Search
mercredi 18 octobre 2017
  • :
  • :

Création des 200 000 emplois promis par IBK: le collectif BI TON s’insurge contre les chiffres

Le Collectif Bi Ton a animé, mardi dernier, à son siège à ACI 2000, une conférence de presse, à la faveur de laquelle, il a annoncé la tenue de son meeting, samedi prochain, au Palais de la culture Amadou Hampaté BA de Bamako pour demander plus d’efforts en faveur de la création d’emplois et décrier la politique de création d’emplois prônée par les plus hautes autorités de notre pays.

La conférence était animée par le président du Collectif, Séga DIAKITE, entouré pour la circonstance d’autres membres de l’organisation.
Selon M DIAKITE, le Collectif Bi Ton a été créé en juillet 2015 suite au constat relatif au faible taux de création d’emplois dans le pays, en dépit de l’engagement du Président IBK à créer 200 000 emplois.
Aussi, a-t-il soutenu, de 2013 à nos jours, la situation des jeunes du pays s’est, au contraire, détériorée, eu égard au nombre élevé des chômeurs.
L’État, selon M. DIAKITE, peine à créer de l’emploi et en même temps de réunir les conditions favorisant la création d’emplois.
« Les gens vont dire que ce n’est pas l’État qui crée le plus grand nombre d’emplois. Nous sommes d’accord, mais ce qu’il faut savoir en contrepartie, ce sont les politiques qui sont à la base de la situation de l’augmentation effrénée du chômage dans le pays », a-t-il expliqué. Et, dans le cas précis de notre pays, a-t-il déploré, les gouvernements successifs du Président IBK n’ont pas véritablement développé des stratégies de création d’emplois.
« Il y a eu plus de discours que de véritable acte de création d’emplois. Ce qui est regrettable. Si les gouvernements successifs du Président IBK avaient réellement une politique de lutte contre le chômage, on ne serait pas là. Notre pays a le potentiel et l’opportunité de créer plus de 200 000 emplois en 5 ans », a souligné le conférencier.
Face à cette situation, et ayant estimé qu’il faut aller au-delà des discours, le Collectif BI-TON projette de lever l’ancre pour se faire entendre.
Selon M DIAKITE, c’est dans cette optique que le Collectif a décidé d’organiser un meeting le samedi 14 octobre à partir de 9 heures au Palais de la culture Amadou Hampaté BA de Bamako.
Cette manifestation, a-t-il précisé, va donner le ton à une série d’actions de résistance à Bamako et à l’intérieur du pays. Il s’agira pour eux de s’opposer vigoureusement à toute action non contributive à l’amélioration de la création d’emplois au Mali, a-t-il martelé.
« On va tout faire pour combattre tous ceux qui vont se mettre au travers notre chemin dans cette lutte. Nous n’allons plus permettre que la situation se dégrade. Notre résistance, c’est aussi des stratégies de lutte en faveur de l’éducation et de la création d’emploi », a expliqué Séga DIAKITE ; avant d’ajouter que le Collectif va toujours continuer à chercher des solutions et de faire des propositions, conformément à ses objectifs de lutte contre le chômage des jeunes.
Dans cette veine, a-t-il révélé, la manifestation sera également mise à profit pour exposer les potentiels et les capacités de notre pays à créer de milliers d’emplois.
Abordant la question des 200 000 emplois promis par IBK, le président du Collectif Bi Ton a indiqué que cette promesse est loin d’être tenue, contrairement à la déclaration du ministre Maouloud Ben KATTRA.
« Je peux vous affirmer qu’on est très loin d’atteindre la promesse du président de la République du Mali », a-t-il déclaré, car poursuit-il, les chiffres avancés par le ministre de l’Emploi ne reflètent pas la réalité sur le terrain.
Aussi, a-t-il indiqué, il leur est impossible de recouper les informations sur les chiffres du ministre Ben KATTRA.
Selon lui, certains services rapprochés par leurs soins se sont carrément désolidarisés des affirmations du ministre.
« On a cherché à vérifier les chiffres du ministre en vain. Déjà, on a écrit à plusieurs structures qui affirment que les données n’émanent pas de leurs services », a-t-il dit.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *