Search
jeudi 21 septembre 2017
  • :
  • :

Coopération Mali/France : l’heure de la clarification pour « Waati Sera »

« Notre amitié et notre considération pour le peuple français et notre disponibilité à engager un partenariat basé sur le respect mutuel entre nos États doivent désormais s’inscrire dans une relation de franchise soutenue par un discours de vérité les uns envers les autres. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui ». C’est en tout cas, le souhait de ce mouvement de la société civile qui juge obscures les relations entre notre pays et les France, malgré les beaux discours tenus de part et d’autre. Le Mouvement a, dans ce cadre, tenu pour la deuxième fois, un meeting devant l’Ambassade de France au Mali le vendredi. Voici sa déclaration !

En cette journée de Vendredi saint, nous voici encore pour la seconde fois après notre premier sit-in du 03 Août 2017, devant l’ambassade de la France à Bamako, pour renouveler notre détermination à défendre notre Mère patrie, le Mali, contre toutes les formes de velléités sécessionnistes fomentées et soutenues par des forces étrangères avec comme chef de file la France.
Notre amitié et notre considération pour le peuple français et notre disponibilité à engager un partenariat basé sur le respect mutuel entre nos États doivent désormais s’inscrire dans une relation de franchise soutenue par un discours de vérité les uns envers les autres. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.
Nous sommes pleinement conscients que les enjeux géo politiques et géo stratégiques exigent aujourd’hui de tous les pays du monde et notamment d’Afrique une attitude de réflexion globale et d’actions locales intelligentes dans la gestion des ressources naturelles et des matières premières des pays qui attirent la convoitise des systèmes économiques jadis qualifiés de réussie, mais réellement en panne.
Nous sommes aussi conscients de la responsabilité historique des dynamiques politiques endogènes de notre pays qu’est le Mali dans la gestion de la crise globale sécuritaire dans laquelle nous sommes plongés. Nous sommes enfin conscients, non seulement du rôle important d’une société civile forte et engagée dans l’équilibre des rapports de forces socio-économiques et politiques, mais aussi de sa mission d’imposer à tous les acteurs d’agir dans l’intérêt collectif du peuple.
Nous, « On a tout compris Waati Sera », prenant acte du communiqué officiel de l’Ambassade de France le lendemain de notre premier sit-in. Nous réaffirmons ici et maintenant et de façon inébranlable notre détermination sans faille à continuer à dénoncer avec la dernière énergie l’attitude ambigüe et incompréhensible de la France à soutenir mordicus son projet de dislocation de la nation malienne et de partition de notre pays en s’appuyant sur des groupuscules séparatistes, terroristes et narcotrafiquants qu’elle manipule à sa guise. Nous demandons de passage à l’ambassade de France qu’elle nous définisse clairement ce qu’elle entend par le concept de « Nord Mali » clairement indiqué dans son communiqué.
Pour ce qui est de la sortie inopportune du président de la république, nous la mettons simplement à l’actif d’un Président de la république non seulement déconnecté des réalités de son pays, mais aussi complexé devant la communauté internationale en général et de la France en particulier au détriment de la défense des intérêts régaliens du peuple au nom duquel il exerce son mandat.
Nous réitérons et exigeons enfin de la France au risque d’arriver à des situations qui pourraient être profondément regrettables de part et d’autre, les doléances suivantes :
• Rester strictement dans sa mission initiale de soutien à l’État malien et de lutte contre le terrorisme pour le rétablissement de la souveraineté nationale du Mali menacée par les groupes rebelles en connivence avec les terroristes du Mujao, Aqmi, Ançardine et Almourabitoun.
• Arrêter de favoriser/protéger un groupe armé au détriment des autres ;
• Arrêter de désarmer certains groupes armés en dehors du processus du DDR ;
• Faciliter la libération immédiate des prisonniers civils arrêtés arbitrairement par la Force Barkhane ;
• Arrêter immédiatement le système de cantonnement de l’Armée malienne sur son propre territoire ;
• Clarifier son agenda au Mali ;
• Arrêter de mettre le gouvernement au même niveau que les groupes armés ;
Vive le partenariat sincère et franc entre les peuples et Etats amis, vive la nation malienne, soutien total et indéfectible à nos FAMAS.
Fait à Bamako le 18 Août 2017
Pour le Mouvement « On a tout compris Waati Sera »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *