Search
samedi 24 octobre 2020
  • :
  • :

Covid-19: les inquiétudes des drépanocytaires

Depuis l’apparition du Corona Virus au Mali, l’Association malienne de la lutte contre la drépanocytose (AMLUD) est à pies d’œuvre pour sensibiliser ses membres qui sont infectés et affectés par la drépanocytose. A cet effet, Mme TRAORE Fanta COULIBALY, président de ladite association a animé un point de presse hier pour lancer un appel aux populations et aux autorités pour redoubler de vigilance, afin de contrer cette pandémie. 

Des messages de sensibilisation, le report des ateliers et d’autres rencontres prévues en ce mois de mars, tels sont entre autres mesures prises par l’AMLUD et ses partenaires pour protéger les Maliennes en générale et les drépanocytaires en particulier.   

En campant le décor, Mme TRAORE a rappelé que le Mali est encerclé par des pays infectés par la maladie et qu’il faut le concours de chaque Malien pour que notre pays soit épargné.

« Que chacun applique les mesures directives qui sont données, par les spécialistes de la santé, à savoir le lavage des mains, la protection du nez. Des mesures confinées qui permettent d’éviter ce virus du Covid-19 », a-t-elle conseillé.

Selon elle, l’AMLID a déjà pris des précautions, en collaboration avec le ministère de la Santé en Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose, pour respecter à la lettre les mesures annoncées par le gouvernement.

« C’est le Mali qui devrait abriter l’atelier sous régionale qui regroupe six pays, du réseau africain et malgache pour la lutte contre la drépanocytose. Cet atelier devrait se tenir du 23 au 27 mars 2020. À cause du Covid-19 et en commun accord avec le ministère de la Santé et la principauté de Monaco qui est notre bailleur principal, on a décidé de reporter, sinon de décaler l’atelier jusqu’en septembre ou octobre. Jusqu’à ce que cette question de Corona virus soit résolu d’abord », a-t-elle révélé avant d’insister sur la vigilance et la rigueur des plus hautes autorités de notre pays pour épargner les populations de ce fléau mondial.

Pour les drépanocytaires, la présidente de l’AMLUD lancé un appel aux parents des enfants drépanocytaires.

« Mes chers drépanocytaires, nous savons tous que nous sommes les plus vulnérables, car cette maladie qu’est la drépanocytose nous affecte déjà, puisqu’elle affaiblit notre système de défense. Donc, adoptons toutes les mesures pour pouvoir échapper à ce virus. Que les parents des enfants drépanocytaires prennent soin de leurs enfants. Faites tout pour qu’ils restent à la maison, les protéger avec des produits adaptés. Protégez surtout les voies respiratoires de ces enfants qui sont déjà affectés par la drépanocytose », a-t-elle insisté.

Rappelons que la drépanocytose est la maladie génétique la plus fréquente dans le monde. 5 % de la population mondiale porte le gène de la drépanocytose, selon les données de l’OMS.

Au Mali, la prévalence du gène drépanocytaire est élevée, variant de 6 à 15 % du nord au sud du pays avec une moyenne nationale de 12 %. Pis, 1000 nouveaux cas sont enregistrés chaque année au CRLD. Pour comprendre et combattre la maladie reconnue, depuis 2006, comme problème majeur de santé publique, l’État du Mali a créé le Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose (CRLD) qui a effectivement démarré ses activités le 15 mars 2010.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *