Search
mardi 17 juillet 2018
  • :
  • :

Corruption: la parade de cri-2002

À l’avant-garde de la lutte contre la corruption, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et Transparency International (TI), partenaire de CRI-2002, la Journée internationale de la lutte contre la corruption a été célébrée le samedi dernier à Ségou sur le thème : “Corruption: un obstacle aux objectifs de Développement durable” et le slogan lancé par les Nations Unies à cette occasion: ‘’Unis contre la corruption pour le développement, la paix et la sécurité’’.

Le Cercle de Réflexion et d’Information pour la consolidation de la démocratie au Mali (CRI-2002), contact national de Transparency International, s’engage, et engage la réflexion, l’information, l’action dans les Collectivités territoriales de notre pays à la lumière du thème 2017 de la Journée Internationale de la Lutte contre la Corruption de ce 9 décembre à Ségou “Corruption: un obstacle aux objectifs de Développement durable” et le slogan lancé par les Nations Unies à cette occasion est : ‘’Unis contre la corruption pour le développement, la paix et la sécurité’’.
La Journée internationale a été marquée, a Ségou, par une conférence-débat sur le thème : «Corruption: un obstacle aux objectifs du développement durable» et du slogan «Unis contre la corruption pour le développement, la paix et la sécurité», animée par le Dr Abdoulaye SALL, président de CRI-2002, contact National Transparency International.
La campagne mondiale «Corruption: un obstacle aux objectifs de développement durable» se concentre sur la manière dont la corruption, crime grave qui sape le développement économique et social dans toutes les sociétés, affecte l’éducation, la santé, la justice, la démocratie, la prospérité et le développement.
Il faut signaler que la lutte contre la corruption concerne les sociétés à travers le monde, car la corruption touche les pays riches autant que les pays pauvres, et les preuves montrent que ce sont les personnes les plus vulnérables qui en pâtissent le plus. La corruption contribue à l’instabilité et la pauvreté, et constitue un facteur dominant de conduite vers l’échec de l’État des pays fragiles.
Les gouvernements, le secteur privé, les organisations non gouvernementales, les médias et les citoyens du monde entier unissent leurs forces pour lutter contre ce crime. Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et Transparency International (TI) sont à l’avant-garde de ces efforts.
La campagne internationale conjointe de 2017 met l’accent sur la corruption en tant qu’un des principaux obstacles à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). Pour célébrer la Journée Internationale contre la corruption de 2017, l’ONUDC a mis au point une campagne de grande envergure axée sur les différents ODD et sur comment la lutte contre la corruption est essentielle pour les atteindre.
Les ODD ont 17 objectifs, à savoir : éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde ; éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable ; permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge ; assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de sa vie ; parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles ; garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ; garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable ; promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous ; bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation ; réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre ; faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables ; établir les modes de consommation et de production durables ; prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions ; conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable ; préserver et restaurer les écosystèmes terrestres ; promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes aux fins du développement durable ; renforcer les moyens de mettre en œuvre le Partenariat mondial pour le développement durable et le revitaliser.

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *