. Et à M. FOFANA de souligner : « Nous ne voulons pas que vous nous voyiez comme commerçant. Nous ne sommes pas des commerçants. Nous sommes un partenaire technique du ministère de la Santé ».
Très heureuse de recevoir ces équipements médicaux, le ministre de la Santé a vivement remercié la société ASL pour cette donation qui vient à point nommé.
Mme le ministre a rappelé que la société ASL Mali est adjudicatrice du marché de maintenance des 63 appareils de dosage de CD4 repartis à travers tout le territoire national. Aussi, a-t-elle précisé, depuis 2015, le financement de la maintenance de ces 65 appareils est assuré par le budget national. Ainsi, pour 2016, c’est un marché de 177 millions de FCFA qui vient d’être conclu.
En effet, c’est suite à ses missions de terrain que le département s’est fait l’idée de ce qui marche et de ce qui ne marche pas bien.
À son avis, la question climatique semble être la cause principale de la non-longévité de ces appareils de dosage, très sensible. Aussi, a-t-elle posé le problème de réactifs, qui fera l’objet de rencontre entre les deux parties.
En guise de transparence, elle a aussitôt fait la clé de répartition des 35 appareils de dosage. Ainsi : 4 appareils resteront à Bamako (CHU Gabriel Touré, Centre Charles Mérieux, CNAM, ASACOBA) ; 7 dans la région de Kayes (les CSREF de Kita, Yelimané, Diéma, Kéniéba, Nioro du Sahel, Bafoulabé et Sadiola) ; 7 dans la région de Koulikoro (CSREF de Dioila, Fana, Kangaba, Ouéléssébougou, Kolokani, Nara, et Kalaban coro) ; la région de Sikasso recevra 6 équipements (Association de Sikasso, Yanfolila, Kigna, Bougouni, Sélingué, et Hôtel Femme et enfant de Koutiala) ; la région de Ségou aura 7 appareils (ONG Walé, les CSREF de Ségou, Niono, Bla, Tominian, Baraoulé, Macina) : la région de Mopti aura 2 équipements (les CSREF de Mopti et Koro) ; le CSREF de Tombouctou aura un appareil. La région de Gao dispose déjà de 2 appareils.
Enfin, le ministre Marie Madeline TOGO a invité d’autres partenaires à emboîter le pas à la société ASL Mali, surtout en ce mois d’octobre, mois de la solidarité et de lutte contre l’exclusion.

Par Sékou CAMARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *