Search
mercredi 16 août 2017
  • :
  • :

Crime contre les droits des maliens

Les nations unies qui interviennent au Mali au nom des droits de l’homme et de la paix sont précisément ceux qui tirent sur la population civile qui proteste contre leur politique qu’elle juge déstabilisatrice au Mali.
Les civils doivent dans toute la mesure possible être protégés contre tout dommage incident ou collatéral. Un recours à la force excessif constitue une violation flagrante du droit des maliens et représente un crime. Les militaires de la minusma n’ont pas le droit de lancer des attaques hors proportion contre des les populations civiles et leurs biens.
Nous condamnons avec la plus grande fermeté les attaques perpétrées contre les populations civiles à Gao. Rien ne justifie ces actes odieux et les violences actuelles à Gao au moment même où la communauté internationale exige du Mali un accord de paix avec les rebelles sans foi ni loi. Nous espérons que les nations unies coopéreront avec une instance indépendante d’enquêtes compétentes afin d’identifier, de poursuivre et de sanctionner les auteurs de ces actes ignobles constitutifs de crime grave contre les droits des maliens.
Cheick Boucadry Traore

Convergence Africaine pour le Renouveau (CARE)
http://www.caremali.com
La Democratie dans l’Harmonie




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *