Search
mardi 2 juin 2020
  • :
  • :

COVID-19: Mali, pays hors-normes

Jusque-là, le Mali reste dans le carré très restreint des pays non infectés par le COVID-19. Alors que les autorités se battent pour renforcer les barrières qui nous séparent du drame, les populations ont du mal à s’adapter au contexte d’un monde face au défi du COVID-19. Votre facebookan du jour a suivi les réactions des populations face aux mesures prises par le gouvernement. Malgré les mesures de restriction des libertés publiques prises par les autorités nationales, pourquoi les campagnes pour les législatives du 29 mars se poursuivent ? Pourquoi, les mosquées et autres lieux de cultes continuent de rassembler les fidèles sous le regard impuissant du gouvernement ? Les facebookeur en ont leur idée !

Chodi Ag : Bamako continue sa fête tranquillement malgré les mesures annoncées par le gouvernement contre le covid19 ; chose qui ne m’étonne pas. Ce que la mort de nos soldats et civils n’a pas empêché, ce n’est pas un microbe qui le changera.

Le sérieux n’est pas Malien, la négligence n’est pas Corona.

Après, vous allez venir crier au laxisme de l’État et traiter Elhadj IBK de tous les noms.

Bouba Boncana : Parce qu’on est dans un État qui ne se respecte pas.

Mohamed Missifing Keita : Ses la belle vie qui compte. Sinon, le Bamakois s’en fiche du reste.

Mohamed Ag Annaïssoune : Ibk doit être un tyran, car les Maliens refusent d’être responsables.

Mohamed Ag Annaïssoune : À sa place, s’ils refusent, je tue directement tout cas déclaré immédiatement.

Faradji AG Bouteya : C’est au gouvernement de faire respecter ces restrictions. Sinon, nombreux sont ceux qui cherchent leurs pitances au quotidien, advienne que pourra.

Respon Karé : il y a quelque chose que je ne comprends pas. D’un côté, le gouvernement nous parle de prévention, de l’autre côté, on laisse Air France atterrir avec trois cents personnes malades du virus…

Qu’on m’explique ?

Bouba Chelsea : Il faut fermer les frontières terrestres et aériennes pour le bien de notre cher patrie svp IBK !!!!

Casimir Apiè Sangala : Il faut mettre en place des comités de veille dans les quartiers. Les gestes barrières foulées aux pieds.

Jean Somboro : Il le faut ! Vraiment

Djeneba Diarra : On dirait que tu lis dans mes pensées. J’ai pensé à ça il y a moins de 2 h. En mettant des dispositifs dans les quartiers à travers les bénévolats et dons pourra nous aider à freiner cette maladie. On ne doit pas tout attendre du gouvernement.

Luc Niare : Il faut les fermer ces frontières terrestres et laisser seulement les camions entrer avec les denrées de première nécessité au moins pendant quelques semaines. Il n’y a d’autres solutions. Beaucoup de pays le font. En exemple, la Côte d’Ivoire à partir de demain.

Gayi Dramé : M. le président et son gouvernement, tous les pays ont fermés leur frontière sauf le Mali, notre pays souffre de tout monde. Il ne faut pas minimiser cette maladie mortelle. Notre économie est très faible, nous avons vu que les pays puissants n’arrivent pas encore à avoir de solutions à cette maladie, alors prévenir les gens, mieux que d’ignorer. Qu’Allah bénisse le Mali…

L’œil de Bassirou : Vous qui pensez que vous êtes les enfants chouchou de Dieu, pour ne pas comprendre que le fait d’éviter les mosquées en ces temps n’est pas un acte contraire à la foi.

Boubacar Bouba Sylla : je ne comprends vraiment pas ces gens-là ?

Abba Abba : Covid 19 – Coronavirus – Coût de l’hospitalisation, des tests, des soins, etc.

Au Mali, en temps normal, le malade doit payer lui-même le coton, le doliprane, le fil chirurgical pour recoudre une blessure … je n’ose imaginer comment cela se passerait si les gens souffraient du Covid 19…

En France, sauf erreur de ma part, les médias n’évoquent pas le coût de la prise en charge d’un malade du Covid 19, ce qui semble sous-entendre que tous les frais pour soigner les malades hospitalisés sont couverts par la sécurité sociale et leur mutuelle.

Aux Etats Unis, alors que seul un faible % de la population possède une assurance médicale, les soins dispensés pour un Covid 19 sévère sont estimés à environ 33 000 €.

Daouda D. Doumbia : Il n’y a pas lieu plus saint que ta chambre pour prier en ces temps. C’est là-bas même que Dieu se trouve.

Adama Diarrakai : On continue de partager le même verre de thé au grin ?

COVID-19

Aïssata Traoré : Et qu’en est-il des transports en commun ?

Aomar Hammouche Oui en respectant les distances de 1 m et plus avec la théière et les éléments du grin.

Togo Diakardia : Affaire de réunion en Afrique c’est problème financier. S’ils veulent entreprendre et qu’il n’y a rien, on s’attend à des séries de réunions.

Fatoumata Diako : Que le Bon Dieu nous protège.

Mopao Lebaws : Il faut tuer tous les Maliens comme ça, vous serez tranquille gouvernement incompétent

Sory Dabo : c’est une bonne initiative, moi je pense qu’une application sera la bienvenue sur covi19.

Seidyna Haidara : Pourquoi gratuitement ? Trouvez d’autres formules pour encourager les gens !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *